Auvergne Passion Mouche

Journal d'un passionné de pêche et de nature

Retour au Bercail.Des nouvelles du coin

Après la visite de l’immensité bleue, me voici de retour sur les berges de mes rivières pour un petit tour d’horizon du propriétaire.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Commençons bien évidement par la Sioule qui roule maintenant depuis plusieurs jours un débit au environ des 5m3.La période d’etiage additionné à la forte présence de toutes les activités  de pleine nature (pêche, canoé, baignade) conduit la rivière à se transformer par moment en un brouhaha qui rend les poissons bien méfiants.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pourtant au milieu des herbiers en cherchant bien, on trouve l’expression de la vie. Reliquat préparatoire, les dernieres sulfures de la saison annoncent la venue des célèbres coups du soir.

Période béni ou tout se fond, s’estompe, laissant place au bonheur de déguster ces heures déjà bien avancées d’une saison qui touche à sa fin.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Aout est aussi l’occasion d’aller la haut sur la montagne. Véritable jardin école ou l’on peut à loisir s’amuser de  nos veilles araignées ternies par le temps dans la boite valda de papy, il est un moment de régal que celui de pêcher sous le soleil au milieu des vaches  accompagné de l’odeur des gentianes sur le plateau des Couzes.

D’un saut de puce, l’Alagnon invite elle aussi à passer un moment en sa compagnie. Sur l’autre versant , en cœur de forez, Dore, Ance sont-elle aussi au rendez vous  mais attention la pèche sera là encore très délicate .Le moindre faux pas, le moindre bruit  dérangera ces milieux rendu farouche par la baisse des niveaux d’eau.

Pointe fine, long bas de ligne, pêche appliquée  seront les maitres mots du pêcheur à la mouche

Plus loin pour les chercheurs d’eau, il est une destination qui nous tend les mains : la célèbre Dordogne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Prétexte à mélanger la bonne chair avec une partie de pêche .Je me laisse facilement  tenter d’une visite familiale pour arpenter une gravière lotoise en guise de balade digestive après une bonne salade périgourdine et un confit de canard.Synonyme de paradis pour le pêcheur en noyée que je suis , rien ne m’enthousiasme plus que cette période de l’année sur les berges de la dame à chercher ces plus beaux enfants que sont les ombres.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est la fin des vacances. Comme un retour au bercail , il est temps de retourner à l’étau .Aout devrais être riche d’émotion .Océan , Dordogne ,Pyrénées devrait être d’actualité.

 

Pêche à la mouche sur la côte basque

Terre de contraste plantée  entre pyrénéen et océan, le pays basque fut  cette année notre destination de vacances.

Pays basques (4)

Terrain de jeu pour mes péripéties halieutiques, le pêcheur à la mouche que je suis avait perçu  rapidement les innombrables possibilités offertes.

Des rives de la Nive  ou une  balade à Saint Jean Pied de Port suffit à mettre  à l’aguet le pêcheur de truite que je suis, observant le manège de quelques grosses mémères qui s’amusent dans une célèbre réserve.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je dois le reconnaitre plus les années passent plus la pêche à la mouche doit être pour moi synonyme de nouvelle découverte, de nouveau défis.Laissant mes certitudes c’est l’océan qui attirera mon regard durant ces quelques jours.

Immensité bleuté ou je commence à force de visite maritime à prendre mes repères .Mes premières heures de pêche se résumeront  à chercher un adversaire facile.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ma TFO Mangrove 9soie7 se révèle idéal pour pêcher  à vue dans l’estuaire de l’Uhabia les mulets.

Etrange poisson qui parait si facile, maraudant dans les bordures à la recherche de la pitance, il se révèle très méfiant et nécessite une application comparable à bien des poissons de rivière.

Mais à force de regarder les surfeurs qui jouent dans le vague mon désir d’absolu m’a rapidement conduit sur les plages et autres falaises rocheuses à la rencontre de nouveauté.

Pays basques (3)

La pêche en mer se rapproche beaucoup de la pêche en réservoir si ce n’est la dimension des choses qui vous fait rapidement regretter de ne pas avoir de moyen pour prendre un peu de large.

A la différence des autres techniques de pêche ou la capacité à lancer loin permet d’entrevoir un rayon d’action important, Fly cast oblige à choisir d’autres voies.

