Étiquette : pêche sioule

Criterium de la Sioule 2020

De Sioule, confinement nous a privé de quelques heures  de partage sur le bord de la rivière.

D’une simple idée, David nous a proposé de construire le premier open amicale de la Sioule, occasion de retrouver les amoureux de la dame des Combrailles

C’est en  ce samedi 20 juin qu’avait lieu ce criterium, moment de partage et de convivialité entre pêcheur.

Un criterium par équipe de 2 sur des linéaires de faible longueur en contrôle alterné. Un criterium regroupant pas moins de 16 équipes (2 rotations de 8)

Se déroulant sous la forme de 4 manches :

L’équipe impair  pêche de 7h45/9h45 le matin et 16h15/18h45 l’après-midi et contrôle l’équipe pair

L’équipe pair  pêche de 10h/12h le matin et de 13h30/16h15 l’après-midi et contrôle l’équipe impair

Chaque poisson à la maille : de 20 cm pour les truites et 30 cm pour les ombres sera comptabilisé sous la forme de 100 points par poisson + 20points par centimètres.

Exemple une truite de 30cm rapporte (100+ (30*20)) soit 700 points.

Les équipes pair et impair sont ensuite classées par rotation pour tenir compte de la variance d’activité de la rivière.

Chaque équipe reçoit un classement à l’issus de sa rotation .Classement donnant lieu à un nombre de point place.

Le classement final étant le résultat du nombre de point place le plus faible.

Pêcheur, il me sera difficile de commenter les conditions de chacun rencontré sur la riviere.

Faisant équipe avec Olivier, pour notre part la pêche s’est révélé très aléatoire avec des poissons chipoteurs .Nous nous rappellerons certainement d’une phase d’activité très intense .En 1h15 nous remplirons notre feuille de marque de 2 superbes poissons : un ombre de 47 cm pris en sèche/nymphe et une magnifique truite de 50 cm d’olivier pris en nymphe.

Je vous ferai  retour de quelques statistiques générales :

Nombre de poissons pris :

Manche du matin : 28 truites et 6 ombres

Manche après-midi : 21 truites et 15 ombres

Total 70 poissons

Soit une représentativité de

Nombre de poissons par pêcheurs : 2.1875 en 4h30 de pêche

Manche du matin : Ombre 18% et Truite 72%  / Manche de l’après-midi : Ombre 42% et Truite 58%

Plus grand poisson pris

Truite : 50cm

Ombre : 47cm

Répartition des truites par taille :

Pour conclure, le classement final :

(ps-une petite erreur de classement s’est glissé hier pendant l’annonce des résultats entre le premier et le deuxième manche du matin sur les impairs.Cela change un peu le résultat final)

Le rectificatif (après recomptage des tables de marques)

Au delà du résultat , le plus important est de faire un clin d’œil à David sans qui tout cela n’aurait pas vu le jour.

Opportunité de remercier les sponsors de ce moment qui a travers quelques lots nous a permis de faire vivre la pêche à la mouche sur notre vallée.

Remerciement à destination  des marques JMC et Devaux  qui nous ont accompagné , à Stephane Bonnet ( pêchemouchefly) , aux reservoirs les Estives et le Domaine de Gerris.

Les mouches JMC :https://www.mouchesdecharette.com

La maison Devaux :https://www.mouchesdevaux.com/

Pêche mouche fly :https://pechemouchefly.fr/

Le lac des estives :https://www.lac-estives.com/

Le domaine de Gerris :https://domainedesgerris.com/

Un clin d’œil à Franck Coudiere qui accompagnera les 2 plus jeunes pêcheurs au bord d’un reservoir.

Une pensée à l’aappma de chateauneuf les bains et de son president Dominique Regnat , à Emmanuel Estival qui nous a recu comme des coqs en pâte au restaurant L’Escale.Un grand merci encore à David Francisco pour son implication

Le restaurant L’escale :http://lescale-restaurant.fr/

Et bien sur comme une évidence ,un big , un immense , un gros , BIG UP à nos truites et à nos ombres qui ont eu la délicatesse et la courtoisie de nous faire tourner en bourrique pendant quelques heures.

Vivement l’année prochaine ….

Montage d’une oreille de chevreuil (version noyée)

Je vous propose une nouvelle vidéo de montage autour de la pêche en noyée.Une mouche de pointe à utiliser à 2 ou 3 mouches.

Une version lestée réalisée à l’aide d’un dubbing d’oreille de chevreuil.

Occasion peut etre de vous inviter à parcourir de nouveau un des articles stars d’Auvergne passion mouche.

Appréhender la pêche en noyée

2020 saison de pêche mais année élective aussi !!!!!

Un rituel, une irrésistible envie de retrouver des repères, voici que je reviens au bord de la Sioule.

Il est temps de consacrer quelques heures à mes balades préouverture.Le temps d’observer, de s’imprégner des lieux, de prévoir les options qui nous conduisent petit à petit vers l’instant T

De ce moment privilégié, j’espére que la saison qui arrive se fasse sous de meilleurs hospices que celle de 2019.

Un manque d’eau cruel, des niveaux bas qui ont conduit très  vite à une forte sollicitation des secteurs, une thermie en explosion durant l’été.Autant de raison qui m’ont fait aller vers d’autres contrées plus prometteuse très tôt dans l’année.

