Auvergne Passion Mouche

Journal d'un passionné de pêche et de nature

Étiquette : pêche sioule

Un petit mensonge

D’un poisson, fut-il d’avril, nul doute que bien des pêcheurs n’aspirent qu’à la rencontre de ce partenaire sans lequel nous ne serions au final pas grand-chose .

Ainsi débute ces lignes par une photo, instantanée d’une rencontre avec une fille de la Sioule.

Prétexte je le crois à définir l’idée que je me fais de la pêche en cette nouvelle saison qui commence.

Moment de communion, plaisir d’une quiétude qui nous éloigne du brouhaha de quelques antispecistes, je dois avouer que j’aime la solitude, seule garantie de pouvoir se faire oublier au cœur des éléments.

Occasion de prendre le temps, d’éviter d’être aspirer par l’évolution d’un loisir ou tout ne se résume plus qu’à la performance. Occasion surtout de regarder l’eau qui coule sous les ponts en s’interrogeant sur l’évolution d’une rivière pour lequel je voue une affection particulière.

Ils seront nombreux cette année encore à commenter, à discuter, à palabrer des heures entières sur une époque qui emporte avec elle les derniers farios sauvages de bien des rivières.

Ils viendront sur les berges, pleurnicheront, feront d’innombrables théories mais au final combien accepteront de consacrer quelques heures  à son chevet.

Beaucoup d’ailleurs ne prendront même pas le temps d’observer la vie de la rivière, culture d’une pêche qui se veut aujourd’hui consommatrice d’un made in china  ou truite n’est plus que l’outil d’ambition commerciale dont la croissance exponentiel devrait nous alerter.

De cette réalité, permettez-moi amis lecteur de vous livrer une question le plus humblement qui soit .De cette réalité donc, elle est  manière à s’interroger sur la capacité de nos rivières  à répondre à nos attentes mais lesquelles ?

Celle de générer de la valeur ajoutée par l’engagement de bénévoles bien mal récompensés de leur effort .

Celle de fixer de manière irréversible un postulat ou toutes eaux de 1er catégorie doivent jusqu’à la fin des temps accueillir pêcheurs de truite « sauvage ».

Celle de donner audience à  tous ces techniciens de la canne qui défilent chaque année pour faire démonstration de leur science assumant avec beaucoup de convenance que chaque fois qu’un pécheur est en souffrance , c’est un billet qu’ils gagnent.

Celle de tous ces propriétaires de moulin à qui l’on expliquent que damnation leur est promise s’ils acceptent de céder à l’appel d’une énergie décarbonnée pour satisfaire des citadins avides d’un bio à la mode.

Celle de territoires ruraux dont l’une des ressources repose sur un pseudo tourisme vert totalement artificialisé asservis par des mégapoles urbaines qui concèdent de temps en temps à leur laisser une école ,un médecin , une poste.

Celle et encore celle ….

Comme toutes les plus belles, Riviere ne sait peut-être plus où donner de la tête.

Que d’ambition, que d’aspiration pour nourrir les destins d’une espèce qui au final n’arrivera probablement pas à choisir.

Voilà comment je raconte l’histoire de ma relation avec celles qui  partagent mes rêveries halieutiques depuis maintenant des dizaines d’années.

Le temps a passé, de mes ambitions de jeune homme désireux d’être le plus habile, le plus apte à faire le beau aux rendez-vous des pêcheurs, j’ai laissé place à une profonde affection qui me pousse plus encore aujourd’hui qu’hier à percevoir chaque rencontre comme une offrande dont je mesure l’absolu rareté.

J’accepte de sacrifier de longue minute à contempler plutôt qu’à pêcher. Mon regard se perd souvent au-delà de la surface pour comprendre ou plutôt observer l’empreinte de notre temps.

2019 me semble  source de bien des inquiétudes.

Des herbiers qui chaque automne se dégradent  et sont emportés, ce début de saison signale leur forte presence.Il y a fort à parier que bien des secteurs de la Basse Sioule seront quasiment impraticable autrement qu’en sêche très tôt dans la saison.

Plus grave encore, le niveau de la rivière qui ne connait plus guère de réelle crue conduit à l’accumulation de matière organique qui semble avoir colmaté une grosse partie des secteurs amont. De quoi s’interroger sur la réussite de la fraie.

Une fraie qui devrait s’exprimer majoritairement sur les petites tributaires mais eux aussi présentent  un faciès inquietant. On peut se demander comment va se passer les mois à venir si le soleil ne cède pas un peu terrain au profil de la pluie. De nombreux secteurs sont quasiment à l’étiage démontrant un manque d’eau important si tôt dans l’année.

D’un tel tableau, nous pouvons faire place à une forte de morosité, de lassitude .D’un tel tableau, nous pouvons nous interroger sur la pertinence de parcourir ces kilomètres qui nous éloigne de nos terrains de jeu .

Pourtant en amour comme en passion, l’aveuglement est souvent de rigueur et c’est avec beaucoup d’enthousiasme que j’ose vous écrire que la saison 2019 sera  exceptionnelle .

A moins peut être que j’ose un petit mensonge en ce jour de fête du poisson ….

