Auvergne Passion Mouche

Journal d'un passionné de pêche et de nature

La landie : Reprise de la saison réservoir.

Voilà que la dépression nous guette. Pêcheur de truite se trouve bien démuni lorsque vient le temps des amours de Dame fario.
La première catégorie se referme pour garder en son sein quelques secrets d’ébats amoureux que l’on espère d’une grande richesse. Avec le recul viendra dans les jours à venir le moment de faire le bilan de la saison 2014.Pour l’heure, le temps est venu de retrouver quelques contrées que l’on avait délaissées.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Septembre ouvre à nos péripéties halieutiques des traques thymaliennes et autres conquêtes carnassières .C’est aussi le temps du réservoir et de la pêche en lac.
Partout les nouvelles sont bonnes. A l’est Noirétable a ouvert ses portes sur des chapeaux de roue avec l’affluence des grands jours et les abus qui vont avec. Le petit paradis de Banson n’a guère souffert d’un été bien rude et nul doute qu’il va réservé dans les semaines à venir des parties de pêche memorables.Plus au sud , Le lac du Bouchet propose depuis quelques jours sa saison pêche mouche avec comme apogée la venue du championnat de France de 1er div le 4/5 oct. 2014.L’occasion peut être d’aller voir les meilleurs pêcheurs de lac en France.

Au pied de nos volcans, la Landie se pare de ces couleurs autonnales.Invitation à gouter l’un des plus beaux endroits de France, je ne résiste guère à venir faire une visite à l’occasion de l’arrivée d’une année supplémentaire.L’endroit idéal pour debuter une nouvelle saison réservoir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans la fraicheur du matin, nous partons avec Jérôme à la rencontre des géants des lieux. La fraicheur et la brume qui s’épaissit ont conduit l’eau à perdre quelques degrées.De ci, de là les museaux percent la surface de vague, trahissant la montée des poissons dans les colonnes hautes du lac.
La pêche sur ces étendues d’eau est à l’inverse de bien des idées que se font quelques pêcheurs qui n’ont jamais foulé de tels lieux. Face à l’immensité, il est avant tout affaire d’observation .
On scrute le moindre indice .Un remous trahissant la présence des poissons. On anticipe les couloirs de vent qui se forment .On cherche du regard un poisson à maraude.33 hect ou la pêche prend une autre dimension.

« Tiens là jejé, devant toi, à 20 m, regarde la jaune !!!! »
La lancer est précis, la bonne bouchée s’enfonce dans l’ode. Strippe, ralentit, anime .D’un coup de gueule rajeur, la truite se saisit de la mouche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERALa soie qui file dans les anneaux fait montée la pression dans les gestes de mon partenaire qui affronte pour la première fois l’un des maitresses de la Landie. Vendant chèrement sa peau, l’aquabonita rend coup pour coup. Concluant enfin le combat, la belle se rend, offrant à Jérôme l’un des plus gros poissons qu’il est pris en réservoir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La Landie, c’est avant tout cela .Cette part de rêve qui conduit à affronter des vrais poissons trophées comme ce steak de plus de 90cm que je décrocherai ou ce magnifique poisson qui filera à l’anglaise alors que Jérôme pensait avoir pris le dessus.

Démonstration une fois encore que rien n’est acquis. La quête de ces gros individus nécessitant souvent de mettre en place des stratégies de pêche specifiques et ne pardonnant rarement l’erreur.L’occasion de solliciter vraiment le carbone de nos cannes comme ma torrentis qui fut mis à rude épreuve durant le combat avec le monstre.

LA LANDIE250914 (3)

Une torrentis 10 soie de 7 qui tout au long de la journée associé avec un fuseau S3 aura été d’un confort très appréciable lorsqu’il se sera agis de pousser des bouchées d’hommes (10/15cm)au-delà de la barre des 20 m. Confortable et précise , cette canne que j’avais essayé dans des conditions de pêche en lac classique , révele en ces lieux son véritable potentiel, capable de répondre aux coups de butoir d’une grosse arc qui  montre souvent le limite de notre materiel.Un coup de cœur qui livre des sensations extraordinaire dès que la soie se tend.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La parfaite excuse pour revenir à la Landie bientôt tellement ce lieu m’envoute à chaque visite. Je dois l’avouer, je suis amoureux de ce lieu, de sa beauté. Du Sancy qui se dessine au lointain, de ses eaux mystérieuses, de la gentillesse des gens comme Damien et Franck, tout le bas exprime ce que j’aime : le parfum de mon Auvergne…..