Relire « j’ai mal à la Sioule » Aout 2019 : J’ai mal à la Sioule

Halte vers Peschadoire ou j’observe les premières ephemeres de l’année

Signe d’un hiver qui a livré beaucoup de douceur même si le fugace épisode de neige et de fraicheur de ces derniers jours  nous rappelle les saveurs du froid.

Une haute Sioule qui sera très probablement une bonne option en début d’après-midi pour les moucheurs qui choisiront de commencer  en surface, sollicitant des poissons opportunistes dans la boucle de Montfermy.

A moins peut être que l’espoir d’une belle truite de la basse Sioule titille le carbone de vos cannes.

Coup de blues apercevant le nouveau décor qui orne aujourd’hui le paysage. Châteauneuf les bains et sa microcentrale.

Constat d’une situation qui s’aggrave et dont l’exemple le plus flagrant reste celui d’un ruisseau de cube aménagé à grand coup de milliers d’euros ( +11 000 € à la charge des pêcheurs)  pour simplement conduire les truites à se fracasser le museau sur un seuil qui dure et dure encore.

2020 année très riche….

Sioule,  théâtre de la venue de plusieurs grandes animations :

Rencontre Sioule » les 24, 25 et 26 Avril à Chateauneuf-les-Bains (63) avec Pierre Sempé

Académie international des mouches Devaux les 15/16/17 mai

Flash-back vers ces discutions que nous avions entre amis de la Sioule il y a plus de 15ans.Raison de la naissance de bien des lignes écrites ici pour remettre en lumière ce joyau.

Moteur d’un état d’esprit ou la performance a été d’unir chaque secteur des plus amonts à plus aval autour de convictions communes.

Ces mêmes idées que je n’ai eu cesse de défendre sur Auvergne passion mouche , quitte à souffrir de beaucoup de critique et de bien peu de soutient.

-Savoir économiser la ressource à travers des choix règlementaires parfois perçu comme des punitions pour faire face à une époque qui ne donne que très peu de marge de manœuvre .

-Valoriser ce qui reste plutôt que se convaincre que nous sommes l’alpha et l’oméga d’une volonté individuel de chaque  pêcheur à faire attention à nos rivières alors que la majorité des ag de nos aappmas ne concernent qu’une minorité d’entre nous

Sioule démontrera en 2020 sa capacité à intéresser  l’attention d’acteur important de grande qualité.

Démonstration d’un pari  réussi qui aura maintenu l’attractivité des territoires même si les personnes qui se seront le plus exposé n’auront que peu de considération de la part d’un microcosme local qui respire un peu trop l’opportunisme.

Volonté d’éliminer quelques propos négatifs au profil d’un discours idéaliste qui permet de vendre la dame des Combrailles. Naissance je le crains d’une nouvelle ère où il s’agit de garantir un présent qui rapporte.

Interrogation d’une dérive qui me semble de plus en plus inévitable  ou la valeur ajoutée ne pourra rester longtemps éloignée  des riverains qui sont les dindons de la farce, offrant de manière gracieuse l’usage de leur droit.

Danger  d’une privatisation au détriment des pêcheurs locaux , punis comme dirait sœur Anne de n’avoir rien vu venir.

2020  année élective donc

Année qui je l’espère débouchera vers l’arrivée de nouvelle perspective offrant enfin à la Sioule d’être gérer non plus à travers le prisme de quelques acteurs locaux  mais de grandes aappmas œuvrant sur l’intégralité de chaque secteur.La gestion par bassin comme indispensable.

Ce n’est qu’à travers cela que je reste convaincu que nous pourrons répondre aux enjeux même si au sortir de l’assemblée générale de l’aappma de Montfermy , je ne peux cacher l’inquietude  qui est la mienne à regarder s’éloigner des gens comme Philipe.

Symptôme d’une maladie profonde ou il est bien facile de donner audience à quelques bricoleurs du dimanche qu’a ceux qui ont tenté de construire une partie de l’histoire.

Sentiment surtout que l’avenir de la pêche dans mon département ( et ailleurs ???) ne peut, ne doit plus se construire autour d’un nombre trop imposant d’aappma.,6 rien que pour la Sioule.

Vous l’aurez compris à  tous ceux  qui iront dans les ag elective , je vous interroge sur le sens  d’élire des gens qui iront s’engager sans projet , sans vision d’avenir.

Refuser d’être les moteurs de cela , refuser de donner légitimité à un modèle qui n’arrive pas à lutter efficacement malgré la meilleur volonté du monde.Il ne s’agit pas ici de commenter les engagements de chacun mais de faire du passé leçon pour demain

Refuser de vous présenter s’il ne s’agit que de remplir quelques sièges vides quelque soit votre aappma.L’absence de candidat obligera à des fusions.

Les futurs administrateurs doivent être contraints par la puissance du vote de chacun à trouver des éléments de convergence entre les aappmas.Voilà pourquoi vous devez assister à vos ag.Ne soyez jamais complaisant , ne soyez jamais satisfait des  échecs.

Chaque élu doit être comptable de ce qu’il a accompli. Chaque élu doit être un militant et non un simple serviteur.

Conclusion peut être heureuse des mots d’un président de la FNPF lors de son passage dans le fishing club.

2020  année de pêche enfin ….