Le temps des retrouvailles

J+8, le temps des retrouvailles.

Nous voici de retour à la rivière. Alagnon, Dore, Sioule et les autres ont retrouvé le flot des pêcheurs. L’eau est de retour aussi avec des débits à la hausse enfin !!!!!

L’occasion pour moi de revenir en premier lieu sur les quelques mots partagés avec un journaliste de la Montagne. D’ici, d’ailleurs, des mots d’un élu de la haute rivière d’Ain à l’alerte lancé par les acteurs de la Touvre, d’une maladie ariègeoise au lobby de quelques amateurs de turbine, l’avenir semble si incertain. Opportunité  d’insister sur la nécessité de prendre de plus en plus acte de la fragilité de nos écosystèmes

L’article de la montagne : https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand/loisirs/chasse-peche/2019/03/10/puy-de-dome-de-plus-en-plus-de-pecheurs-pronent-une-peche-recreative-plutot-que-predatrice_13513502.html?fbclid=IwAR20DwtYzZYjDPrZAcZCpr_ouiQl_GLrqn_IB2OvGqOwHVzAYWFTxkmdLBU

Nécessité d’une évolution de notre pratique vers un nouvel état   qui me semble aujourd’hui indispensable. Direction vers une pêche récréative et non prédatrice qui nous permettra peut-être de recruter de nouvelles générations capable d’entrevoir les risques de regarder dame nature comme un puits sans fond.

Image d’Epinal certes mais comportement dont nous commençons juste à mesurer les conséquences.

10 ans, 20 ans, 100ans, 1000 ans, j’avoue comme tous les autres appartenir à une génération qui n’a su où voulu anticiper les grands bouleversements écologiques qui nous touchent.

S’il me faut partager avec vous la conviction profonde qui est la mienne, je vous encourage cher amis lecteur non pas à m’écouter mais juste à prendre quelques instants pour observer les premières truites de l’année.

Rappelez-vous  des récits de vos parents, de vos grands parents, de ce qu’était nos rivières il y a 50 ans. On mesure alors ou nous en sommes aujourd’hui !!!!!

Une vie animal modeste, sans importance, qui ne sauvera peut être pas une réalité accablante mais un simple moment où l’on prend le temps de reflechir.Le no kil  n’est ni plus, ni moins que la captation d’une idée.

Nul d’entre nous ne peut se prévaloir d’être parfait, nul d’entre nous n’a le droit de stigmatiser son voisin.Faut-il être irréprochable pour cela, mais nous pouvons tous trouver un moyen vers notre volonté à changer.

Voilà ce qui m’anime depuis plus de 20 ans en essayant sans cesse de partager cette idée :

Chaque fois qu’une truite  repart au fond de la rivière, il est le moyen d’interpeller ce que je suis, la manière dont je transmets à mes fils notre Terre. Rien de plus, rien de moins  qu’ un chemin tortueux qui souvent me dérange par la nécessité à changer ma manière de vivre.

Comment pourrait-on changer d’avenir si un simple loisir conduit à la mort de l’animal ???

Ode à la vie, ainsi commence les premières heures d’auvergne passion mouche. Modeste truite, modeste récompense de quelques heures à pêcher. Cela suffit à mon bonheur.

Là assis dans la fraicheur de mars, je contemple la rivière, cherche du regard les premiers éphémères.

Un peu de bleu, nouveau partenaire qui aura mis à la retraite mon vivarelli.Belle mécanique dont l’unique inconvénient réside dans la peur de laisser quelques stigmates d’une chute, d’un gadin dans les rochers .Je dois  avouer sans détour mon enthousiasme à passer ces premières de l’année avec ce moulinet dont je rêve depuis plusieurs années.

Une construction qui respire la qualité .L’avantage de proposer l’unique semi-automatique qui offre une manivelle aux pêcheurs gauchers. Des personnalisations très sympathiques à l’image des bobines de couleurs ou de la possibilité de graver le pied du moulinet. Tous cela fait du travail de Valentin Daubré l’un des produits les plus aboutis que je connaisse.

De mars nous alternerons les terrains de jeu, histoire de faire de ces retrouvailles un parcours initiatique qui nous fait aller d’un bassin à un autre.D’une basse Sioule avec des fonds déjà  très sale à la haute ou l’espoir des ombres canalyse des attentions mérités.De la couze pavin bien fraiche mais qui aura permis de realiser quelques coups de lignes à la dore ou il aura fallu faire preuve de patiente.Ces parties de pêche ont eu l’allure d’une porte d’entrée  vers des pièces différentes ou nous attendent je l’espère d’innombrables aventures à l’image d’un film que la fédération de pêche du puy de dôme va réaliser.

Pour clore ce chapitre je cède quelques cannes d’occasion pour faire un peu de place. Des cannes qui pour certaines sont quasiment neuve à l’image d’une JMC Trimph. N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous êtes intéressé

-Jmc Trimph SPM 9 soie 12 quasiment neuve 180€ (avec port)
-Airflo bluetooth nano 9 soie 8/9  110€

-Loomis glx distance 10 soie de 7  215€

-Orvis Clearwater II 10 soie 7 130€

Ainsi débute la saison 2019, par ce billet d’humeur ….

