Auvergne Passion Mouche

Journal d'un passionné de pêche et de nature

Le temps des réglages : Redington Trout Spey/Hardy Ultralite ASR

Comme chaque début d’année, après quelques courses et de nombreuses heures passées à l’etau, février devient le prétexte à des sorties de pêche  ou je prends le temps de tester tout cela.

Ainsi pour commencer cet article je choisi de vous reparler de la boutique PLC pêche. Une mise en avant comme les remerciements d’un client totalement satisfait d’une relation commercial ou à chaque instant on fait l’effort de l’avertir d’un produit qui n’arrive pas dans les délais, l’effort de prendre le temps du conseil .Un vrai coup de cœur.

Venant compléter l’arrivée de ma canne switch, j’ai choisi pour jongler entre mes differentes  soies de 6 de craquer pour le moulinet Hardy Ultralite ASR 5000

Découvrir la marque Hardy : http://www.hardyfishing.com/

Acheter le moulinet Ultra lite ASR : http://www.plc-peche.fr/moulinet-mouche-hardy-ultralite-asr-5000.html

Un choix principalement guidé par l’esthétisme rare  d’un produit à cassette.

House of Hardy  offrant depuis quelques années  des moulinets tous plus beaux les uns que les autres. Opportunité aussi  de ne pas rester sur la déconvenue d’une mauvaise prise en charge de garantie qui m’a conduit à faire une lecture très à charge de cette marque. Un prise en charge qui depuis à trouver une fin heureuse .Il me faut là aussi remercier l’écoute du responsable d’Hardy France.

Au-delà plusieurs points me semblent devoir être mis en avant lorsque l’on parle de ce produit. En premier lieu si pour beaucoup de pêcheur le simple fait d’acheter un moulinet suffit à leur bonheur, l’une de mes tares me conduit à devoir en permanence  rechercher la manière dont on passe celui –ci de droitier en gaucher.

Dans le cas de l’Ultra lite ASR, il suffira de deviser la partie centrale de l’axe pour trouver le roulement. Une simple rotation de la pièce et hop le tour est joué.

Autre point, le système de clipsage des cassettes qui vient sécuriser leur mise en place. Là encore un concept unique dans le monde des moulinets à bobine interchangeable ou souvent la sécurisation se fait grâce à un système de joint. Cela donne de la confiance.

Plus encore que l’apparence et les impressions, c’est au bord de l’eau que l’on sait si l’on a fait le bon choix.

Avec la Marryat tactical 10 soie de 6, les 187 gr de l’ultralite équilibre à merveille l’ensemble.La seule interrogation reside dans le fait d’avoir choisi la version 5000.Un diametre qui me pousse à penser que la faible longueur de backing (75m) avec une soie de 6 peut être un frein à la tenue d’un gros poisson sur un réservoir comme les gerris ou le lac du Bouchet.

En parallèle l’association avec la Redington trout spey  m’offre un  bel ensemble qui me permet de ressentir les premières sensations avec la canne switch.

Un moment de pêche ou je fais le pari d’alterner entre la soie rio single handed spey  pour une pêche douce au chiro et la soie OPST Skagit commando head 250 gr  pour le streamer. L’occasion aussi d’apercevoir la rapidité de chargement de ces micros skagits qui permet de pousser des billes tungstène et des mouches assez volumineuse même sur un faible numéro comme la canne soie de 3.Seul sacrifice à une mise en action trés confortable : la discretion

Ainsi pour conclure cette présentation, un seul mot me vient à l’idée, vivement l’ouverture pour parfaire ma connaissance de cet ensemble : Redington Trout Spey/Hardy Ultralite ASR.

Une ouverture qui me permettra aussi de tester les chaussures Andrew distribué par la boutique River-Shoes.Un produit que je vous présenterai dans les prochains jours sur Auvergne Passion Mouche

 

Basse Sioule : 2700m de graciation

En ce dimanche  matin, le nouveau parcours sanctuaire de la Basse Sioule vient de prendre forme.

Quelques heures de panneautage comme un espoir qu’à travers un simple geste nous prenions conscience de la précarité du loisir pêche.Un loisir qui ne pourra perdurer que si et seulement si nous sommes en capacité d’accepter les contraintes d’un milieu ou nos farios sont de plus en plus fragile.Apprendre à protéger ce que l’on a plutôt que de faire  des longs discours et de belles théories qui ne mènent à rien.