Saison quelque peu égoïste ou je ne peux cacher mon enthousiasme à parcourir à nouveau chaque recoin prenant le temps d’admirer la beauté de ces spectacles rares qui nous sont offert.

Une loutre dans la brume du matin, ces toiles d’araignée empli de rosée qui dessinent les berges, les pas d’un chevreuil que l’on perçoit entre chien et loup, le parade de quelques mouches de mai, le museau d’une truite qui avale l’olive, tous cela et bien plus encore ……

Des instants qu’une fois encore j’essaierai d’être le témoin ici , convaincu peut etre trop que l’on ne protège que ce qui nous émerveille…..

 

Ainsi s’achève la saison de 1er cat 2019

Ainsi s’achève la saison de 1er catégorie 2019 en Auvergne.

Je reste assis, prenant le temps de contempler une dernière fois la rivière, profitant de chaque minute qu’il m’est accordé.Difficile de se dire que nous allons devoir laisser à la quiétude de l’hiver, le plaisir de venir à la rencontre d’une nature qui  est apparu si fragile tout à long de la saison.

Dernière sortie, derniers instants, un museau qui attaque violemment mon tabanas au cœur de l’eau vive. Une fois encore me voici récompensé, heureux, admiratif de l’irrésistible  beauté de dame Fario.

Comme à chaque fois, conclure, c’est aussi revenir en arrière, sur les souvenirs qui ont construit l’année.

D’un coup de cœur pour ce moulinet dont j’ai attendu  le salon de saint Étienne pour découvrir le bijou qu’est le fulgor.

Tout au long des parties de pêche, j’ai appris à faire de lui un allié indispensable qui m’a permis de concrétiser des poissons  incertains.

Des truites, des ombres , des poissons  encore et toujours .Des kilomètres, des dizaines de sorties, des centaines de photos. Difficile de résumer tout cela même si parfois j’aime l’idée de s’oublier et d’admirer la joie d’un autre.

De Jérôme et de sa truite, de Vincent et de ce museau qui perce la surface pour aspirer cette petite olive. De ce moment d’émotion que nous livre un partenaire qui aujourd’hui à l’heure où j’écris ces lignes semble si précaire.

De 2019 je retiendrai surtout cela .Une inquiétude :  l’accélération d’enjeu climatique qui auront fait de mon département  le sanctuaire d’innombrables petits ruisseaux ou l’eau se sera réduit comme peau de chagrin.

De la Sioule enfin, d’elle qui aujourd’hui possède un parfum particulier, si loin de l’état d’esprit d’hier .Apaisé, éloigné , je laisse  à d’autres la joie de convaincre de l’inévitable déclin d’une rivière dont peu se préoccupe en réalité, conscient, trop peut être que l’unique chose à gagner lorsque l’on tente de consacrer du temps à s’engager, c’est juste des critiques et rien d’autre.

Ainsi s’achève ma saison auvergnate de 1er catégorie  2019 sur Auvergne passion mouche.

Demain direction d’autres aventures halieutiques

Éviter l’ennui

« Changement d’herbage réjouis le veau ».

De basse  Sioule, fin mai signe traditionnellement ma quête d’ailleurs .De nos rivières auvergnates, Clermont Ferrand m’offre la diversité d’univers tous plus attirant les uns que les autres.

Instantané de partie de pêche ou je fuis l’ennui, cherchant en permanence à exploiter la richesse de mon département .

Clin d’œil à Stéphane Voissier  guide de pêche sur la haute Sioule avec lequel je partage quelques heures à la recherche de fario au cœur d’un paysage magnifique.

Clin d’œil qui m’offre le plaisir d’une pêche à la mouche que je considère comme l’essence de ce que suis. Cet art qui invite à la dextérité de ces pêches dites à l’aveugle ou arabesque aime les bordures et ou Pranal apprend à la précision.

Science d’un usage ou la connaissance des lieux est l’unique rempart à la déconvenue.Un savoir que stephane partage autour d’une bonne table à la villa colombier.

En sêche, rien qu’en sêche, réalité bien difficile en 2019 ou les matins se font encore bien frais.

Des eaux vives de nos montagnes, il faut reconnaitre avec joie que nos rivières sont encore froides, limitant l’activité à des poissons, cherchant pitance au fond.

A ce jeu aussi je m’adonne avec plaisir, prétexte à la rencontre d’un sieur thymallus.

De l’ombre à la lumière, commun évite lui aussi l’ennui, s’habillant d’une robe argent lorsqu’il habite sur le bassin de l’allier.Plongeant au milieu des roches sombres, me voici de retour à la basse pour admirer charbonnier. Noir, toujours noir, commun devient rare.

La soie se tend, la combat se fait lourd, maitre barbeau m’offre un autre visage. Occasion de tester plus encore la SX4 qui plie sous les assauts d’un adversaire si vaillant.

La soie se tend, le combat se fait plus rusé au milieu de la petite rivière ou la belle cherche à se cacher.

Magnifique truite qui démontre la capacité des plus modestes ruisseaux à donner le meilleur.Démonstration d’un no kill dont généralité n’est pas usage.

La soie se tend, le combat se fait plus intense encore. Un rush, le moulinet qui chante, la pression du pécheur qui ne peut refuser l‘invitation qui lui est faite.

Nécessaire confiance dans l’attirail que je traine, clin d’œil à ce brin de nylon qui nous unis. Un bout Milo krepton qui représente ces innombrables points communs que je partage avec Vincent.