Des nouvelles de la Sioule à la veille de l’ouverture 2019

L’ouverture approche.

Après des semaines, nous allons enfin retrouver nos rivières de 1er cat. Opportunité de vous parler des dernières nouvelles de la Sioule

Je commence donc ces lignes par un compte rendu de l’assemblée générale de Châteauneuf les Bains qui a eu lieu le 2 mars 2019.

Parmi les thèmes abordés, bien évidement il a été difficile de ne pas discuter du projet de microcentrale sur le moulin du coin.

Un projet dont il est pour l’heure bien prématuré d’en préciser les contours si ce n’est de vous mettre en garde de la rumeur populaire. Peu de monde étant réellement en capacité d’exprimer des certitudes.

La presse en parle : Le débit de la Sioule au Moulin du Coin dans le Puy-de-Dôme contesté au Conseil d’Etat : https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand/justice/chasse-peche/2019/02/28/le-debit-de-la-sioule-au-moulin-du-coin-puy-de-dome-conteste-au-conseil-detat_13506972.html

L’autre point important de cette AG est l’annonce des résultats de la pêche électrique réalisée en septembre 2018 au niveau des thermes.

Sous la forme d’une pêche par échantillonnage et par point, ce sont des résultats intéressants qui viennent valider la volonté de l’AAPPMA à sanctuariser ce secteur , consciente de la fragilisation globale de la riviere.

Sur un linéaire de 335 m, ce sont 79 truites( toutes tailles confondues) qui ont été retrouvées dont 7 poissons de plus de 30cm.Des résultats qui doivent être lu en parallèle de la méthode de pêche dont la mission est une évaluation de la population et non un comptage exact du nombre de poisson présent.

Pour conclure, je veux mettre en avant la politique menée par l’aappma qui va installer des passages à pêcheur au niveau de certaines clôtures.Occasion pour moi d’insister sur le respect des propriétés privées. Nécessité d’un comportement qui permet par la suite d’entretenir de bonnes relations avec les riverains

Poussant au-delà de ce territoire, je me fais le relai d’une communication du l’aappma de Monfermy-Chapdes Beaufort, rappelant au passage la fusion des deux anciens parcours « no kill » en un parcours de graciation mouche uniquement.

Communiqué de l’aappma de montfermy en vue de l’ouverture : « 

L’ouverture arrive à grands pas.
Nous sommes tous fébriles à l’idée de retrouver la rivière et ses habitants.
D’ailleurs, de tous ses habitants, il y en a un qui sera au centre de nos intérêts. Il s’agit de l’ombre commun, qui a vu son programme de réintroduction se terminer à l’automne dernier.
Nous comptons donc sur vous tous pour prendre soin de ce poisson. Et encore plus lors de la période du fraie, dont la première période devrait avoir lieu cette année.
Outre le fait de faire preuve de précautions lors de la capture et de la relâche, nous vous demandons de rester discrets sur la localisation des frayères et de ne pas les pêcher si vous tombez dessus.
Nos gardes veilleront au grain.
Mais n’oublions pas nos chères truites et plus particulièrement leur progéniture, qui, au moment de l’ouverture sera encore à l’abri des graviers.
Évitez au maximum de pêcher en entrant dans l’eau.
Si vous devez le faire, portez donc une attention toute particulière à là où vous mettez les pieds.

Profitez de ce moment de retrouvailles et faites vous plaisir au bord de l’eau. »

Des préoccupations auxquelles je souscris totalement dans le cadre de la Basse Sioule qui devrait offrir un debit faible pour le jour J.Relai des notions que nous avions déjà abordées sur Auvergne passion mouche en 2015.

Attention frayères :  http://auvergnepassionmouche.fr/sioule-attention-frayeres/

Poursuivant ces news, je vous rappelle qu’au restaurant l’escale, Emmanuel  va mettre le petit plat dans les grands pour vous proposer un menu spécial Ouverture. Une pause gourmande entre deux coups de lignes.

Emmanuel Estival  redémarre d’ailleurs sa saison de guidage sur la Basse Sioule. La garantie d’avoir à ces cotés l’expertise d’un acteur majeur de la vallée qui réside tous les jours sur les bords de la dame des Combrailles. Emmanuel proposant aussi des hébergements à quelques pas de la rivière

Un séjour de pêche avec Emmanuel : https://www.peche-sioule.com/

Une découverte de la Sioule que vous pourrez enrichir avec la rencontre de la Haute Sioule par l’intermédiaire de Stéphane Voisier.A travers un concept complet il vous invite à le suivre  sur  les plats de Pontgibaud, les méandres de Pranal,  finissant la journée par un repas à la villa colombier

Découvrir la villa Colombier : https://www.chambres-hotes-colombier.com/

Permettez-moi maintenant d’élargir le regard à l’échelle du département du Puy de Dôme.

Depuis maintenant quelques mois la fédération de pêche a modernisé son site internet à travers l’introduction de carte interactive.

Aller à la découverte du Puy de Dôme : https://www.peche63.com/cartes-interactives#7

Un support qui permet notamment d’identifier des parcours labellisés (découverte, No kill) ou des parcours à haute valeur halieutique. Des fiches  gratuites et à destination de tous les publics.