Seul moyen peut être d’offrir aux moins experts d’entre nous ( débutant,jeune,etc)  la chance d’éprouver ces émotions qui nous envahissent à chaque ouverture.

Un parcours no kil de plus de 2700 m

Un parcours toutes techniques hameçons simples sans ardillon qui offrira l’opportunité de satisfaire tous les types de pêcheur, alternant courant, pool profond et immense plat.

Un parcours no kill qui s’intègre totalement dans la vie de la commune. Des accès tout au long de la route, plusieurs zones de parking .L’opportunité de trouver des logements  (résidence du parc) pour passer quelques jours sur les berges de la Sioule et d’aller à la découverte en famille de la beauté des Combrailles comme le moulin de Braynant,le meandre de Queuille , de Chateau Rocher , etc

Découvrir la commune de Chateauneuf les Bains : www.chateauneuflesbains.com/

Quelques heures de panneautage, rien de plus, rien de moins. Quelques heures de panneautage comme la conclusion d’une aventure. Mais cela est une histoire.

Une nouvelle chenille : La Mx-D Blob

L’hiver s’est installé. Autour de Clermont la neige a pris possession des paysages de montagne  pour le plus grand plaisir des amoureux  de l’or blanc

Pour le pêcheur que je suis, nul doute que cet épisode vient rajouter de l’optimisme après les semaines de janvier qui ont vu pas mal de pluie.

Un début d’année qui nous laisse présager l’amélioration de la situation hydrologique. Le niveau  des nappes nous permettra peut-être de passer les périodes les plus sèches sans encombre. 2018 s’annonce bien.

Après le carrefour national de la pêche je consacre traditionnellement un mois à refaire le plein des boites à mouche. Un travail long et parfois fastidieux mais sans lequel il me serait  impossible de profiter à 100% de mes parties de pêche. Il faut anticiper, chiner quelques nouveautés à l’image d’une chenille venue d’Angleterre  pour débuter ces premiers mois en réservoir.

Coup de cœur du moment pour la MX-D Blob de la marque Fly Box.

C’est grâce à cette envie constante de toujours chercher les nouveaux produits  que nous pouvons au fil du temps éviter la lassitude et garantir quelques succes.Nous devons accorder à ce moment où le montage prend le pas sur le reste une importance sans égale.

C’est aussi cela l’univers de la pêche à la mouche

L’ouverture se fera « deux mains »

Si pour beaucoup d’entre nous, la découverte de la pêche à la mouche s’est ancrée autour de la pêche de la truite, mon parcours est bien diffèrent.

Déjà évoqué sur le blog, c’est à l’age de 12 ans que j’ai touché pour la première fois de ma vie une canne à mouche mais sa longueur n’avait rien à voir avec les standards .D’une 9 pied soie de 5, la mienne mesurait 15 pieds. Une canne à deux mains de la marque plateau avec lequel je découvrais accompagnant mon père la traque des saumons de l’allier.

Le temps a passé, de saumon il en reste plus qu’un souvenir. Un reliquat qui hante encore les berges de nos rivières auvergnates. Un regret que je ne peux effacer de ma mémoire, une quête au quelle je me refuse d’aller ailleurs pour l’assouvir.

Pourtant c’est à l’autre bout du monde, dans les Fly shop du Montana que mes souvenirs se sont transformés en une furieuse envie de retrouver ces émotions des cannes à deux mains au cœur de mon Auvergne.

Double handed spey casting, switch rod, over head, snap T autant de mot qui me semble si familier après des heures à regarder d’innombrables vidéos sur le net.Autant de mots si lointain à la fois , comme la rémanence d’une époque ou j’admirais ces arabesques sur les courants de la vialette.

Difficile après des années à ne s’intéresser  qu’a la canne à une main de faire les bons choix, de choisir les bonnes options , de trouver chaussures à son pied.

Au milieu d’évolutions  qui ont vu naitre des produits  ultra light permettant de cibler des espèces comme la truite et de donner un nouvelle élan à la pêche en noyée que je pratique lorsque je me lasse de ces pêches al Hilo. Il me fallait  chercher des conseils pour  sauter le pas.