Dernières minutes sur la Dore

Depuis le début de la saison et l’impression laissée lors de l’arbitrage de la manche de D1 championnat de France de pêche à la mouche, j’avais hésité à revenir sur la Dore. Les piètres résultats des cessions de pêche obtenu par les meilleurs compétiteurs français m’avait semblé tellement faible qu’un amas de question avait eu raison de mon envie à parcourir les berges de la rivière.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cela fait maintenant 2 ans que la Dore ne cesse de faire le youyou offrant que rarement des conditions suffisamment stable sur une longue période pour permettre aux poissons de reprendre une activité intéressante.
Les quelques échos de sortie de pêche effectué par des collègues n’auront fait tout au long de l’année 2014 que confirmer l’impression d’une rivière lunatique avec une activité en dent de scie. Le meilleur comme le pire en quelques jours d’intervalle
Pourtant avec l’arrivée de la fin de saison et une météo plus clémente la rivière coule enfin un niveau prometteur d’une belle sortie.
Rendez-vous est pris avec Manu pour lui faire découvrir l’une des rivières majeures de notre département : La Dore.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous alternerons les secteurs, pratiquant aussi bien sur la portion haute au-delà de Vertolaye que sur les parties plus aval.
Tout au long de notre journée, chaque secteur nous livrera des belles prises qui confirment que cette rivière a besoin de débit stable pour livrer le meilleur. C’est une pêche en nymphe au fil vers light qui permettra de tirer les meilleurs résultats. L’unique point noir viendra de la prise quasi permanente de tacon dont je n’arrive percevoir l’intérêt de ces apports exogènes sur un cours d’eau dont on sait que la fonctionnalité n’est pas au rendez-vous.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cerise sur le gâteau, Thymallus viendra apporter le petit plus d’une partie de pêche reussie.De quoi donner à Manu des impressions satisfaisantes de la fille du forez, lui qui aura quitté l’espace d’un instant la Sioule et ses spots de Châteauneuf.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

D’ailleurs à ce sujet, l’année prochaine les pêcheurs désireux de découvrir notre rivière de cœur, auront la chance de pouvoir faire appel à lui pour des séances de guidage. Après des années en sommeil, Manu reprendra probablement  (je l’espère) son métier de guide de pêche. Capable d’offrir le gite, le couvert avec son restaurant l’Escale et un parfaite connaissance de la pêche mais aussi de la vie de la rivière Sioule, nous aurons un professionnel à la hauteur du territoire « Sioule ».
Nous en reparlerons bientôt sur le blog à l’occasion d’un article à venir autour du la Sioule et les possibilités de séjour-pêche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais pour l’heure alors que pointent les derniers instants d’une saison 2014 ; pour tous ceux qui hésitent à trouver la destination pour finir l’année de 1er categorie.Je ne saurais trop vous pousser à réfléchir à une visite de dernière minute sur les berges de la Dore. La rivière est belle, les poissons enfin actifs. De quoi passer un bon moment avant de se diriger vers d’autres contrées. Bientôt viendra le temps du Carnassier, du Réservoir et de la pêche en 2eme catégorie à la recherche des ombres.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dry Fly Fishing on the green river

Il y a quelques temps déjà je vous avais invité à suivre les péripéties halieutiques de Vincent. Partis dans le pays de Norman Mc Lean, celui-ci tout au long de son séjour nous avais proposé un carnet de route ou chaque récit nous transportait vers d’autres horizons.

et au milieu

Le carnet de route : Recit d’un pêcheur au pays des indiens

De retour sur Terre, le voyage se poursuit à travers un montage vidéo qui résume son passage sur la Green River. Alors embarquons avec lui sur les berges d’une rivière magique.

Espérons que quelques cartes mémoires livreront encore de bien belles images. En attendant pour tous ceux qui ont envie de se lancer dans cette aventure, nul doute connaissant Vincent qu’il ne sera jamais avare de vous faire partager son savoir.
Alors quoi de mieux qu’une petite visite à Banson pour palabrer d’un voyage en compagnie des dames des lieux.