Une démarche d’identification des parcours que l’on retrouve d’ailleurs sur beaucoup de site internet de nos fédérations. L’occasion  de se dédouaner de quelques supports commerciaux.

Ainsi pour terminer, laissez-moi vous souhaiter à tous et à toutes une très agréable ouverture 2019 sur la Sioule ou ailleurs……

Relâchez vos rêves……………….

 

 

 

2018….le bilan

Encore une poignée d’heure et il sera temps de dire au revoir à 2018.

Clôture d’une saison pleine de souvenir. Clôture d’une saison parfois difficile à l’image des premières heures de l’année sur la Sioule ou je me suis quelque peu ramassé.

Clôture surtout d’une saison qui m’a encore fait découvrir des paysages magnifiques.

Ainsi débute ces lignes dont je ne peux éviter de faire le bilan annuel d’Auvergne Passion Mouche.

Malgré une production d’article plus faible ( 100 en 2017/53 en 2018), c’est votre fidélité qu’il me faut louer. Une fidélité qui conduit APM vers des statistiques supérieures en proportion par rapport à 2017.Plus de 2.5 millions pages vues.

Une réalité dont il ne me faut jamais oublier que ce resultat repose avant tout sur votre présence. Des premières lignes  qui vous sont dédiées cher lecteur. Merci à vous tous

Reconnaissance d’Auvergne passion mouche qui au-delà de son aspect virtuel a trouvé en 2018 une forme d’existence réelle par la création d’une entité associative. Porte d’entrée vers 2019 ou j’espère que nous pourrons porter de véritable projet.

Des idées plein la tête qui me replonge dans quelques souvenirs.Ainsi continue ce bilan à l’image de quelques coups de coeur.

Coup de cœur Matériel.

Encore une saison d’une richesse incroyable ou j’ai pu découvrir quelques nouveautés mais aussi des valeurs sures.

Comme une introduction qui m’a fait découvrir les chaussures Andrews et m’a permis de faire naitre un partenariat avec river shoes.Clin d’œil indispensable à l’égard de ces personnes qui ont été présent et m’ont aidé à apporter de la qualité à travers mes articles. Merci notamment à Sébastien qui se reconnaitra je pense (https://www.river-shoes.com/)

Continuité autour d’une canne à mouche. Coup de cœur d’une arrière-saison réservoir très dense ou il m’est impossible de ne pas partager mon enthousiasme à l’égard de la JMC pure Lake 10 soie 6.Une canne parfaite pour appréhender les pêches que j’ai eu la chance de partager avec vous sur le numéro 129 de pêche mouche.

Un look sombre mais surtout une douceur qui au-delà des performances vous accorde ce qui me semble essentiel : des sensations sans compromis avec nos partenaires de jeu.

Coup de cœur littéraire.

2018 nous aura livré une fois encore d’innombrables lectures. D’un éime traité sur la nymphe à vue à l’inventaire de quelques points GPS, il est un ouvrage  indispensable au sein d’une bibliothèque.Un livre ou plutôt une bible pour les amoureux du CDC.

Coup de cœur Fly tying.

Comment éviter à ce stade de ne pas parler de mon ami Vincent.Des années que nous cheminons ensemble sur les bords de la Sioule. Une amitié qui nous a conduit à l’autre bout du monde.

Mais une amitié surtout qui me conduit à être admiratif du travail qu’il a accompli en 2018.

Un engagement fort pour apporter un souffle nouveau au lac réservoir de Banson, une volonté sans faille à défendre et à porter des projets à sein de son aappma Montfermy/Chadpes Beaufort.

Enfin le développement d’un nouveau Fly shop : Fly concept dont son expertise fait (j’en suis convaincu)  de sa boutique un partenaire de grande compétence auprès de ces clients.(http://www.fly-concept.fr/)

A essayer sans modération et surtout un avis tranché qui me conduit à vous pousser à lui rendre visite. Peu de gens ont autant donné à la pêche à la mouche et à la protection de la Sioule dans mon département.A l’heure ou beaucoup profitent du travail accompli ,nul doute je le crois que Vincent mérite le succès.

Coup de cœur d’ailleurs.

D’ailleurs parfois lointain je laisse aujourd’hui place à ces parties de pêche que je me remémore en plein mois d’aout sur les bords de la Clarée.Peu de rivière, peu de vallée me semble si épargné de la présence humaine.

De nos montagnes souvent dévisagées à grand coup de piliers et autres remontées mécaniques, je dois avouer que les heures passées au bord de ces eaux m’ont réconcilié avec des paysages alpins qui parfois me font froid dans le dos. Sentiment mitigé d’une nature sacrifiée à l’ambition de canon à neige qui détruisent chaque année un peu plus ces joyaux d’altitude.

Coup de cœur d’ici.

De Sioule, encore et toujours, de Sioule, de son odeur, de ces herbiers. De ces museaux qui se dessinent dans l’obscurité  d’un coup du soir sur les plats de chateauneuf.De Sioule encore lorsque je m’enfonce dans les gorges de Pranal.