La mienne que je me permettrai d’échanger maintenant aura surtout pour but de livrer ma modeste expérience et d’offrir à ceux qui ont des envies de pêche à la mouche en mer du bord  quelques pistes de réflexion.

Pays basques (2)

Parmi les points qui m’ont semblé les plus fondamentaux à l’ocean , nul doute que la connaissance des marées semble indispensable .Evitant quelques accidents ou l’on se retrouve prisonnier sur une barre rocheuse, la majorité de succès rencontré se sont d’ailleurs fait à marée haute en pêchant des portions à la topographie accidenté que j’avais repéré à l’avance lors de quelques baignades.

Question stratégie, j’ai fait assez simple. Pêche au streamer en soie flottante n’ayant guère de temps  pour essayer d’autres choix mais je reste convaincu que des pêches plus profondes  à l’image d’une pêche au gurgle sur  une soie plongeante que j’avais essayé en méditerranée peuvent aussi être mis en œuvre sur les plages. Le vrai problème tenant dans la présence de beaucoup de nos contemporains qui viennent surfer le soir au coucher de soleil.

Pour clore enfin ce chapitre, je vous donnerai quelques-uns des secteurs  qui m’ont offert des resultats:Biarritz au niveau de la plage Milady, Bidart sur les abords des plages et enfin la Corniche entre Socca et Hendaye. Un spot plus particulier car il sera sans nul doute un des souvenirs importants de mon séjour m’offrant la chance de prendre mon premier bar moucheté en atlantique et me laissant aussi penaud d’avoir perdu un poisson dont la puissance m’avait mis backing.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une puissance et des émotions dont la quête avait été le déclencheur pour choisir le pays basques comme destination 2016.Alleché par quelques vidéos glanées sur le Net, ma famille et moi avions décidé de venir sur ces cotes pour m’offrir la chance de reprendre rendez-vous avec Tuna.

Tuna on fly, défis ultime qui se voit aujourd’hui à la mode sur ces cotes .Prétexte à la réalisation de plusieurs films de pêche annoncés qui devront être dégusté avec beaucoup de retenu par les spectateurs. Il serait dangereux  de  croire qu’il suffit aujourd’hui de prendre contact avec un guide de pêche, de monter dans son bateau pour avoir la chance de toucher un thon à la mouche.

DCIM100GOPRO

Deux sorties au milieu de l’atlantique avec l’un des spécialistes du thon à parcourir des 10aines de miles nautiques auront suffit une fois encore à me démontrer l’envers du décor et  l’incertitude qui réside dans cette traque. Trouver des thons, pouvoir les approcher au point de poser une mouche au milieu d’une chasse n’est pas chose aisé et peut être source de  bien des frustations.Il faut juste prendre conscience qu’avec un coup moyen important par journée de pêche;  si vous vous dirigez vers cette idée, vous devez accepter quelques déconvenues. Le thon à la mouche ressemble à une partie de poker ou l’on doit accepter de perdre gros. Pourtant chaque échec renforce pour ma part cette frustration indispensable qui me fera probablement hurler de joie si j’ai la chance un jour de sentir ce poisson sur ma canne.

En attendant je me console de souvenirs rares que des centaines de dauphins sont venu écrire dans l’album de l’épicurien que je suis. Prise de conscience une fois de plus de la chance qui est la nôtre d’observer de tel spectacle.

Enfin je clôture ces lignes en remerciant  julien Yriarte de sa gentillesse, de sa patiente, de son, abnégation à ne rien lâcher malgré l’indélicatesse de Tuna, cherchant sans cesse à l’horizon la trace d’une part de mes rêveries.

Son Site : http://www.yakapecher.com/

DSC_0122

Bientôt, très bientôt je serai de retour.

Et au milieu coule la Sioule

Le temps d’une pause pour Auvergne Passion Mouche .Souvenir d’une journée de pêche qui me replonge dans le plaisir d’une lecture estival

« Ce qu’il y a de formidable avec la pêche à la mouche, c’est qu’au bout d’un moment plus rien au monde n’existe que des questions portant sur la pêche à la mouche. »Normam Mc Lean/La riviere du sixieme jour

Sioule , un parfum de jeunesse

Juillet vient de pointer son nez. Sur les berges, les campings se sont remplis et petit à petit la rivière devient un immense terrain de jeu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La Sioule livre maintenant d’innombrables visages. Elle est l’occasion de sauter dans l’eau, de partir à l’aventure pagai en main.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De ci, de la  quelques ados s’ébrouent dans une bordure à la recherche d’une pitance qui les fera grandir bien vite. Il nous faut profiter de ces instants rares ou l’on partage  en famille avant que le regard d’enfant ne s’estompe.

