Auvergne Passion Mouche

Journal d'un passionné de pêche et de nature

En mode King Size

Le froid s’installe .

De nos rivières de premier cat, le spectacle de la vie commence à poindre le bout de son nez .De Sioule et d’ailleurs on observe les premiers poissons sur les zones de fraie. Comme un avenir que l’on souhaite radieux.

C’est aussi les prémices de la saison réservoir .Rarement début aura été aussi tardif .

De faible niveau d’eau  en seconde cat, une douceur qui aura duré .Tous les ingrédients pour rendre la pêche de l’ombre à son apogée mais pour impacter clairement l’une de mes traques favorites : la recherche des arcs trophées.

De pêche dans nos plans d’eaux, il fallait se contenter des bordures, de la nav, d’un sentiment un peu frustrant que certes le score avait un sens mais que je passais probablement à côté des choses essentielles.

Pour me satisfaire, j’avais choisi d’alterner, de revenir des années en arrière à l’époque ou je faisais quelques compet , me baladant avec un barda digne d’un trouffion du 92.Une canne en nav, une canne au streamer, une canne au chiro, une canne en 7, une canne en 6, une panoplie d’une efficacité sans égale, capable de répondre à chaque attente de la moindre de ses dames.

Mais je dois l’avouer, enfin les anneaux se sont mis à gelé, enfin la fraicheur glaciale du matin a saisi mes mains. Enfin j’ai pu passer en mode King size.

Une volonté, l’acceptation d’un nombre d’heure ou rien ne se passe, l’acceptation de toucher beaucoup moins de poissons que les voisins .Mais  on lance, on cherche, on relance, on doute, on s’enthousiasme, on comprend combien ces choix impactent la réussite d’une partie de pêche .Tout cela pour un poisson .Un unique graal.

Quel pied que de regarder cette immense dame se saisir de la bouchée offerte. Quel pied que de combattre au milieu d’un amas de branche l’infatigable  adversaire dont le poids suffit à faire plier le frêle carbone de ma canne.Quel pied d’hurler pour appeler Jérôme au secours incapable de faire rentrer un tel poisson dans ma modeste épuisette.

Ainsi ai-je gagné mon pari, toucher l’un des plus gros poissons du Domaine….

Assemblée d’Autonme 2017 de l’AAPPMA de Montfermy-Chapdes Beaufort

Ce dimanche avait lieu la traditionnelle assemblée générale d’automne de l’aappma de Montfermy-Chadpes Beaufort.

L’occasion de revenir sur l’année écoulée et d’entrevoir des projets pour l’avenir.

Parmi les bonnes nouvelles, nul doute qu’a l’image de plusieurs aappmas des secteurs Sioule, l’augmentation du nombre de carte vendue en 2017 aura fait démonstration de la confiance et du soutien des pêcheurs pour des politiques de gestion plus protectionnistes.Cette saison aura notamment permis de mettre en place la maille à 25 cm.

Une réflexion qui trouvera continuité dans les années à venir avec  une volonté affichée d’éduquer les pratiquants vers une baisse du quota journalier.2 poissons par jour sur l’ensemble de la Sioule semblant etre un seuil qui se dessine pour permettre de garder à l’activité pêche son attractivité sur les territoires.

L’autre moment fort  aura tourné autour de l’introduction des ombres dont le succès semble au rendez-vous .Plusieurs pêcheurs ayant fait retour d’individus pris sur des secteurs très vastes avec des poissons  qui ont bien grossi. Un programme qui cette année a été densifié avec l’apport de 5000 nouveaux ombrets.

Seul  bémol ou plutôt inquiétude, le risque de voir certains pêcheurs confondre ces poissons avec  de la blanchaille. Une vigilance importante de Philipe  (garde de l’aappma) permettra une fois encore de limiter ces risques.

Une discution nécessaire de ces missions de gardiennage, souvent ingrate qui malgré tout permettent d’aboutir à des sanctions à l’image du procès-verbal dressé sur le no kil  de Montfermy contre un pêcheur peu attentif aux préconisations. Une politique de collaboration entre les aappmas qui dans les années à venir devrait se densifier  et faire des secteurs Sioule des lieux ou le respect des règles aura valeur à être compris , entendu et punis pour ceux qui ne joueront pas le jeu.