De Sioule dont je n’ai cessé de  fuir cette année toutes  les polémiques, tous les débats inutiles, retrouvant la quiétude d’une solitude qui me convient de plus en plus.De Sioule enfin  lorsque là posté dans quelques centimètres d’eau la soie se tend et que je ressens le poids de l’un de ces magnifiques truites.

2018 m’a encore livré la chance d’apercevoir des poissons dans les dimensions trahissent un age avancé. De Sioule comme la madeleine de Proust de la passion qui m’anime.

Coup de cœur enfin …

Conclusion enfin à travers ces images, ces vidéos, ces heures de rêveries que je passe à regarder l’œil plein de désir .De ces récits d’ailleurs ou je comprends que la pêche à la mouche peut devenir un formidable outil de communion. Point de repère d’un engagement à faire revenir en 2019 le RISE dans le département du Puy de Dôme.

Ainsi s’il me fallait terminer ces lignes par une invitation, je vous propose de nous retrouver tous très bientôt .Le vendredi 16 février 2018 au cinéma le capitole…..

2019 , des changements pour le Puy de Dôme

Cela fait 3 semaines que la consultation publique autour de la mise en place de l’arrêté préfectoral de la pêche dans le puy de dôme est en ligne. Ainsi s’achève cette procédure qui devrait mettre en place les règles d’exercice pour l’année 2019.

A consulter : projet d’arrêté préfectoral de la pêche 2019

L’occasion de revenir sur deux mesures qu’il me semble important de partager avec les lecteurs d’Auvergne passion mouche.

Tout d’abord difficile de ne pas commencer par l’abaissement de quotas de salmonidés.

Après une année 2018 qui a vu la consultation de l’ensemble des aappmas du département, c’est à travers une discussion  constructive que le puy de dôme appliquera  à compter de 1er janvier un quota de 4 salmonidés par jour et par pêcheurs dont 1 ombre. A noter le maintien derogatif de la Sioule ou l’ombre reste en no kill intégral sur l’ensemble du linéaire de la rivière.

Poursuivant autour de la Sioule, je partagerai l’évolution des parcours de graciation sur le territoire de l’aappma de Montfermy/Chadpes Beaufort.

Fusionnant les deux linéaires existant, il résulte la création d’un parcours de 1500 m de la cascade jusqu’au seuil de longchambon.Un parcours uniquement mouche hameçon simple sans ardillon.

Des évolutions, des changements dont la revue du pêcheur du puy de dôme se fait l’écho comme chaque année. Un support papier mais aussi téléchargeable en ligne qu’il me semble indispensable de parcourir au moins une fois dans l’année.

Télécharger la brochure 2019 : https://www.peche63.com/sites/default/files/BROCHURE%2019%20BD.pdf

Une revue qui accompagne l’achat de votre carte de pêche. Opportunité pour ma part de vous encourager à soutenir nos aappmas Sioule qui en quelques années ont porté des projets ambitieux à l’image de celle de Châteauneuf les bains et de son no kill de plus de 2500 m reconduit en 2019.

Une aappma qui n’aura pas attendu l’arrivée d’instant climatique difficile pour s’inquieter de la gestion de la ressoure pronant il y a déjà plus de 10 ans l’abaissement des quotas.Une volonté reaffirmé cette année encore  avec une préconisation à deux poissons par jour et par pêcheur.

Adhérer c’est militer

Acheter sa carte de pêche 2019 : https://www.cartedepeche.fr/

Pour conclure en ligne de mire le cnpl , le sanama , le rise qui sans nul doute trouveront de l’espace sur Auvergne passion mouche. Première d’une saison 2019 pleine de nouveaux souvenirs et de magnifiques images….

Movements Trailer from The Fly Fishing Film Tour on Vimeo.

2018 , à l’année prochaine

De nos rivières de 1er cat d’Auvergne, il est temps de dire « au revoir et à l’année prochaine ».L’heure est aujourd’hui au souvenir.

Comment ne pas repenser à ces poissons que nous avons croisés. Cette magnifique truite séduite en 2017 et que je retrouve au détour d’un rendez-vous impromptu en 2018.

Une histoire comme seule la pêche nous livre. Une canne, un waders oublié à la maison, un short, une veine d’eau et rien de plus.

Une petite nymphe vagabondant derrière un tabanas, arrivant lentement sous la frondaison. La soie qui se tend, l’émotion d’apercevoir cette beauté au fond de l’épuisette.

Le sentiment de donner raison à  toutes mes  certitudes sur l’intérêt du no kill.Un poisson rare qui viendra clôturer une saison ou j’aurais eu la chance de croiser plusieurs truites approchant ou dépassant les 50 cm dans le 63

De vielles truites à la mensuration modeste pour nombre de pêcheur des rivières calcaires mais des poissons qui ont appris à se méfier après des années .

Des poissons âgés dont la destinée ne sera probablement pas de briller aux firmaments des réseaux sociaux. Etrange mode dont l’éloge de la poutre résume probablement  tout le manque de considération que nous portons à ces modestes ruisseaux et petites rivières ou dame fario oublie de grandir trop vite.Lorsque inconsciemment nous nous éloignons des derniers sanctuaires.