Ballade sur la Haute Dordogne

Parmi les petits ruisseaux qui feront les grands fleuves, la haute Dordogne fait naitre sur les pentes du Mont Dore l’un des plus belles rivières salmonicoles de France. Bien peu ne s’intéresse à elle qu’à delà des noms mythiques d’Argentat, Monceau, Beaulieu et bien d’autre. Trop oublie que la belle est avant tout fille d’Auvergne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est sur sa patrie de naissance que je vous emmène aujourd’hui. L’occasion d’une visite en compagnie de Jérôme sur le plus grand parcours no Kill du Puy de Dome.5300 m pour gouter la Haute Vallée. Ce parcours se situe à la périphérie de Messeix, au niveau du lieudit : Chalameyrou.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Promesse tenue de ne pas passer à côté de ce parcours né en 2014 à l’initiative de l’aappma de Messeix.L’occasion de mettre en lumière un patrimoine qui mérite que l’on s’arrête quelques heures à la rencontre de ce joyau.

La Dordogne coule ici dans un lit d’une 15 aine de mètre alternant radiers et gours profonds .L’année 2014 aura maintenu sur cette portion un bon niveau avec une eau fraiche. Les derniers moments de ma saison sont donc un régal avec des poissons très opportunistes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le profil de la rivière invite à choisir la technique en fonction de ses preferences.La pêche en sèche à la surprise donne de très bon résultats durant cette journée mais plus encore la sèche-nymphe permet d’exploiter l’ensemble des couches d’eau. On perçoit malgré tous que là aussi ,les poissons se font sélectifs car le choix de la nymphe se révèlera crucial.

Je profite pour ma part de ces dernières heures pour prendre la mesure de mon dernier jouet qui vient compléter ma collection de canne à mouche. Je remercierai au passage Robert pour son aide à dénicher une canne made in Spain. Après moult hésitation, j’ai craqué pour le castor 10,2soie3 qui associé à la Torrentis 10soie4 plus puissante devrait m’offrir une saison 2015 pleine de promesse.

Dordogne11sept14 (5)

Ne reste plus qu’à trouver une bonne soie pour aller avec cette canne dont l’action se fait tout en douceur et offre des sensations très agréables même avec des petits poissons. C’est d’ailleurs l’argument qui m’aura poussé vers le choix de celle-ci. Son action permettant de maximiser les sensations et le plaisir de la pêche.
Avis très personnel je l’avoue , je reste persuadé que l’avènement de la pêche dite à l’espagnol aura probablement permis dans les années à venir à retrouver sur le marché des grandes cannes d’action très souple .Je suis très curieux d’utiliser la castor en noyée sur nos rivières au format de la haute Dordogne ou le lancer se fait à très courte distance .Des pêches ou l’on sort généralement pas un mètre de soie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’année s’écoule trop vite .Ne reste plus qu’une dizaine de jours pour m’amuser avec ce brin de carbone.
Mais rapidement  viendra le temps de l’ombre. L’occasion de retrouver quelques portions de la Basse Alagnon qui recele des petits trésors argentés.
Je clôturai cet article autour de cette rivière et d’un coup de gueule. Une fois de plus une fois de trop peut etre, cette rivière aura subit une pollution dans les environs de Neusargues le 7 septembre 2014.

Inquietant …. !!!!!!!

Quand Glanis joue l’ingratitude

Allécher de quelques contes et autres légendes venus des profondeurs d’un gours du Rhône ou peut être les magnifiques images réalisées par Marc Bracelet.

SILURUS GLANIS 2012 from E-ONE PRODUCTIONS on Vimeo.

Je dois l’avouer depuis quelques temps me vient à l’esprit une étrange idée : Traquer Silure à la mouche.

Etrange fantaisie issus de plus de 25 ans de pratique en Fly presque only ou j’ai eu l’honneur de croiser le fer avec la majorité des poissons qui peuple les eaux de nos rivières françaises.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

D’un saumon de l’allier pris par inadvertance en passant par ce sandre de l’année 2014 qui comptera dans mes souvenirs .D’une aiguille surprise dans un bief de vidange à ce coup de ligne gravé d’un esturgeon de plus d’un mètre, ma philosophie de la pêche m’a toujours conduit à respecter chaque partenaire avec égards, ne donnant à aucun un statut plus royale. Certains partenaires tiennent sans hypocrisie un rang un peu particulier comme salar qui me suit depuis ma plus tendre enfance ou les dames de la Sioule au quelle je voue un certains nombres d’heures à défendre l’un de leur sanctuaire.
Mais bizarrement regardant Jeremy Wade se heurtant à sieur glanis.