Enfin pour conclure ces quelques lignes ,c’est bien un échange riche et plein de curiosité autour de l’étude génétique qui aura marqué une profonde fierté de l’ensemble des acteurs à être le moteur d’un état d’esprit plein d’humilité .

Conscient peut être que la Sioule n’est pas la plus belle rivière du monde , n’est pas la destination pêche la plus parfaite mais qu’a l’heure ou j’écris ces lignes nous sommes tous attaché à elle , à ces truites.

Pour les pêcheurs que nous sommes , aucun ailleurs si parfait soit il ne pourra la remplacer!!!!

Un nouveau no kill sur la Basse Sioule

Paru au sein de la newsletter  d’octobre  2017 de la fédération de pêche du Puy de Dôme, le projet  de création d’un nouveau linéaire de graciation sur la basse Sioule semble être sur le point d’aboutir.

Un parcours de 2700m « toutes techniques hameçon simple sans ardillon » qui s’étalera du seuil de moulin de la Fayolle au seuil du moulin de la Croix.

C’est grace à un travail collaboratif de l’ensemble des acteurs locaux : AAPPMA « la truite », riverains, commune de Châteauneuf les bains et de  Blot l’Eglise qu’il s’agit  de prendre la mesure de la fragilité de la rivière Sioule.

Faisant suite à plusieurs indicateurs dont nous devions mesurer l’urgence.

-Une pêche électrique alarmante.

-Une étude génétique qui démontre l’inefficacité des alevinages autour des considérations de pérennisation de l’espèce

-Une situation inquiétante des différents étiages subit par les tributaires au cours des étés  précédents.

-Une confiance importante des pratiquants sur la volonté de protection de notre AAPPMA  avec une croissance de plus de 25% du nombre de carte vendu  dans un contexte peu favorable

La mise en place de ce linéaire apparait comme l’unique rempart au maintien d’une activité pêche attractive  pour les années qui arrivent.

Ainsi voyons à travers cette volonté renouvelée , l’expression d’un espoir .

Celui d’essayer de  faire perdurer pour les générations futures   ce  que nous aimons  le plus  :

La pêche de la truite sur la Sioule

Pensons à nos enfants….

 

De la théorie à la pratique

Des  lignes écrites  dans « pêche mouche » à l’arrivée au bord du plan d’eau de gerris, il n’y a qu’un pas. Une occasion de passer de la théorie à la pratique

Sur la bordure , la demoiselle aux points rouges profite encore d’une eau à 12° pour continuer à parader . Observée depuis de semaines par les afficionados de la Nav, il n’est plus temps pour elle de jouer les amuseurs. Nous entrons  dans la période  des  amours et elle se doit de se faire belle pour séduire.

Une beauté qui ne tient qu’à un fil ou plutôt une bonne manipulation. Ainsi voudrais-je profiter de l’instant pour nous encourager tous à faire plus attention.

Avec le froid qui s’annonce, les berges du lac  vont devenir de plus en plus dures et abrasives. Je voudrais  insister sur l’évidente nécessité que nous avons à tous faire l’effort de décrocher nos poissons  dans nos épuisettes.

Même le temps d’une photo prendrai  alors  la valeur d’un presque rien. Un infime préjudice qui me conduit à valoriser à travers cet article, une  gamme d’épuisette de la marque PAFEX : La gamme Seanet

Découvrir l’univers des épuisettes pafex : http://www.pafex.fr/PAFEX-EPUISETTES.pdf

Initialement destiné à la mer, ce produit présente un encombrement correct avec l’ajout d’un manche télescopique, une bonne profondeur de filet pour le modele CR50 (70cm).Des atouts importants pour la traque des gros poissons qui hantent les lieux.

Mais surtout un filet « anti A » qui  permet d’éviter l’abrasion des mailles  qui fragilisent le mucus du poisson. Cerise sur le gâteau il empêche  l’accrochage des hameçons lorsque l’on pêche à plusieurs mouches.