Bilan d’une année 2018 où j’ai eu la chance de découvrir des produits qui m’auront accompagné durant mes parties de pêche.

Après les impressions décrites dans un premier article me voici quelques mois plus tard honoré d’avoir parcouru les berges avec les chaussures Andrews de la boutique River-Shoes.Confort, sécurité, résistance à l’usure font entrer ces chaussures dans l’univers du haut de gamme.

Découvrir les chaussures Andrews : http://auvergnepassionmouche.fr/decouverte-de-la-boutique-river-shoes-et-des-andrew-fly/

Retour quelques années en arrière ou avec Vincent nous parcourions les berges de la Sioule armé de la fameuse imitation d’olive qu’il a mis au point.

Aujourd’hui il nous propose de le retrouver au sein de son fly shop.Un site de qualité qui saura répondre aux attentes les plus exigeantes.

La boutique de Vincent : http://www.fly-concept.fr/

Continuité aussi avec ma confiance sans limite pour les partenaires infatigables que sont mes soies sources de la Lozère. Comme l’impression d’avoir créé le mariage parfait pour appréhender nos rivières auvergnates.

Un vivarelli , un canne Maxia 10 soie de 2 et le série compétition de ces soies. Que serai-je sans elle, fan de l’authenticité mais aussi des hommes qui se cachent derrière les produits.

Les soies sources de la Lozere : http://www.soie-peche-mouche.com/

De la soie, toujours de la soie. Profond désir de retrouver le bonheur de voir voler dans les airs quelques imitations.

De la soie, toujours et encore de la soie pour tenter de résister à la furie al Hilo qui prend trop d’importance à mon gout.

Comme la crainte de voir s’éteindre petit à petit l’esprit « fly fishing » et le geste à 4 temps au profil d’un univers intermédiaire ou de prétendu passionné de pêche à la mouche risquent de ne plus savoir faire dériver derrière un rocher l’irrésistible sêche qu’une truite à l’affut ne saurait refuser.

Incertitude peut être que le temps des perdigones touche à sa fin sur nos parcours sur-sollicités. Espoir surtout que la recherche de beau poisson s’accompagne de plus en plus avec des stratégies de pêche à distance ou le cast retrouve de la noblesse. Discrétion, approche, observation sont des atouts indispensables

Des soies, toujours des soies qui m’auront conduit à prendre un plaisir sans égal dès les premiers mois avec ma canne switch redington hydrogen.

Retrouver le plaisir d’une dérive en noyée dont je ne saurais me lasser. Témoignage de l’accueil et de l’écoute d’une boutique : PLC pêche

La boutique PLC Pêche : http://www.plc-peche.fr/

De Sioule enfin.

D’une image , un ombre pris en ce jour de fermeture quelque part à l’amont de Pontgibaud.

D’un ombre si modeste qui fait taire bien des gens qui resument leur implication sur nos rivières à etre spectateur.

De cette partenaire,la sioule, initiatrice de ma sensibilité à l’égard de nos rivières.De Sioule donc qui après une année 2017 en demi-teinte m’a offert des moments de pêche très agréable.

De Sioule pour conclure un cycle et me souvenir de Maurice, ancien président de l’aappma de chateauneuf les bains qui a été l’un des voix essentielles à sa protection.

Constat que tout arrive à qui sait attendre. D’une volonté ,2018 en ligne de mire, un parcours de graciation de 3km, une maille à 30cm, l’ombre en no kill, et  autant de témoignage d’un travail accompli.

D’une conclusion en image. Modeste prétention de celle d’être tout sauf un cinéaste.Témoignage ou plutôt invitation partager avec vous la passion qui nous anime.

 

« Ce qu’il y a de formidable avec la pêche à la mouche, c’est qu’au bout d’un moment plus rien au monde n’existent que des questions portant sur la pêche à la mouche »

Norman Mc Lean

Il est des moments d’exeption !!!!!!

Abondance de truite ne nuit jamais au moral. Ainsi pourrait se résumer les mots qui vont suivre.

Depuis maintenant la fin du mois de mai, peu de secteur auront résisté à la montée des niveaux sous l’influence d’orages parfois devastateurs. Partout c’est un sol gorgé qui nous invite à l’optimisme pour les semaines à venir.

Une humidité ambiante qui offre  à dame nature  un visage bien plus agréable que les années précédentes.

Rançon de toute gloire ou de toute chose, il est malheureusement bien difficile de pêcher dans ces conditions. Niveau important, eau mâchée rendant  quasiment impossible toute prospection efficace à la mouche.

Pendant que Sioule amont et Sioulet dépasse les 40m3 durant la semaine , ce sont des contraintes de travaux sur les  barrages qui offrent à Sioule aval le temps de quelques heures un débit d’environ 6m3.

Comme un pied de nez au destin, comme l’opportunité de pouvoir profiter un maximum de ce créneau qui m’est offert, je sais que pareil condition sont le rendez-vous de moment rare.

Des eaux hautes qui ont précédées, je connais si bien Sioule qu’a la différence de quelques esprits chagrins, l’expérience m’a appris que truites aiment à se concentrer dans les secteurs les plus abrités. Il suffit  d’un ou deux m3 en moins pour pouvoir entreprendre nymphe en bandoulière la prospection de ces coins.