La boucle se boucle par l’attente d’un coup du soir. Ce moment où la pression monte, ou la pêche à la mouche se fait plus tranquille.

Admiratif du travail de l’appma de Châteauneuf qui a mis les petits plats dans les grands offrant un certains nombres de places assises sur les têtes de radiers.

Ainsi pour conclure, je vous invite cher lecteur, à prendre la précaution d’une reservation.

En ce moment les places sont chères sur la basse Sioule !!!!!!!!!

Premières heures avec la Maxia SX4 10.8#2

De Sioule, il faut se rendre à l’évidence, plus les années passent, plus la pêche dans des conditions d’étiage semble devenir la norme.

Ainsi vient de naitre le postulat qui  me pousse petit à petit vers l’usage de canne de plus en plus light.

D’une simple évidence ou il nous faut nous adapter, je profite pour ma part de ces conditions pour prendre un maximum de plaisir à la pratique que je préfère.

Des zones de radiers, des couloirs d’herbier, des billes légères, s’il est des univers ou j’aime m’attarder, ce sont ces lieux qui ont ma préférence.

D’une canne longue et puissante qui m’offre la chance de pouvoir pratiquer avec quelques billes de fort grammage (4/4.5mm), me conduisant parfois à m’interroger sur la réalité de me prétendre encore pêcheur à la mouche. J’avoue sans complexe ma lassitude à racler à longueur de journée les veines d’eau profonde , surveillant ces brins de nylon coloré du moindre tressautement.

Loin de moi l’envie de ne plus faire de la pêche à la nymphe mais alors que certains vendent leur canne à mouche pour des cannes appât nat leur garantissant des dérives parfaites à longue distance, je choisi une autre direction, celle de la légèreté.

Depuis 2 saisons, je ne pèche quasiment plus qu’avec ma 10 soie 2, canne la plus polyvalente que je connaisse pour appréhender l’ensemble de nos rivières auvergnates. De dore, de Durolle, de Haute-Sioule, de Couze Pavin, voici l’outil idéal pour le pêcheur du Puy de Dôme.

Mais Basse Sioule reste à part.Seule rivière aux dimensions plus larges, la dame des Combrailles oblige souvent à des dérives plus appliquées ou les distances de pêche se font plus grandes.

D’un tel constat, il me faut chercher un autre outil, un poil plus long mais en gardant toujours à l’esprit  cette extrême douceur propre à l’usage de billes dites légères (2.8 à 2 mm).

Comme un point de repère, je ne rate aucun comparatif sur l’excellent support « Truite et compagnie ».

Le magazine de la truite et des salmonidés : Truite & cie

Je profite de contact pour partir à la chasse aux informations .Je lis des tas d’essai tous plus élogieux les uns que les autres.

Finalement, une discussion avec Pierre et Frédéric sur Facebook, la disponibilité de Yann Caleri à travers son Fly shop (à recommander) et me voici heureux possesseur de la petite dernière de chez Maxia : La SX4.

Le fly shop de Yann Caleri : https://caleri-flyfishing.com/

Présenté comme le fer de lance de la marque, et connaissant la réputation dont bénéficie la série MX4,  Maxia a mis les petits plats dans les grands pour offrir aux pêcheurs un outil de très belle facture.

Une canne livrée dans un bel étui alu, recevant de simple liseré vert sur des ligatures noires. Une canne sombre dont j’apprécie le design.

Test de la Maxia SX4 10.8#2 :http://www.truites-et-cie.fr/index.php/article/materiel/mouche/test-maxia-sx4-108-2

En action de pêche, les premières minutes sont perturbantes. Peu habitué à des cannes si longues, il me faut éviter de glaner quelques noix .L’autre point qui peut surprendre est la présence d’un anneau très proche de la poignée  qui fixe définitivement la 10.8 comme une canne pour la nymphe.

Pourtant agrémenté d’une soie DT2 SYLK, le Maxia permet malgré tout de passer en sèche pour répondre à des poissons opportunistes même si on perçoit vite les limites de l’outil.

Parmi les points très positif et après de longues heures de pêche, c’est bien l’absence de fatigue que l’on rencontre souvent avec des cannes longues qui présente des équilibres très discutables. Recevant mon peux fulgor, c’est un ensemble d’à peine 250gr qui m’offre surtout un contact absolument génial avec des poissons de taille moyenne.

S’il me fallait conclure ces premiers instants avec cette nouvelle canne, loin de moi d’en prétendre être l’outil parfait mais plutôt un produit complémentaire .Associé à mes deux autres maxia, la SX 10.8 soie 2 vient compléter une gamme pour me permettre d’alterner les produits en fonction des conditions de pêche.

-Rivière type Haute Sioule et pêche polyvalente : Canne 10pied soie 2/3 (Maxia Mx4 10#2)

-Rivière type Basse Sioule et Débit inf. 10m3 :Canne 10.5 à 10.8 soie 2 (Maxia SX4 10.8#2)

-Rivière type Basse Sioule et Débit sup 10m3 :Canne 10.5 à 10.8 soie 3/4 (Maxia MX 10.5#3)

Un petit mensonge

D’un poisson, fut-il d’avril, nul doute que bien des pêcheurs n’aspirent qu’à la rencontre de ce partenaire sans lequel nous ne serions au final pas grand-chose .