D’un échange sur le carrefour de la pêche de Clermont Ferrand à une recherche sur internet, je découvrais la boutique de Philipe Koehler : PLC Pêche. Une boutique qui possède un rayon spécialisé pour la spey casting.

Découvrir la boutique PLC pêche : http://www.plc-peche.fr/

Un coup de téléphone plus tard ou je tombais sur un homme passionné capable de me fournir avec beaucoup de professionnalisme de précieuse indication, il m’aide à affiner mon choix qui se porte sur la marque Redington avec une canne 11.3 soie de 3 de la gamme hydrogen.Une canne relativement légère qu’il me propose de compléter  avec un soie rio single handed  WF6.Un ensemble  qui devrait me permettre de belle séquence de pêche dés l’ouverture  sur la Sioule.

Pour l’heure c’est un peu rouillé que  je me retrouve sur les bords de l’allier, m’amusant avec ce nouveau jouet comme l’enfant que j’étais  il y a quelques années de cela.

Gouzon :Cela faisait un bail

Cela faisait longtemps, un bail en somme que je n’étais retourné à Gouzon.

L’arrivée de plan d’eau de qualité dans mon département  m’a conduit à rester sur mes certitudes, finissant par appréhender mes parties de pêche avec une canne , quelques streamers, valeurs incontournables identifiés au cours de chaque sortie.

A l’image d’un pêcheur de rivière qui s’enferme sur quelques spots, persuadé d’être un génie car il a appris à lire chaque centimètres, chaque recoin d’un univers minuscule  dont il possède au plus profond de lui-même les  combinaisons, j’avoue qu’il est alors facile de se satisfaire de sa réussite.

D’un monde  à l’autre, d’une pratique ou l’on refuse de se mettre en danger, la pêche en réservoir ne déroge guère à ce sentiment de tout connaitre, de tout savoir.

Comme le besoin de retrouver une forme d’humilité, comme le besoin permanent de faire des choses différentes, comme le besoin de me nourrir de chaque espace pour découvrir plus encore ma passion pour la pêche à la mouche.

Ainsi à l’opposé de mes dernières sorties, je concède en ce moment le désir d’exploiter au maximum ce potentiel infini que nous offre la pêche en réservoir. D’innombrables options d’un univers où l’on jongle d’une canne à l’autre.

D’une petite nymphe que l’on destine à la pêche à vue à un train de chiro que l’on laisse voyager aux grés de la vague. D’un articulé, valeur sûre de Gouzon à une pratique plus profonde à l’aide  d’une S7 ou l’on sonde l’abord du ponton et de ces 17 m d’eau .

Chaque touche, chaque poisson venant récompenser des choix stratégiques.

Pourtant au milieu de tout cela , il me faut confesser que la raison secrète qui me pousse  à revenir à Gouzon est intimement lié à un manière de pêcher .Royaume du kikinou ,  il est un spot ou cette mouche trouve raison même des plus récalcitrante. Au milieu des oies, le long des cabanes, sur le plateau qui se dessine, kiki  se montre à son avantage.

Une pêche tout en douceur, la plus simple possible, un sage Z-axis 9.6 soie de 5, un bas de ligne qui réduit à sa plus simple expression, 1.5 m de fluoro-carbone et me voici prêt à en decoudre.Tout l’art de cette mouche se résumant à ne rien faire.

Observer uniquement cela, observer un museau qui se saisit de l’imitation lorsque celle-ci se pose sur l’eau. Observer la moindre vibration dans les brins de nylon pendant que la mouche s’enfonce paisiblement. Observer la pointe de la soie lorsque kiki se pose sur le fond et attend depuis de longue minute. Observer toujours, être patient sans cesse, tel est le secret .

Ainsi pour conclure je vous propose de voyager dans l’univers kiki.

Le kikinou ( Montage et Mise en pratique)

Des nouveautés à Banson pour 2018

Il est temps de revenir à la pêche .De profiter d’un mois de janvier pluvieux mais relativement doux  pour aller voir ce qui se passe à Banson.

Je retrouve Vincent pour une partie de pêche qui s’annonce  humide mais dont l’arrivée de nouvelles partenaires assurera la tenue d’une  séance de carbone très prolifique.

Ce ne sont pas moins de 200 petites truites qui sont venues à la rescousse des résidentes pour offrir aux pêcheurs la garantie de passer un bon moment. Des petites truites qui se rapprochent énormément des poissons que l’on trouve lors des compétitions de pêche en reservoir.Peut être l’occasion de quelques entrainements pour les afficionados de ce genre d’exercice.