River Monsters Saison 1 Ep 4 – Le Silure Glane par Tonight51

L’idée devient petit à petit un objectif, un nouveau défi. Comment aborder les choses …..

Parcourant le net, très rare sont les échos de gens qui ont affronté le grand silure à la mouche. Quelques pêcheurs comme la vidéo de Matthias P m’auront servis de support pour choisir le matériel.

Je mise sur des produits Big Game issus de la pêche en mer. Canne JMC 9soie12, Moulinet Colton .Se sera d’ailleurs mon coup de cœur que ce moulin mais nous en reparlerons bientôt sur le blog

colton

Je me heurte à une somme de question sans réponse. Le choix de la mouche, sa taille, les animations, etc, autant de paramètres qui me conduisent vers une décision la plus pertinente qui soit : Faire appel à un professionnel.
Après des tas de contact, de réflexion autour des spécificités de notre pratique, des heures à lire des forums, à essuyer des « aucunes chances » de la part de quelques specialistes es moustachu.Seul l’un d’eux se propose à tenter l’aventure avec moi.

glanis (1)
Matthieu Ravari allias Mr Fishing France, m’invite à caler un séjour de pêche au silure avec comme axe de réflexion la possibilité de traquer le grand poisson à la mouche mais aussi de me donner pour la premiere fois l’occasion d’une rencontre avec ce poisson qui fait tant couler d’encre. Sur les conseils de Matthieu ,je choisi un format 2 jours de pêche avec bivouac pour avoir la quasi certitude de toucher au moins un des grands predateurs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Me voici donc sur les eaux du Tarn, canne à mouche en main.

L’année 2014 malheureusement fixe d’entrée de jeu un handicap important. La faible température de l’été n’aura pas permis de réchauffer les eaux qui stagnent à peine à 21°C.
Les poissons habituellement en surface dans la colonne d’eau se montrent totalement absents, préférant les profondeurs des lieux. Matthieu m’a prévenu à l’avance et je savais avant de partir que jouer un silure à la mouche dans ces conditions tenait quasiment de l’impossible.
Pourtant, il m’est apparu pour une fois nécessaire de déroger à ma pratique en Fly fishing au cours de cette première rencontre. Comprendre le poisson, sentir sa puissance, sentir si mes choix de nylon comme par exemple un fluorocarbure 80/100 permettrai de tenir la dragée haute à l’animal. Tant de situation ou un combat devait me fournir une mine d’information.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
C’était sans compter sur la bouderie de sieur glanis.Quand je pense que Jeremy Wade présente ce poisson comme un dangereux prédateurs capable de dévorer un homme et que pour certains sa férocité le conduirai à réduire à peau de chagrin les populations piscicoles.
Depuis plusieurs jours Matthieu fait choux blancs. Les touches se font très rares, pour ne pas dire inexistantes. J’apprends que les poissons ne mordent presque plus depuis plus de 15 jours. Je crois que ce séjour aurait du être annuler à l’avance. Mon week end se transforme petit à petit comme une descente en enfer. Cela fait bien longtemps que je n’ai pas essuyé une telle déconvenue à la pêche.
Le verdict tombe. Plus de 18 heures de pêche toutes techniques avec comme apogée un seule touche lourde qui me fera entrevoir la puissance de ce poisson.

Rarement je ne sentirai autant déçu d’une partie de pêche, rarement je n’aurais eu l’impression de n’avoir pas été à la hauteur, rarement je ne serai autant resté sur ma faim. L’animal se sera bien moquer de nous, démontrant que même les experts comme Matthieu, guide de pêche depuis plus de 5ans, ayant une parfaite connaissance des mœurs de black cat peuvent souffrir l’incapacité à faire prendre le moindre silure à leur client lorsque les conditions sont pitoyables.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au sortir de ces heures de pêche ,de mes questions malgré tout j’en ressort quelques réponses comme par exemple la nécessité de jouer sur des paramètres différents comme la vibration , la capacité de nos mouches à générer l’attaque d’un poisson quasiment aveugle grâce probablement à des imprégnations olfactives , la taille parfois hors normes des leurres.