Acheter l’epuisette Pafex : https://www.pecheur.com/achat-epuisette-pafex-seanet-97050.html

Un vrai coup de cœur pour débuter cette fin de saison réservoir.Mais surtout une réflexion nécessaire sur ces nouvelles épuisettes dont les gammes ne cessent de s’améliorer.Des produits dont la volonté des fabricants nous encourage à la vigilance.

En somme et en résumé , juste vous proposer amis lecteurs de réfléchir à cet outil qui fait partie intégrante de notre panoplie.

La Newsletter de la FDAAPPMA 63

Octobre signe traditionnellement une transition dans nos saisons de pêche.L’occasion  pour la FDAAPPMA 63 d’une nouveauté : la 1er Newletter .

Occasion de faire le bilan d’actions menées sur nos territoires à l’image de la renaturation de l’Artiere avec un travail souvent mal connu des personnels fédéraux .Occasion aussi de se projeter dans l’avenir avec la mise en place d’une reserve totale de ce même cours .

Télécharger la Newletter de la FDAAPPMA 63 :

http://www.peche63.com/sites/www.peche63.com/files/newsletter-fd63-octobre2017.pdf

 

 

 

 

Venti anni

A l’heure ou bien des débats animent parfois l’internet autour de la fiabilité de nos produits mouche, il est un anniversaire que je ne pouvais passer sous silence.

D’une simple sonnette de vélo, de l’imagination de l’un des meilleurs pêcheurs à la mouche de la Sioule, est né  quelques années plus tard en Italie, un moulinet semi-automatique dont la renommée n’a cessé de grandir :Le Vivarelli

Découvrir l’univers de Vivarelli : http://www.francovivarelli.com/

Pour ma part la saison qui s’achève  signera le 20 nième anniversaire  de celui qui m’accompagne à chaque sortie de pêche.

Que dire à  l’heure où chaque marque vous offre une nouveauté par an, qu’il n’est plus beau cadeau qu’un objet qui dure.

Un bruit typique, une rusticité à toute epreuve , ainsi pourrait se raconter la relation presque fusionnelle qu’entretienne bien des pêcheurs avec ce modeste moulinet qui n’a rien des canons de la mode.

Pas de large Arbor, pas de look dévastateur, pas de frein micromicrometique,pas de pacotille qui rendent la vie plus belle.Juste l’essentiel. Un mécanisme facile à réparer, facile à entretenir, et surtout infatigable, inusable.C’est cela le viva.

Une video pour  reparer et entrenir son moulinet :

Trouver des pieces detachées pour son moulinet : http://www.ardentflyfishing.com/CT-674-moulinets-vivarelli.aspx

Vous l’aurez compris, j’aime mon Vivarelli et vous ???

Ca me manque déja

Si comme moi , çà vous manque déjà , il reste la patiente et de temps en temps se perdre dans des images venues d’ailleurs .Un regret , une pensée pour mes amis les deux Vincent et Cédric.

Une bonne raison de retourner la bas.

The Green from Team Backcountry on Vimeo.

Un simple filet d’eau

Que reste-t-il de nos amours, si ce n’est un filet d’eau. Ainsi pourrait débuter cette balade dans la fraicheur d’une après-midi qui me conduit sur les berges de quelques ruisseaux.

Inquiétante situation qui livre le visage d’un étiage qui dure. D’une eau qui manque, d’une eau qui devient rare.

D’une eau qui laisse guère d’espoir d’admirer sur nos tributaires la venue d’une belle à point rouge en quête d’un lit nuptial.

Comme une catastrophe dont on ne me mesure probablement pas encore les dommages. Comme l’insolente désinvolture de certains qui veulent repousser à demain des débats indispensables autour de l’absolu nécessité de sanctuariser le peu qui reste. Comme l’inconscient qui préfère discourir et montrer du doigt  plutôt que d’être acteur d’une véritable politique  pédagogique.