Ainsi débute ces lignes par une photo, instantanée d’une rencontre avec une fille de la Sioule.

Prétexte je le crois à définir l’idée que je me fais de la pêche en cette nouvelle saison qui commence.

Moment de communion, plaisir d’une quiétude qui nous éloigne du brouhaha de quelques antispecistes, je dois avouer que j’aime la solitude, seule garantie de pouvoir se faire oublier au cœur des éléments.

Occasion de prendre le temps, d’éviter d’être aspirer par l’évolution d’un loisir ou tout ne se résume plus qu’à la performance. Occasion surtout de regarder l’eau qui coule sous les ponts en s’interrogeant sur l’évolution d’une rivière pour lequel je voue une affection particulière.

Ils seront nombreux cette année encore à commenter, à discuter, à palabrer des heures entières sur une époque qui emporte avec elle les derniers farios sauvages de bien des rivières.

Ils viendront sur les berges, pleurnicheront, feront d’innombrables théories mais au final combien accepteront de consacrer quelques heures  à son chevet.

Beaucoup d’ailleurs ne prendront même pas le temps d’observer la vie de la rivière, culture d’une pêche qui se veut aujourd’hui consommatrice d’un made in china  ou truite n’est plus que l’outil d’ambition commerciale dont la croissance exponentiel devrait nous alerter.

De cette réalité, permettez-moi amis lecteur de vous livrer une question le plus humblement qui soit .De cette réalité donc, elle est  manière à s’interroger sur la capacité de nos rivières  à répondre à nos attentes mais lesquelles ?

Celle de générer de la valeur ajoutée par l’engagement de bénévoles bien mal récompensés de leur effort .

Celle de fixer de manière irréversible un postulat ou toutes eaux de 1er catégorie doivent jusqu’à la fin des temps accueillir pêcheurs de truite « sauvage ».

Celle de donner audience à  tous ces techniciens de la canne qui défilent chaque année pour faire démonstration de leur science assumant avec beaucoup de convenance que chaque fois qu’un pécheur est en souffrance , c’est un billet qu’ils gagnent.

Celle de tous ces propriétaires de moulin à qui l’on expliquent que damnation leur est promise s’ils acceptent de céder à l’appel d’une énergie décarbonnée pour satisfaire des citadins avides d’un bio à la mode.

Celle de territoires ruraux dont l’une des ressources repose sur un pseudo tourisme vert totalement artificialisé asservis par des mégapoles urbaines qui concèdent de temps en temps à leur laisser une école ,un médecin , une poste.

Celle et encore celle ….

Comme toutes les plus belles, Riviere ne sait peut-être plus où donner de la tête.

Que d’ambition, que d’aspiration pour nourrir les destins d’une espèce qui au final n’arrivera probablement pas à choisir.

Voilà comment je raconte l’histoire de ma relation avec celles qui  partagent mes rêveries halieutiques depuis maintenant des dizaines d’années.

Le temps a passé, de mes ambitions de jeune homme désireux d’être le plus habile, le plus apte à faire le beau aux rendez-vous des pêcheurs, j’ai laissé place à une profonde affection qui me pousse plus encore aujourd’hui qu’hier à percevoir chaque rencontre comme une offrande dont je mesure l’absolu rareté.

J’accepte de sacrifier de longue minute à contempler plutôt qu’à pêcher. Mon regard se perd souvent au-delà de la surface pour comprendre ou plutôt observer l’empreinte de notre temps.

2019 me semble  source de bien des inquiétudes.

Des herbiers qui chaque automne se dégradent  et sont emportés, ce début de saison signale leur forte presence.Il y a fort à parier que bien des secteurs de la Basse Sioule seront quasiment impraticable autrement qu’en sêche très tôt dans la saison.

Plus grave encore, le niveau de la rivière qui ne connait plus guère de réelle crue conduit à l’accumulation de matière organique qui semble avoir colmaté une grosse partie des secteurs amont. De quoi s’interroger sur la réussite de la fraie.

Une fraie qui devrait s’exprimer majoritairement sur les petites tributaires mais eux aussi présentent  un faciès inquietant. On peut se demander comment va se passer les mois à venir si le soleil ne cède pas un peu terrain au profil de la pluie. De nombreux secteurs sont quasiment à l’étiage démontrant un manque d’eau important si tôt dans l’année.

D’un tel tableau, nous pouvons faire place à une forte de morosité, de lassitude .D’un tel tableau, nous pouvons nous interroger sur la pertinence de parcourir ces kilomètres qui nous éloigne de nos terrains de jeu .

Pourtant en amour comme en passion, l’aveuglement est souvent de rigueur et c’est avec beaucoup d’enthousiasme que j’ose vous écrire que la saison 2019 sera  exceptionnelle .

A moins peut être que j’ose un petit mensonge en ce jour de fête du poisson ….

Le temps des retrouvailles

J+8, le temps des retrouvailles.

Nous voici de retour à la rivière. Alagnon, Dore, Sioule et les autres ont retrouvé le flot des pêcheurs. L’eau est de retour aussi avec des débits à la hausse enfin !!!!!