La nécessité surtout que plus encore que la technique, c’est bien le choix de la période .Repérer ces phases d’activités si particulières qu’il faudra trouver pour espérer toucher un silure à la mouche.

De la queue du chat, je n’aurais vu qu’un bout de poil grâce à Mathieu qui m’aura ouvert les portes de son savoir. Sa gentillesse, sa disponibilité auront bien atténué mon sentiment mitigé d’un rendez-vous loupée. Juste la sensation que ce défi va être difficile à réaliser.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Matthieu m’a promis dans les semaines à venir une prochaine invitation pour toucher enfin ce premier silure toutes techniques. Pour lui aussi je reste intimement convaincu que la déconvenue est immense. Comment un pécheur de son calibre pourrait accepter un tel insuccès, confronter à l’impossibilité de me faire prendre le contact avec le moindre poisson.
Pourtant il en ainsi, la pêche n’est pas une science exacte ou l’on gagne à tous les coups. Nous nous devons parfois d’être humbles. Elle reste passionnante grâce à ces incertitudes, à la sensation que tout ne s’écrit pas dans les livres. Au fond de moi je suis persuadé que cet échec donnera à ma rencontre avec Glanis une saveur encore plus forte.

Pour l’heure je vais me remettre à l’étau, essayé encore d’analyser des paramètres qui m’ont echapés.

Avec impatience, j’attendrai le coup de téléphone de Matthieu.Mais une chose est sure, je prendrai un jour un silure………..

à la mouche peut être !!!!

Les dernieres heures 2014

Au fond de la vallée, petit à petit, la rivière sort de sa fraicheur matinale. La brume qui s’éleve dans le ciel annonce l’arrivée imminente de l’Automne. Septembre sonne les dernières heures de la saison 2014.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bientôt il sera temps de faire le bilan de cette année. Mais pour l’heure rien ne compte plus que de profiter de ces dernières minutes. Sentir encore l’émotion d’une truite qui file dans le courant, se rassasier de quelques mures sauvages trouvées au détour d’un chemin, écouter le bruit de l’eau qui se joue des rochers.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Combien les mois de pause qui arrivent vont être longs mais necessaire.La Sioule a besoin de repos. Fortement sollicité tout au long de l’année, les poissons se montrent maintenant très difficiles et selectifs.Peu de pêcheurs se risqueront aux défis d’une fin de saison qui s’annoncent très compliquée. Le faible débit de la rivière (5m3) lié à la reprise des travaux d’aménagement sur le secteur de Menât ne devrait d’ailleurs pas améliorer les choses.

Sioule1sept2014 (1)

Pourtant les poissons sont toujours là. Durant l’espace d’un intermède, l’occasion d’aller au secours de la rivière en partenariat avec les gens de la fédération de pêche du Puy de Dome .Realiser une pêche électrique de sauvetage sur l’un des piles du pont de menât aura permis de préserver la vie de plus de 25 truites vouées à une mort certaine.

Sioule1sept2014 (2)

En quelques minutes on perçoit la richesse de la Sioule. Loche , vairon , goujon , truite et tacon, tout ce petit monde se bouscule au fond du seau pour revenir enfin à la riviere.L’expression du travail souvent méconnu mais pharaonique qu’accomplisse à longueur d’année les gens de notre fédération de pêche avec l’aide de bénévoles de nos aappmas.Un travail qui aujourd’hui après des années d’effort commence à offrir de belles perspectives d’avenir autour d’une pêche raisonné et raisonnable.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour ma part, je déguste sans plus attendre ces dernières moments de l’année. Au détour d’un courant, la joie ultime restera de croiser un jeune ombre auxquelle je donne rendez-vous à l’année prochaine. D’ici là peut être, peut être que nous aurons réussi à mener un nouveau projet qui me tiens particulièrement à cœur démontrant une fois encore le rôle moteur que la pêche peut remplir sur ces territoires.

Mais au-delà rien ne me hante plus que le plaisir d’aller à la rencontre des êtres vivants de nos rivieres.Un fois encore cette saison qui s’achève n’aura été le prétexte qu’à cela. Une canne à pêche comme l’outil, l’excuse à dévorer les milles et une richesse d’un patrimoine halieutique sur lequel veille avec beaucoup d’abnégation les permanents de notre fédération.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Si par hasard au détour d’un salon il vous venez l’envie d’aller à leur rencontre, une fois n’est pas coutume au lieu de râler, peut être un simple merci aurait fier allure dans la bouche de pêcheurs qui peinent trop souvent à comprendre la nécessité de s’engager.Un simple mot , rien de plus comme le signe de notre reconnaissance , comme l’expression de notre capactité à montrer que nous sommes bien plus que

de simple consommateur !!!!!!!