Alors que je pêche maintenant depuis quelques heures, célèbre cul blanc et autre éphémère commencent à dessiner dans le ciel un bal qui ne laisse à coup sûr personne indifférent.

Comme un indice, une certitude, j’accélère le pas pour arriver sur une de ces zones qui lorsque la rivière est haute, offre la quiétude d’un endroit calme ou il fait bon vivre.

Pêche en nymphe à distance au fil plaqué, à  peine un passage pour sentir la première touche.

Un autre passage pour confirmer cette impression. Depuis maintenant des années que je pratique les lieux,  je sais qu’il est rare moment d’exception ou toute la rivière décide à faire un festin de roi.

Dans la même veine d’eau, pendant une poignée de minute, le prises s’enchainent au point de ne plus ou savoir donner de la tête.

10, puis 20, des plus petites aux plus belles, comme une inspiration ou le temps s’arrête, je suis au aux paradis des pêcheurs à la mouche.

Plaisir de croiser des poissons en quantité, des poissons magnifiques  à la robe dorée .Des truites qui  se sont concentrées en un lieu pour eviter la furie des courants.Des poissons dont il faut comprendre que derrière de tel moment se cache forcement la volonté de tous à faire l’effort d’une graciation qui s’inscrit de plus en plus dans la culture des plus jeunes.

Parallèle évident qui me permet de passer du coq à l’âne ou plutôt de profiter de cette parenthèse pour m’interroger d’un fait.

Combien  des pêcheurs du Puy de dôme qui parcourt en ce moment nos rivières savent qu’actuellement notre département est le théâtre d’une consultation de grande ampleur auprès de nos aappmas .Théâtre d’un vote qui vise à passer le quota de truite de 6 à 4/jour  pour les années à venir.

Combien d’acteur, de militant, de guide, de club, de personne se seront saisi de cette question pour envoyer un message clair à destination de nos instances et à  tous ceux qui agressent nos rivières.

Comme un fierté d’être Sioule , pêcheur de Sioule , pêcheur d’un lieu où toutes ces questions , tous ces débats ont trouvé des réponses precises.Des réponses qui font  de cette rivière l’un des axes majeurs pour défendre la pêche dans le Puy de dôme au point de voir défiler les médias nationaux .

Reportage TF1 une riviere propice à la pêche à la mouche : https://www.tf1.fr/tf1/jt-13h/videos/sioule-une-riviere-propice-a-peche-a-mouche.html?xtor=AD-28

Pêcheur de Sioule, divers et varié, qui au mois d’avril pouvait aller à la rencontre de l’un des meilleurs pêcheurs aux appâts naturels et qui demain pourront aller assister sur les secteurs les plus amont à l’une des manches des championnats de France de pêche aux leurres.

Pêcheur de Sioule, touriste qui nous invite à lire sur leur blog, le plaisir qu’ils ont eu à découvrir la dame des Combrailles.

Le blog de JIS Mouche :La Sioule de A à C!!! : http://jis-mouches.overblog.com/2018/06/la-sioule.de-a-a-c.html

Pêcheur de Sioule qui pour certains nous propose de parfaire la réussite de nos sorties comme le fait Emmanuel Estival, guide de pêche ou Vincent à travers sa boutique Fly concept.

Emmanuel Estival ; Guide de pêche : https://www.peche-sioule.com/

Les mouche de la Sioule de Vincent : http://www.fly-concept.fr/categorie-produit/collection-mouches-de-la-sioule/

Pêcheur de Sioule, voilà ce que je suis ….un pêcheur qui vient de vivre une semaine exceptionnelle….

 

Mouche de Mai , un trait d’union vers le passé

L’époque est à l’orage.

Depuis plusieurs jours, pas une seule journée ne se termine sans quelques éclairs accompagnées d’une pluie abondante.

De Sioule, petit à petit les prés de la haute se sont teinté d’une eau légèrement piquée promesse de l’un des moments les plus intenses de l’année.

Malgré les esprits les plus jeunes qui n’ont peu de souvenir de la gare des rosiers,des plats de Pranal, c’est en ces lieux que  l’histoire de la pêche à la mouche  dans le 63 à écrit parmi ses plus belles pages.

Après des années où  nous avions pris pour habitude le manque d’eau, nous retrouvons le visage d’une Sioule que les anciens connaissent à la perfection.

Un débit un poil tendu, une eau mâchée, toutes  les conditions sont réunis pour attendre les célèbres mouches de mai.

De sa légende, comment alors ne pas repenser à ces heures magiques que nous vivions par le passé. Comment ne pas repenser à l’intensité de ces éclosions que couvrait la rivière d’un linceul d’ephemere. Comment ne pas repenser à ces museaux gloutons qui par dizaine gobaient dans chaque retourne, dans chaque bordure.

Depuis plusieurs jours maintenant, je guette les indices d’une époque qui me semble de plus en plus lointaine.