L’occasion pour moi de revenir en premier lieu sur les quelques mots partagés avec un journaliste de la Montagne. D’ici, d’ailleurs, des mots d’un élu de la haute rivière d’Ain à l’alerte lancé par les acteurs de la Touvre, d’une maladie ariègeoise au lobby de quelques amateurs de turbine, l’avenir semble si incertain. Opportunité  d’insister sur la nécessité de prendre de plus en plus acte de la fragilité de nos écosystèmes

L’article de la montagne : https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand/loisirs/chasse-peche/2019/03/10/puy-de-dome-de-plus-en-plus-de-pecheurs-pronent-une-peche-recreative-plutot-que-predatrice_13513502.html?fbclid=IwAR20DwtYzZYjDPrZAcZCpr_ouiQl_GLrqn_IB2OvGqOwHVzAYWFTxkmdLBU

Nécessité d’une évolution de notre pratique vers un nouvel état   qui me semble aujourd’hui indispensable. Direction vers une pêche récréative et non prédatrice qui nous permettra peut-être de recruter de nouvelles générations capable d’entrevoir les risques de regarder dame nature comme un puits sans fond.

Image d’Epinal certes mais comportement dont nous commençons juste à mesurer les conséquences.

10 ans, 20 ans, 100ans, 1000 ans, j’avoue comme tous les autres appartenir à une génération qui n’a su où voulu anticiper les grands bouleversements écologiques qui nous touchent.

S’il me faut partager avec vous la conviction profonde qui est la mienne, je vous encourage cher amis lecteur non pas à m’écouter mais juste à prendre quelques instants pour observer les premières truites de l’année.

Rappelez-vous  des récits de vos parents, de vos grands parents, de ce qu’était nos rivières il y a 50 ans. On mesure alors ou nous en sommes aujourd’hui !!!!!

Une vie animal modeste, sans importance, qui ne sauvera peut être pas une réalité accablante mais un simple moment où l’on prend le temps de reflechir.Le no kil  n’est ni plus, ni moins que la captation d’une idée.

Nul d’entre nous ne peut se prévaloir d’être parfait, nul d’entre nous n’a le droit de stigmatiser son voisin.Faut-il être irréprochable pour cela, mais nous pouvons tous trouver un moyen vers notre volonté à changer.

Voilà ce qui m’anime depuis plus de 20 ans en essayant sans cesse de partager cette idée :

Chaque fois qu’une truite  repart au fond de la rivière, il est le moyen d’interpeller ce que je suis, la manière dont je transmets à mes fils notre Terre. Rien de plus, rien de moins  qu’ un chemin tortueux qui souvent me dérange par la nécessité à changer ma manière de vivre.

Comment pourrait-on changer d’avenir si un simple loisir conduit à la mort de l’animal ???

Ode à la vie, ainsi commence les premières heures d’auvergne passion mouche. Modeste truite, modeste récompense de quelques heures à pêcher. Cela suffit à mon bonheur.

Là assis dans la fraicheur de mars, je contemple la rivière, cherche du regard les premiers éphémères.

Un peu de bleu, nouveau partenaire qui aura mis à la retraite mon vivarelli.Belle mécanique dont l’unique inconvénient réside dans la peur de laisser quelques stigmates d’une chute, d’un gadin dans les rochers .Je dois  avouer sans détour mon enthousiasme à passer ces premières de l’année avec ce moulinet dont je rêve depuis plusieurs années.

Une construction qui respire la qualité .L’avantage de proposer l’unique semi-automatique qui offre une manivelle aux pêcheurs gauchers. Des personnalisations très sympathiques à l’image des bobines de couleurs ou de la possibilité de graver le pied du moulinet. Tous cela fait du travail de Valentin Daubré l’un des produits les plus aboutis que je connaisse.

De mars nous alternerons les terrains de jeu, histoire de faire de ces retrouvailles un parcours initiatique qui nous fait aller d’un bassin à un autre.D’une basse Sioule avec des fonds déjà  très sale à la haute ou l’espoir des ombres canalyse des attentions mérités.De la couze pavin bien fraiche mais qui aura permis de realiser quelques coups de lignes à la dore ou il aura fallu faire preuve de patiente.Ces parties de pêche ont eu l’allure d’une porte d’entrée  vers des pièces différentes ou nous attendent je l’espère d’innombrables aventures à l’image d’un film que la fédération de pêche du puy de dôme va réaliser.

Pour clore ce chapitre je cède quelques cannes d’occasion pour faire un peu de place. Des cannes qui pour certaines sont quasiment neuve à l’image d’une JMC Trimph. N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous êtes intéressé

-Jmc Trimph SPM 9 soie 12 quasiment neuve 180€ (avec port)
-Airflo bluetooth nano 9 soie 8/9  110€

-Loomis glx distance 10 soie de 7  215€

-Orvis Clearwater II 10 soie 7 130€

Ainsi débute la saison 2019, par ce billet d’humeur ….

Des nouvelles de la Sioule à la veille de l’ouverture 2019

L’ouverture approche.

Après des semaines, nous allons enfin retrouver nos rivières de 1er cat. Opportunité de vous parler des dernières nouvelles de la Sioule

Je commence donc ces lignes par un compte rendu de l’assemblée générale de Châteauneuf les Bains qui a eu lieu le 2 mars 2019.

Parmi les thèmes abordés, bien évidement il a été difficile de ne pas discuter du projet de microcentrale sur le moulin du coin.

Un projet dont il est pour l’heure bien prématuré d’en préciser les contours si ce n’est de vous mettre en garde de la rumeur populaire. Peu de monde étant réellement en capacité d’exprimer des certitudes.