L’occasion aussi de me faire le relai des nouveautés qui arrivent sur Banson pour 2018.

Tout d’abord une redéfinition des tarifs autour d’une volonté affichée de promouvoir la pêche en no kill.Relai d’une éthique et d’une philosophie de passionné qui invite à l’évolution d’un loisir pêche vers un esprit récréatif en réservoir mais aussi en rivière.

Journée de pêche avec  poisson 35€/jour

Journée de pêche en no kill : 28€/jour

Ces journées sont définies sans contrainte horaire, du lever du jour au coucher.

Autre point très important : la gratuité pour tous les jeunes de -16 ans accompagné d’une carte payante.

Enfin le lac de Banson souhaite récompenser la fidélité des pratiquants avec un programme de carte offerte

-possibilité d’avoir pour 5 cartes achetées en 2018 la 6eme offerte à votre convenance
-possibilité d’avoir pour 10 cartes en 2018, la 11eme et la 12eme gratuite + 1 accompagnant  » découverte » Gratuit « .

Pour rappel  la possibilité de réserver le site pour un club aux tarifs de 225€ et de bénéficier d’une carte annuel à 420€.

Les plus débutants vont aussi  pouvoir bénéficier d’un programme d’initiation grâce à la création d’atelier :
« des ateliers Montages de mouches,
des ateliers Gestuelle (lancer linéaire, approche nymphe à vue, double traction, etc…)
Des ateliers techniques spécifiques.
Encadrées par Vincent (diplômé Guide de Pêche) est joignable au 06 19 39 19 88 en fonction de vos demandes et pour répondre à vos attentes, au cas par cas ou en groupe.
À votre convenance et suivant la disponibilité du guide. »

Une philosophie de transmissions du savoir qui devrait aussi produire quelques bouleversements pour Auvergne Passion Mouche.

Après avoir animé un forum, crée un blog, je peux d’ores et déjà vous annoncer qu’Auvergne Passion Mouche devait se diversifier  à travers la mise en place d’un club FFPS Mouche  dont le but sera de regrouper des acteurs locaux porteurs de projet.

Organisation de compétition, de stage de pêche à la mouche, démonstration de montage, développement d’un lobbysme assumé autour de l’expression de la palm seront autant de piste.

Mais nous devrions très prochainement en reparler.

Retour sur le CNPL 2018

Retour sur la 29eme édition du carrefour national de la pêche  que je vis pour la deuxième année consécutive en tant qu’administrateur de la FD63.

Un salon qui débute très tôt avec la mise en place de l’espace des fédérations dès le jeudi matin .Installation des barnums, mise en place des aquariums et autres petits travaux sont autant de démonstration du rôle souvent méconnu des personnels techniques de la fédération 63 et des bénévoles que nous sommes.

Une fois tout cela mis en route, ne reste plus qu’à attendre le public.

Un vendredi très calme laisse place à une samedi fort bondé et à un dimanche qui amène le seuil de fréquentation vers des records. La foule se bouscule et les animations comme la découverte du float tube ou la réalisation de sa première mouche rencontre une vraie réussite.

Mais il est temps pour moi que quitter quelques instants  ces lieux pour me frayer un passage cherchant  le moindre indice comme une soie qui vole dans les airs pour  repérer  l’univers de la pêche à la mouche.

Comme peau de chagrin, au fil des années, aucun doute n’est permis .L’espace dédié aux afficionados de l’arabesque se réduit inexorablement.

Comme à son habitude , la marque JMC nous propose un stand de très grande qualité animé par des gens d’un niveau technique impressionnant à l’image de Grégoire Juglaret dont chaque conseil reste très précieux .Une marque qui étoffe cette année sa série Pure Equipe avec plusieurs modèles comme l’arrivée d’une 10 soie 7 .L’occasion une fois de plus d’être admiratif des résultats de nos équipes de France et de la transposition de ce savoir vers le grand public.

Un peu de renouveau ne faisant pas de mal, à quelques encavelures, la marque Devaux retrouve des couleurs.

Un logo revisité, un catalogue aux images Hydrisées, une gamme de produit très girly avec des floats tube jaune fluo, nul doute que dans les mois à venir, la maison Devaux devrait nous proposer des produits fort intéressants.