 

Au pays de Margaritifera (Ance du Nord)

L’Auvergne et le Puy de Dome offre l’une des plus belles opportunités d’aller à la rencontre d’un des derniers sanctuaires en France de Margaritifera Margaritifera.Nom bien compliqué pour parler de la Moule Perlière.

Base Documentaire : Etat des populations de moule perliére en Auvergne

Bio indicateur de première envergure, chaque zone ou le belle animal est encore signalé invite à la prise de conscience de la nécessité de protéger à l’extrême ces lieux rares. Voici peut être l’une des manière les plus enthousiastes d’aller à la conquête de l’Ance de Nord.

Base Documentaire : Site Natura 2000/Riviére à Moules Perlieres Ance du Nord et Arzon

Fille du Forez,site natura 2000 je vous invite quelques minutes à suivre mes pas sur les berges de ce joyau à travers quelques photos commentées

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Prenant sa source sur les monts du forez environnant, j’avoue être enchanté à chaque visite par l’un des secteurs que j’affectionne le plus.Raffiny et son no kill, exemplarité de la volonté d’une aappma de notre département à offrir aux pêcheurs un site à l’image de la rivière. Près de 4km, hommage à la hauteur de la rareté des lieux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Coulant sur un lit de gravier à travers une frondaison abondante, la pêche ici se fait  appliquée. Le moindre pas un peu trop lourd met le petit monde de la rivière à l’aguet.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

D’une profondeur assez faible l’Ance du nord est à mon gout l’un des sites très intéressant pour initier nos jeunes à la pratique de la pêche. A la fois exigente mais surtout envoutante d’un cadre qui sublime les émotions, l’Ance montre que la nature en France n’a guère à rougir d’ailleurs que l’on pense si parfait.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le temps d’une partie de pêche vous pourrait aller vous casser les dents sur un petit gobage retord, juste là en bordure de berges. Maitre thymallus garantira de vous offrir un adversaire à la mesure de pêcheur qui recherche bien plus que le simple fait d’impressionner leur contemporains.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour conclure ce modeste intermède, je ne saurais vous donner qu’un seul conseil. Celui de prendre 5 minutes, de vous assoir là, au milieu de la prairie. Seul au monde, au cœur d’une auvergne dont je ne cesserai d’en vanter la beauté et les charmes, laissez se fondre les bruits des oiseaux, le chant de l’eau qui roule sur le rocher. Ressentez la poésie de ces instants si anodins et pourtant si précieux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« La nature est tout ce qu’on voit,
Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.
Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit,
Tout ce que l’on sent en soi-même. »
Georges Sand

Escapade Lotoise :2 Heures à tuer

Il est une rivière que je croise dont la saveur est toujours très particulière.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Terre de mes origines, la Dordogne Lotoise aux environs de Puy brun/Carennac coule dans des lieux où chaque recoin s’agrémente d’un récit de pêche qu’un ancien du village a livré en pâture à ma rêverie halieutique.

Si grande, si majestueuse, pourtant si familière, la Dordogne reste cette magnifique, joyau en terre du milieu. Coulant parmi les plus beaux villages de France, de Beaulieu au pays de gabarre, de Carennac aux gravières de Gintrac, j’avoue être à chaque fois envouté par la beauté des paysages.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une halte à Tauriac, histoire de me replonger dans mes balades enfant sur le bord des escouanes.Que l’endroit a bien changé au fil du temps .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les couanelles sauvages ou chaque souche cachait un brochet ont laissé place à un bras si paisible ou seuls quelques vairons trahissent une vie qui ici aussi se fragilise.

« Il n’y a plus rien »annonce l’ancien assis sur son banc. Litanie immuable de nos aïeux qui ont tant connu de chose.Le paradis s’en est allé sous la joute des tractopelles laissant  quelques panneaux pour seul héritage.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Plongé à travers d’innombrable conte et légende piscicole depuis ma plus tendre enfance, j’avoue que cette Dordogne me livre à chaque fois ce sentiment mitigé.