Comme un profond soupir d’apaisement lorsque comme d’autres j’ai parcouru les résultats de l’analyse génétique des truites de notre département .Une chance, une profonde envie de vivre, un acharnement de la nature à faire perdurer de vrai souche sauvage dans des contextes qui se fragilisent chaque jour un peu plus.

Comme une larme qui se dessine au recoin de l’œil qui m’observe. Selon l’ONU aucune des promesses tenues durant la COP21 n’auront de chance d’aboutir. De notre Terre l’évolution des températures devrait tendre vers les +3°d’ici la fin du siècle.De quoi changer, modifier, bouleverser à jamais les écosystèmes qui nous entourent.

Comme un spectacle qui est en train de se mettre en place .Quelques semaines encore  et nos truites accompliront les ébats d’un avenir si incertains

Et pendant ce temps que feront-nous.

Pour ma part, Je tenterai une fois encore ici de vous convaincre amis pêcheurs de l’absolu nécessité de limiter nos prélèvements  sur ces rares joyaux que notre epoque moderne concède à nous laisser.

Chasseurs de Bonites part 2 / La vidéo

Ramener des images , passer quelques heures à les monter …comme l’occasion de revivre les émotions ressenties.

Images realisées par Benjamin avec une go pro Hero 4  et par Vincent avec une go pro Hero 5 et un stabilisateur Removu S1 3 axes

Lire la partie 1 : http://auvergnepassionmouche.fr/chasseurs-de-bonites/

Découvrir l’univers de Benjamin Jacquot guide de pêche : https://exotic-fishing.fr/

Chasseurs de Bonites

D’un ombre qui gobe sur un plat de l’allier à une truite trophée qui m’offre l’opportunité de partager avec vous un article sur le dernier numéro de pêche mouche, je dois me rendre à l’évidence : .De pêche à la mouche plus encore que tout le reste, ce qui me passionne, c’est la diversité

Ainsi me voilà dans le bateau de Benjamin  filant à tout berzingue avec Vincent  au milieu de la méditerranée à la recherche du moindre indice.Un simple  oiseau qui trahira la présence  d’une chasse de Bonite.

S’il est une pêche fascinante, comment ne pas parler de celle-ci sur un blog qui se veut être à chaque instant le témoignage d’un regard sur notre passion commune : l’art de faire des arabesques au milieu de nul part

En mode ultra light,  TFO Mangrove 9 pieds soie de 7, face à la puissance de ces boules de muscles, nous espérons apercevoir le backing de nos moulinets qui sert trop souvent de simple décoration.

Comme la concrétisation des heures passées à la maison à imaginer quel serait le bon facteur capable de déclencher l’attaque de ce prédateur au milieu d’un banc d’anchois .

Comme une confiance sans faille pour cette mouche que j’ai baptisé la Isla Bonita.

Au premier abord bien peu sont prêt à miser sur l’efficacité de notre technique face à la nuée des bateaux qui lancent  à grande distance des leurres offrant la mort à chacune de leur prise .

Pourtant il est tout  autre philosophie que la nôtre. Tel le pêcheur en sêche que je suis, tout est question de finesse, d’approche, de placement , trop conscient peut etre des limites de notre art.

Après maintenant plusieurs sorties dédiées à traquer uniquement ces poissons à la mouche, j’arrive enfin à affiner les stratégies, la présentation, l’anticipation du déplacement des chasses , offrant des seuils de réussite  correcte.

Du débutant sur chasse en mer que j’étais il y a 3 ans , petit à petit j’apprends, je me perfectionne. Je mesure aussi tout ce qui me reste à comprendre

De pêcheur à la mouche, il est pour certains une volonté d’être le meilleur .Il est pour moi l’irrésistible nécessité d’éviter la lassitude d’un univers que je maitriserai à la perfection mais dont je sais que je m’ennuierai rapidement

J’aime la nouveauté, j’aime l’insécurité d’un savoir non détenu.

J’aime tout ce qui m’oblige à la découverte avec une canne à mouche en main.Et si vous êtes comme moi  , alors cette pêche est faite pour vous …..

Auvergne Passion Mouche Frontier Theme