Dans les airs, la bergeronnette s’amuse d’une si belle bouchée. Pourtant sur l’eau, j’observe avec espoir la dérive d’un met de luxe qui n’intéresse plus grand monde. De ci, de là une éclaboussure, un bulle trahis la présence d’une belle mais souvent, trop souvent vulgata parcourt les plats sans grand danger.

Nul besoin  d’une pêche électrique, d’une étude scientifique pour comprendre que l’avenir parait bien compliqué.

Nul besoin d’infructueuse réunion et assemblée pour prendre la mesure du déclin de ces instants dont il suffit de parcourir la route qui nous conduit sur les berges de Saint Pierre le Chastel pour percevoir que la rivière est aujourd’hui bien seule. D’une foule qui se précipitait naguère, il ne reste plus que quelques irréductibles amoureux.

Dernier mohican luttant contre vent et marée pour tenter de faire bouger un univers immobile qui passe son temps à stigmatiser Pierre ,paul ou jacques plutot que de prendre des descions courageuses.Que serait la Sioule sans eux , sans leur volonté à sanctuariser le peu qu’il reste , je n’ose l’imaginer.

La pêche devient de plus en plus affaire de spécialiste,de pêcheur aguerris dont le savoir s’est accumulé au fil du temps, capable de se contenter du minimun.Nécessité absolue de trouver des sources de transmissions d’un savoir indispensable comme la collection des mouches de la Sioule que Vincent nous propose de nouveau à la vente à travers sa boutique.

La mouche de mai de Fly Concept : http://www.fly-concept.fr/produit/mouche-de-mai/

Témoignage de ces amoureux de la sêche, ces veilles mains capable de faire face aux moindres gobages .Démonstration qu’en matière de réussite , notre époque  oblige à  fabriquer une génération d’expert qui ne devrons plus guère laisser de chose au hasard sans crainte d’échouer.Une génération qui acceptera probablement en se prenant pour des champions d’avoir mis sur pelicule une dizaine de truite dans l’après midi.De quoi faire marrer pour l’éternité nos anciens.

De Sioule, de ces mouches de mai, reste encore quelques jours pour profiter de la beauté d’un spectacle dont chaque année je ne peux m’empêcher de vous parler ici , parfois avec beaucoup de nostalgie….

Ainsi continue la saison 2018……….

 

En mode thymallus

L’arrivée de la mi- mai me conduit à retrouver un partenaire pour lequel je voue une affection sans limite.

De sieur communs je profite enchainant de bien belle rencontre. Chance qui est la mienne d’habiter une région ou sa traque me conduira tranquillement jusqu’à 31 décembre..

Pour l’heure nous entrons dans les moments les plus intenses.

De nature, les grandes March Brown ont laissé place aux rouges des ecdyos.Sur l’eau le manège des sedges commencent à nous offrir l’opportunité de belle pèche en sêche.La sioule s’ouvre enfin aux heures fastes de la pêche à la mouche.Le temps des celebres coup du soir approchent.

Petit à petit je troque une pêche all Hilo pour retrouver de la soie .Recherche permanente d’une polyvalence ou il faut alterner en quelques secondes.

Passage tranquille en mode bourricot ou je fais le pari souvent de trainer deux cannes. Des choix stratégiques différents auxquelles j’aimerai consacrer  quelques vidéos pour répondre aux questions des plus débutants.

Projet d’avenir que devrait apporter des images pour densifier le contenu d’auvergne passion mouche. Projet surtout pour tenter de montrer que nul secret en matiere de pêche n’est plus important que la pratique ,  encore et toujours.Projet aussi qui devrait un jour je l’espere me conduire avec mes amis du club à proposer la mise en place de stage de decouverte et de perfectionnement,mais cela est une autre histoire .

Ainsi pour l’heure je ne ferai que vous inviter à 28secondes d’un template go pro en mode thymallus.

Le temps des March Brown

 

 

De saint Mamert, saint Pancrace et saint Servais, il est une autre forme que celle de glace.

 

Ces dernières heures, le ciel nous joue quelques tours amenant des pluies denses qui ont fait gonflées les rivières du coin.

Sioule n’échappe pas à  ce constat .Après plusieurs jours à 5 m 3 qui apporte son lot de bandeau et de foule, ce sont des niveaux plus haut, plus fort auquel  bon nombre de moucheurs se refusent.

Des changements de condition qui pousse la vie à se faire plus présente.

March Brown et les autres ne suffisent  pourtant pas à faire monter les poissons en surface. Mais ce regain d’activité amène  les truites à se nourrir malgré tout.

C’est l’occasion avec Vincent de faire quelques réglages, d’adapter les techniques volées sur les bords de la madison pour les faire notre sur la Sioule. Une philosophie  profonde à toujours chercher diffèrent de nos voisins .Le sentiment aussi que les poissons ont appris à se lasser de ces nymphes qui passent sous la canne.

Ainsi pendant que perdigon  roule et roule encore, nous choisissons d’autres options comme la noyée aval avec une canne switch pour retrouver la beauté d’un geste  ou la pêche up Stream à l’aide d’un air lock Strike indicator dont je suis surpris de l’efficacité sur nos rivières ou les poissons sont prétendu très méfiant.

Petit à petit la saison s’installe donc….

Auvergne Passion Mouche Frontier Theme