Evitant l’affrontement et la comparaison avec d’autres temps, je préfère bien souvent à une partie de pêche, une salade périgourdine et son petit toast de foie gras.Mais avec l’age qui arrive, le nécessité de faire un peu d’exercice après quelques bonnes bouchées me fabrique petit à petit la parfaite excuse pour faire un tour à la rivière.

2heures à tuer, 2 heures pour revenir en enfance.2 heures à communier seul au bord de l’eau comme le fessait naguère mon grand pêre.Comme le vélo que l’on n’oublie pas, je retrouve rapidement mes marques. Lire une grande rivière n’étant en somme qu’une affaire de division.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le niveau de la rivière est un poil tendu et l’hésitation d’une stratégie à mettre en place gâche les premières minutes de notre rencontre. La noyée sur la gravière me semble être la garantie de prospecter de l’espace. Pourtant la belle veine d’eau à l’aval annonce la promesse d’aller à la rencontre d’un des habitants renommée des lieux : Maitre Thymallus.

Choisir sera le plus dur car lorsque le temps est compté, la pêche se résume souvent à la capacité d’être là où il faut quand il faut .L’une des premières dérives m’offre ce que je suis venu chercher, un petit ombre d’une 15aine de centimètre, arguant à la commissure la lèvre cette nymphe coloré à la mode espagnol. C’est sur ici il y a un banc d’ombre.

Mais faute de soleil sans qui l’ombre se fait rare, la bonne surprise d’un coup de tête plus puissant m’invite à croiser le fer avec l’une des superbes truites qui habite le secteur. La beauté de la belle n’a égale que la force avec laquelle elle m’échappe des mains pendant que je l’invite à immortaliser notre rencontre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La proposition que nous fassions ensemble un selfie tendance ne semble guère l’avoir enthousiasmé. Pourtant Narcisse m’avait livré tous ces bons conseils. J’avais acheté quelques extensions de bras, trouvé à bas prix sur eBay. Je mettais entrainé avec un poisson carré du congélateur, le fesant passé pour un cabillaud plus gros que la célèbre sardine de Marseille .J’allais  pouvoir revenir de ce pas au village, fier comme Artaban, démontrant le grand pêcheur que j’étais devenu.

Satané ingrate à qui je voue tant d’heure, miladiou di diou, dirait sans nul doute mon grand-père, je me retrouve là tout penot.La pauvre image d’une truite posé sur le fond de l’épuisette comme mon humble performance.

Alors amis lecteur, je vous demanderai à partir de maintenant de faire preuve d’imagination.

Je vous raconterai avec l’accent qui va bien, l’histoire improbable mais pourtant tout à fait vrai de ce pêcheur qui fut emporté par une belle journée d’aout dans les profondeurs de la Dordogne par une truite grosse comme une oie que l’on avait gavé pendant tout l’hiver. Pour faire passer la pilule, nul ne doute qu’un petit ratafia de pays saura à coup sûr vous enlever les derniers doutes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et si comme moi, vous préférez à tous les selfie du monde où l’on se préoccupe plus de sa petit trombine que de la manière dont on met en valeur l’émotion et la beauté d’un poisson. Si vous préférez à cela , un bonne histoire que l’on se raconte sur la place du village , faisant pâlir le célèbre adage :10 pêcheurs et 10 chasseurs égal 20 menteurs. Alors n’hésitez pas , je crois bien qu’il me reste un peu de ratafia dans la cave.

 

 

Quoi de neuf

L’été posera-t-il enfin ses valises au cœur de notre Auvergne.

Les pluies  de juillet auront bien compliqué la vie de nos territoires .Ceux-ci auront souffert durant cette période d’un tourisme en berne.

7714 (7)

Principal axe de développement pour certains, la pêche représente aujourd’hui l’un des moteurs qui guident nos contemporrains dans le choix de leur destination de vacances.

Une activité pêche qui ne cesse à l’échelle national de prendre de l’importance et de construire un véritable empire économique .Un volet que la FNPF a mis en valeur à travers son dossier « Economie, social et environnement , le poids dela pêche »que je vous invite à consulter.

http://www.federationpeche.fr/_m6_comm_presse/_docs/publication/Peche_Mag_13_BD.pdf

A l’échelle locale, l’impression reste souvent que les choses apparaissent bien différente. J’en veux pour preuve l’exemple qui me vient à l’esprit de cette fête de village ou l’on aura tout fait pour s’assurer que l’aappma locale ne soit pas partis prenante des festivités.