L’univers des mouches Devaux :https://www.mouchesdevaux.com/

A côté de cela, il faut  fouiner dans quelques allées. Dans un coin de l’espace fédérale c’est la rencontre du stand de Philipe Avozzeto et d’artisans comme Bernard Beaugé dont les étuis en bois sont juste magnifique .

L’univers de Bernard Beaugé : http://www.coffretsbois.fr/

Plus loin je m’arrête sur le stand de Fabien Mercier, guide de pêche qui invitera tout à long de l’année ses clients à la découverte notamment des parties les plus sauvages de nos territoires auvergnats comme le haut allier. Un jour peut être aurais-je l’occasion de vous amener à ces cotés sur Auvergne Passion Mouche. Pour l’heure je vous laisse admirer ces mouches que vous pouvez acheter directement sur son site.

Les mouches de Fabien : http://www.mouche-et-toc.com/

Continuant ma visite, je croise Michel des Sources de la Lozère, fidèle parmi les fidèles, dont les soies semi naturelle seront encore l’un de mes alliées les plus importantes pour aborder la saison 2018.Un enthousiasme que je ne démens pas depuis plus de 15 ans ou j’avais avec Maurice acheté ma première soie.

Les soies sources de la Lozere :http://www.soie-peche-mouche.com/

Juste en face comme une halte, Manu assis, attend le visiteur. Durant ces trois jours son stand aura été le repère des amoureux de la Sioule. L’occasion de quelques échanges avec des pêcheurs qui reconnaissent le travail accompli.

L’univers d’Emmanuel : http://www.peche-sioule.com/

Comme une forme de lassitude aussi  à l’égard de ceux qui  mettent en doute les compétences des personnels techniques au sein de nos fédérations.Ces mêmes  qui iront commenter les choix d’une pêche électrique, d’une conclusion d’expertise, de la pertinence d’une étude  génétique .Ces mêmes qui curieusement lorsqu’il s’agit de réellement  de parler de la biologie de la Sioule vous inondent d’un vide sidéral mais pourtant vous expliqueront avec forte éloquence qu’ils en savent plus qu’un hydrobiologiste ou qu’un bureau d’étude qui travail tout l’année sur nos cours d’eau.

Que chacun se rassure, il ne s’agit pas de vendre une rivière au développement d’un quelquonque tourisme, bien au contraire. Combien se risquerai à dire que les choses sont fragiles comme je l’ai fait durant ces trois jours ou  à longueur d’année sur auvergne passion mouche  pour mettre en avant le potentiel d’un territoire.

Je ne peux m’empêcher en écrivant ces lignes d’imaginer l’avenir de cet enfant qui traverse les allées à côté de moi. Que lui proposons-nous.

Aujourd’hui plus qu’hier, de Sioule et d’ailleurs, la pêche devient affaire de spécialiste, de complexité, de difficulté. Un loisir qui derrière la façade commerciale que représente cette évènement ne peut se dédouaner de sa difficulté à recruter, à convaincre de nouveau pratiquant sur les domaines qui  me sont importants : les secteurs salmonicoles

Pourtant à l’opposé , une profession semble se multiplier à l’infini :Moniteur /Guide de pêche .Symptôme peut etre d’une époque de la penurie  ou il sera impossible de devenir un pêcheur accompli sans assistance.

Une Profession que je respecte mais dont j’avoue avec beaucoup de surprise être de plus en plus étonné de son emprise sur le carrefour .Une profession  trop souvent critique à l’égard du bénévole que je suis  mais dont l’expansion démontre à minima que les gestionnaires de la pêche en France sont d’une exceptionnelle pertinence réussissant à maintenir un niveau de qualité suffisant pour satisfaire toutes ces ambitions.

Pendant que la dernière promotion   BPJEPS de je ne sais quel lycée  utilisera ce carrefour pour parader devant les marques , sollicitant de manière constante des partenariats et autres gros bonus tarifaires , le petit bénévole continuera  à fantasmer devant la dernière canne à la mode , objet d’un  rêve inaccessible .

Loin de moi l’idée de stigmatiser , bien au contraire  mais plutôt de mettre l’accent à travers ce billet d’humeur  sur une prise de conscience nécessaire que rien n’arrive jamais sans raison.