La presse en parle : Le débit de la Sioule au Moulin du Coin dans le Puy-de-Dôme contesté au Conseil d’Etat : https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand/justice/chasse-peche/2019/02/28/le-debit-de-la-sioule-au-moulin-du-coin-puy-de-dome-conteste-au-conseil-detat_13506972.html

L’autre point important de cette AG est l’annonce des résultats de la pêche électrique réalisée en septembre 2018 au niveau des thermes.

Sous la forme d’une pêche par échantillonnage et par point, ce sont des résultats intéressants qui viennent valider la volonté de l’AAPPMA à sanctuariser ce secteur , consciente de la fragilisation globale de la riviere.

Sur un linéaire de 335 m, ce sont 79 truites( toutes tailles confondues) qui ont été retrouvées dont 7 poissons de plus de 30cm.Des résultats qui doivent être lu en parallèle de la méthode de pêche dont la mission est une évaluation de la population et non un comptage exact du nombre de poisson présent.

Pour conclure, je veux mettre en avant la politique menée par l’aappma qui va installer des passages à pêcheur au niveau de certaines clôtures.Occasion pour moi d’insister sur le respect des propriétés privées. Nécessité d’un comportement qui permet par la suite d’entretenir de bonnes relations avec les riverains

Poussant au-delà de ce territoire, je me fais le relai d’une communication du l’aappma de Monfermy-Chapdes Beaufort, rappelant au passage la fusion des deux anciens parcours « no kill » en un parcours de graciation mouche uniquement.

Communiqué de l’aappma de montfermy en vue de l’ouverture : « 

L’ouverture arrive à grands pas.
Nous sommes tous fébriles à l’idée de retrouver la rivière et ses habitants.
D’ailleurs, de tous ses habitants, il y en a un qui sera au centre de nos intérêts. Il s’agit de l’ombre commun, qui a vu son programme de réintroduction se terminer à l’automne dernier.
Nous comptons donc sur vous tous pour prendre soin de ce poisson. Et encore plus lors de la période du fraie, dont la première période devrait avoir lieu cette année.
Outre le fait de faire preuve de précautions lors de la capture et de la relâche, nous vous demandons de rester discrets sur la localisation des frayères et de ne pas les pêcher si vous tombez dessus.
Nos gardes veilleront au grain.
Mais n’oublions pas nos chères truites et plus particulièrement leur progéniture, qui, au moment de l’ouverture sera encore à l’abri des graviers.
Évitez au maximum de pêcher en entrant dans l’eau.
Si vous devez le faire, portez donc une attention toute particulière à là où vous mettez les pieds.

Profitez de ce moment de retrouvailles et faites vous plaisir au bord de l’eau. »

Des préoccupations auxquelles je souscris totalement dans le cadre de la Basse Sioule qui devrait offrir un debit faible pour le jour J.Relai des notions que nous avions déjà abordées sur Auvergne passion mouche en 2015.

Attention frayères :  http://auvergnepassionmouche.fr/sioule-attention-frayeres/

Poursuivant ces news, je vous rappelle qu’au restaurant l’escale, Emmanuel  va mettre le petit plat dans les grands pour vous proposer un menu spécial Ouverture. Une pause gourmande entre deux coups de lignes.

Emmanuel Estival  redémarre d’ailleurs sa saison de guidage sur la Basse Sioule. La garantie d’avoir à ces cotés l’expertise d’un acteur majeur de la vallée qui réside tous les jours sur les bords de la dame des Combrailles. Emmanuel proposant aussi des hébergements à quelques pas de la rivière

Un séjour de pêche avec Emmanuel : https://www.peche-sioule.com/

Une découverte de la Sioule que vous pourrez enrichir avec la rencontre de la Haute Sioule par l’intermédiaire de Stéphane Voisier.A travers un concept complet il vous invite à le suivre  sur  les plats de Pontgibaud, les méandres de Pranal,  finissant la journée par un repas à la villa colombier

Découvrir la villa Colombier : https://www.chambres-hotes-colombier.com/

Permettez-moi maintenant d’élargir le regard à l’échelle du département du Puy de Dôme.

Depuis maintenant quelques mois la fédération de pêche a modernisé son site internet à travers l’introduction de carte interactive.

Aller à la découverte du Puy de Dôme : https://www.peche63.com/cartes-interactives#7

Un support qui permet notamment d’identifier des parcours labellisés (découverte, No kill) ou des parcours à haute valeur halieutique. Des fiches  gratuites et à destination de tous les publics.

Une démarche d’identification des parcours que l’on retrouve d’ailleurs sur beaucoup de site internet de nos fédérations. L’occasion  de se dédouaner de quelques supports commerciaux.

Ainsi pour terminer, laissez-moi vous souhaiter à tous et à toutes une très agréable ouverture 2019 sur la Sioule ou ailleurs……

Relâchez vos rêves……………….

 

 

 

2018….le bilan

Encore une poignée d’heure et il sera temps de dire au revoir à 2018.

Clôture d’une saison pleine de souvenir. Clôture d’une saison parfois difficile à l’image des premières heures de l’année sur la Sioule ou je me suis quelque peu ramassé.

Clôture surtout d’une saison qui m’a encore fait découvrir des paysages magnifiques.