Pourtant même si le gateau semble allechant , il apparait prématuré aujourd’hui dans bien des secteurs de pêche de promouvoir sans avoir réussi à mettre en place les outils d’une gestion capable de répondre aux attentes mais aussi garantissant l’échec des dérives passées.
En cela l’enquête menée actuellement au titre de SMADC par Jean Baptiste Faure sera un outil fondamentale.Mettant en valeur l’importance de l’activité pêche sur la vallée de la Sioule », elle démontrera (je l’espère) le rôle et l’impact économique que pourrait avoir la pêche en pays de Combrailles. Je ne peux donc que vous invitez à remplir ce document.

https://docs.google.com/forms/d/1Fkv_FSR_nxeQALCTWLDO9DizYnKr03WSBz7e8KJxnpA/viewform

Mais au-delà de cette vallée, c’est bien l’ensemble de notre patrimoine halieutique qui mérite que l’on s’attarde quelques instants.
L’espace d’une lecture, je vous propose quelques invitations à travers de nouvelles fiches parcours d’Auvergne Passion Mouche. Allez à la rencontre de la richesse de notre patrimoine pour en percevoir la nécessité de le protéger.

7714 (3)

Aujourd’hui fesons une halte en pays des Couzes à travers le parcours no kill de Chidrac.Un clin d’œil plus loin nous voici partis en Terre du Livradois Forez pour aller à la rencontre d’Olliergues.Demain nous partirons probablement sur les hauteurs du nouveau no kill de la Dordogne.

Fiche Parcours Dore « Au coeur d’Olliergues »:http://auvergnepassionmouche.fr/fiche-parcours-dore-au-coeur-dolliergues/

Fiche Parcours Couze Pavin:http://auvergnepassionmouche.fr/fiche-parcours-couze-pavin-parcours-nokill-de-chidrac/

Ainsi se construit une saison de pêche. A travers les « chez soi » ou l’on est sur de tout, et les « ailleurs » véritable bouffée d’oxygène de nos pratiques halieutiques qui ont tant besoin d’inconnu et de nouveauté.
Nul ne doute qu’en rentrant de vacances, lorsque l’affreux collègue trop fier de vous conter ces vacances idylliques sur une plage pleine de cocotier vous narguera de cette prose dédaigneuse ….

Alors Quoi de Neuf ????

77141

Répondez-lui simplement …..Je suis allé à la pêche dans le Puy De Dôme !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Fiche Parcours Dore :Au coeur d’Olliergues

Fiche Parcours Dore : Au cœur d’Olliergues

 

Rivière : DORE(63)

Secteur de pêche : Olliergues

Carte :

Capture

Peuplement : Truite et Ombre

7714 (4)

Règlementation :
Interdiction de conserver du poisson

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Description :
L’accession aux parcours se fait par une petite route sur la gauche en sortant d’Olliergues en direction de Courpiere. Pour empreinter cette route qui conduit au stade d’Olliergues, il faudra être très vigilant dans le virage.
Arrivé en bas, vous pouvez vous garer au niveau du stade. Le parcours débute ici.
La Dore se présente ici sous la forme d’une rivière d’une 20 aine de mètre de large alternant portion rapide et portion plus calme. Si l’aval de la zone s’engorge au fond de la vallée, c’est en montant au-delà du pont de chemin de fer que l’on entre véritablement au cœur du parcours qui offre un panorama sur la ville d’Olliergues.
La premier partie, bordé par un enrochement en rive droite invite à la prospection en nymphe au fil dans les quelques gours profonds et les bordures en ciment.
En poursuivant encore à l’amont, on trouve une partie plus sauvage au milieu de rocher qui offre autant d’abris capable de cacher une belle truite de la Dore.
On termine la prospection de la zone en arrivant au niveau du seuil d’Olliergues qui offre les belles journées d’été lorsque la rivière est basse l’occasion de s’essayer à la pêche à vue.
Ainsi se cloture cette invitation à découvrir ce secteur de pêche et à poursuivre l’aventure pêche sur la riviere Dore.

entete800

Auvergne Passion Mouche Frontier Theme