La diminution au fil du temps de l’importance de l’espace mouche et au-delà de toute la richesse des pratiques liées à la pêche de la truite entre directement  en résonance avec la fragilité de nos écosystèmes salmonicoles.

Bien naïf est celui qui croit que notre époque laissera une place importante à un avenir radieux. Nous ne pouvons plus attendre que nos rivières retrouvent les allures d’antan.Manque d’eau, thermie fragilisé, abaissement de la capacité d’accueil sont autant de destinée inévitable qui nous oblige dès aujourd’hui à agir.

Nous devons apprendre à construire la pêche de demain sur les secteurs salmonicoles

De ce constat la défense d’une  pêche accessible à tous passera probablement  une fois encore par des hommes dans les aappmas, des bénévoles  engagés. Des bénévoles prêts à se confronter à la vindicte populaire, prêt à affronter les insultes sur les medias sociaux, prêt à s’exposer à toutes les formes de critiques au cœur de ces salons.

Mais eux, qu’auront-ils à gagner ….

De l’étau à la rivière

Si pour certains le montage de mouche est devenu une forme d’accomplissement de notre passion , il est pour moi bien autre chose.

Je ne concède à ce moment que la volonté d’aller au dela.Comme une obligation, comme un passeport vers un voyage qui me mènera dans quelques semaines sur les berges de nos rivières d’Auvergne.

Plus encore que le fait d’être belle et parfaite, ma mouche se doit d’être réfléchis à cet instant magique qu’une rencontre avec dame fario me livre.

A ce jeu de la séduction , chaque mois de janvier je consacre un nombre d’heure important pour construire quelques-uns de mes artifices.

Parmi ceux-ci, comment éviter la célèbre pheasant-tail.Des cuivres , des dorées , des noires et quelques autres couleurs plus secrètes que je décline en fonction de l’apparence des rendez-vous qui m’attendent.

Tout en légèreté sur un hameçon C123 Bl de la marque Caleri.Une cuivre qui a déjà bien souffert d’une belle rencontre en 2017.Une  cuivre que je réserve aux immenses plats de la Sioule.

Ces endroits  ou la pêche à la soie et à distance reste l’un des plus pertinents  remparts pour séduire les belles en maraude qui usées de nos  sèches préfèrent se nourrir sous l’eau même au coup du soir.

De cette balade, je quitterai les berges de la belle des Combrailles pour me plonger au cœur du Forez.

De Dore je m’amuserai en sèche nymphe, insistant sur les bordures, variant le montage pour lui permettre d’entrer rapidement en action. Réalisation d’une imitation sur un hameçon Hends 354 que j’agrémente soit d’une bille laiton ou d’une bille tungstène en fonction de la puissance et de la profondeur.

Ainsi la saison avancera et de l’hiver et du printemps, il sera temps d’aller à la rencontre de nos montagnes et de ces terrains de jeu ou les truites ont appris à jouer avec les rochers.

De Rhue, de Tarentaine, de cuivre encore, il me faudra sortir de leur cachette quelques bouches affamées qu’une animation en dandinant l’imitiation saura rendre irrésistible.

L’occasion d’essayer un nouvel hameçon .Un Jig très ouvert de la marque Wizard qui me rappelle le Hanak  450 Bbl auquel je suis très fidèle.

Enfin viendra le temps de l’ombre et du haut allier .De ces micro nymphes que l’on aide à passer entre les cailloux à l’aide d’une imitation plus lourde.

C’est à ce moment précis que j’attacherai avec confiance un cuivre, encore elle  dont l’usage d’une bille Jig off rendra impassible aux accrochages qui vous ruine les dérives et les boites à mouches.

De cuivre, de casque d’or, d’orl, et de toutes les autres, ces quelques lignes n’auront été que le prétexte à vous montrer ,amis lecteur , qu’une mouche peut se décliner à l’infini.C’est en jouant sur ces variances que l’on peut gagner en compréhension de notre pratique.

De l’etau à la riviere , comme un trait d’union indispensable.

 

En Islande

Il est des pays qui vous parle , qui vous attire .Pour ma part je dois avouer que l’islande fait partie de ces contrées dont je rêve.

Alors quoi de mieux pour commencer l’année que de voyager par procuration.

The Hidden from Blue Halo Gear on Vimeo.

Auvergne Passion Mouche Frontier Theme