Ainsi débute ces lignes dont je ne peux éviter de faire le bilan annuel d’Auvergne Passion Mouche.

Malgré une production d’article plus faible ( 100 en 2017/53 en 2018), c’est votre fidélité qu’il me faut louer. Une fidélité qui conduit APM vers des statistiques supérieures en proportion par rapport à 2017.Plus de 2.5 millions pages vues.

Une réalité dont il ne me faut jamais oublier que ce resultat repose avant tout sur votre présence. Des premières lignes  qui vous sont dédiées cher lecteur. Merci à vous tous

Reconnaissance d’Auvergne passion mouche qui au-delà de son aspect virtuel a trouvé en 2018 une forme d’existence réelle par la création d’une entité associative. Porte d’entrée vers 2019 ou j’espère que nous pourrons porter de véritable projet.

Des idées plein la tête qui me replonge dans quelques souvenirs.Ainsi continue ce bilan à l’image de quelques coups de coeur.

Coup de cœur Matériel.

Encore une saison d’une richesse incroyable ou j’ai pu découvrir quelques nouveautés mais aussi des valeurs sures.

Comme une introduction qui m’a fait découvrir les chaussures Andrews et m’a permis de faire naitre un partenariat avec river shoes.Clin d’œil indispensable à l’égard de ces personnes qui ont été présent et m’ont aidé à apporter de la qualité à travers mes articles. Merci notamment à Sébastien qui se reconnaitra je pense (https://www.river-shoes.com/)

Continuité autour d’une canne à mouche. Coup de cœur d’une arrière-saison réservoir très dense ou il m’est impossible de ne pas partager mon enthousiasme à l’égard de la JMC pure Lake 10 soie 6.Une canne parfaite pour appréhender les pêches que j’ai eu la chance de partager avec vous sur le numéro 129 de pêche mouche.

Un look sombre mais surtout une douceur qui au-delà des performances vous accorde ce qui me semble essentiel : des sensations sans compromis avec nos partenaires de jeu.

Coup de cœur littéraire.

2018 nous aura livré une fois encore d’innombrables lectures. D’un éime traité sur la nymphe à vue à l’inventaire de quelques points GPS, il est un ouvrage  indispensable au sein d’une bibliothèque.Un livre ou plutôt une bible pour les amoureux du CDC.

Coup de cœur Fly tying.

Comment éviter à ce stade de ne pas parler de mon ami Vincent.Des années que nous cheminons ensemble sur les bords de la Sioule. Une amitié qui nous a conduit à l’autre bout du monde.

Mais une amitié surtout qui me conduit à être admiratif du travail qu’il a accompli en 2018.

Un engagement fort pour apporter un souffle nouveau au lac réservoir de Banson, une volonté sans faille à défendre et à porter des projets à sein de son aappma Montfermy/Chadpes Beaufort.

Enfin le développement d’un nouveau Fly shop : Fly concept dont son expertise fait (j’en suis convaincu)  de sa boutique un partenaire de grande compétence auprès de ces clients.(http://www.fly-concept.fr/)

A essayer sans modération et surtout un avis tranché qui me conduit à vous pousser à lui rendre visite. Peu de gens ont autant donné à la pêche à la mouche et à la protection de la Sioule dans mon département.A l’heure ou beaucoup profitent du travail accompli ,nul doute je le crois que Vincent mérite le succès.

Coup de cœur d’ailleurs.

D’ailleurs parfois lointain je laisse aujourd’hui place à ces parties de pêche que je me remémore en plein mois d’aout sur les bords de la Clarée.Peu de rivière, peu de vallée me semble si épargné de la présence humaine.

De nos montagnes souvent dévisagées à grand coup de piliers et autres remontées mécaniques, je dois avouer que les heures passées au bord de ces eaux m’ont réconcilié avec des paysages alpins qui parfois me font froid dans le dos. Sentiment mitigé d’une nature sacrifiée à l’ambition de canon à neige qui détruisent chaque année un peu plus ces joyaux d’altitude.

Coup de cœur d’ici.

De Sioule, encore et toujours, de Sioule, de son odeur, de ces herbiers. De ces museaux qui se dessinent dans l’obscurité  d’un coup du soir sur les plats de chateauneuf.De Sioule encore lorsque je m’enfonce dans les gorges de Pranal.

De Sioule dont je n’ai cessé de  fuir cette année toutes  les polémiques, tous les débats inutiles, retrouvant la quiétude d’une solitude qui me convient de plus en plus.De Sioule enfin  lorsque là posté dans quelques centimètres d’eau la soie se tend et que je ressens le poids de l’un de ces magnifiques truites.

2018 m’a encore livré la chance d’apercevoir des poissons dans les dimensions trahissent un age avancé. De Sioule comme la madeleine de Proust de la passion qui m’anime.

Coup de cœur enfin …

Conclusion enfin à travers ces images, ces vidéos, ces heures de rêveries que je passe à regarder l’œil plein de désir .De ces récits d’ailleurs ou je comprends que la pêche à la mouche peut devenir un formidable outil de communion. Point de repère d’un engagement à faire revenir en 2019 le RISE dans le département du Puy de Dôme.

Ainsi s’il me fallait terminer ces lignes par une invitation, je vous propose de nous retrouver tous très bientôt .Le vendredi 16 février 2018 au cinéma le capitole…..