DCIM100GOPRO

Ma petite entreprise ne laisse rien au hasard. Quelle immense plaisir de transmettre notre passion.

Assis sur un caillou je comptemple le bonheur simple de vivre moi aussi les instants que naguère j’avais regardé  au fond d’une salle du cinéma. Je suis convaincu qu’il ne pouvait en être autrement .La Sioule c’est ma rivière du sixième jour.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La pêche se révèle maintenant délicate à l’image d’une saison bien avancée.

Après des semaines où chacun n’a cessé d’espérer de belle rencontre. Truites et ombres semblent parfois  fatigués  de ce jeu de dupe .Il faut être appliqué, patient.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La fille des Combrailles est devenu une maitresse exigeante qui ne pardonne guère de faute .Même les célèbres coups du soir apparaissent comme timide.

Privilège de la jeunesse, ne doutant de rien. Il faut pêcher, pêcher encore. On cherche les bons créneaux, les bons secteurs sur une rivière à l’allure changeante. Le fait de pêcher avec mes fils donne une autre dimension à mes rendez-vous à la Sioule.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pourtant je dois l’avouer ici j’ai l’esprit ailleurs. Vers d’autres défis, d’autres aventures. Retrouver ma jeunesse et ses incertitudes.

Quelques jours encore et je retrouverai ce pari qui m’occupe, me hante : Traquer le thon à la mouche

sioule0716 (1)

Entretien avec Florent Paulet, un jeune competiteur auvergnat.

Une fois n’est pas coutume, comme à des rares occasions Auvergne Passion Mouche ouvre ses portes pour partir à la découverte des gens qui écrivent des pages de  l’histoire de la pêche à la mouche en Auvergne.

Jeune homme passionné Florent Paulet est aujourd’hui l’un de nos meilleurs compétiteurs nationaux. Il porte haut les couleurs de sa haute Loire natale démontrant la capacité de nos territoires auvergnats à produire des pêcheurs d’excellence.

Pendant quelques minutes et quelques questions je vous invite  à aller à sa rencontre pour mieux le connaitre

florent (4)

1-Commençons par le début, pourrait tu nous parler un peu de toi, et nous  dire comment tu as découvert la pêche à la mouche ?

« Bonjour Stéphane  je m’appelle Florent  Paulet .J’ai  18 ans, je suis de Félines dans le 43. Tout a commencé à l’école de pêche allègre / st pal de senouire ou Jean gilles Rix  et Mederik Gibert  m’ont initié à la pêche à la mouche  sur les tète de bassin du Velay.  Par la suite j’ai eu la chance de voir une compétition qui m’a tout de suite beaucoup plus. J’ai fait le grand saut dans ce monde. »

florent (2)

2-Peu de pêcheurs à la mouche s’intéressent  à ce volet de notre pratique, pourtant tu fais aujourd’hui partie des meilleurs jeunes compétiteurs de France, terminant cette saison notamment par un titre de vice-champion de France. Peux-tu essayer de nous expliquer ce qui te pousse dans ces défis ?  

« Pour moi la compétion est super car  cela permet de vite évoluer ,de découvrir des sites magnifiques et de faire beaucoup de connaissance.  Ce que j’aime par-dessus tout , c’est la pression qui me pousse à me surpasser , à vouloir toujours faire mieux.

Cela demande beaucoup de préparation, d’analyse. Il faut réagir vite et faire les bon choix   pour attraper le plus de poisson. »

3-Je te propose maintenant un retour en arrière sur l’un des évènements qui je pense aura marqué ta jeune carriere.L’an dernier tu as été sélectionné en EDF pour participer au championnat du monde aux  USA. Pourras-tu nous livrer un de tes meilleurs souvenirs de ces moments exceptionnels ?

« Mes meilleurs souvenirs pendant ce championnat sont les ambiances entre tous ces pays.

Avec l’équipe  de france aussi ou tout le monde travail dur  pour ramener des  médailles ,cela est frustrant à la fin de la compétition quand les résultats tombent.Ce sont  les manches ou tu te surpasse  et que cela paye.

Pour moi les USA sont la  destination  de  pêche à la mouche, avec des paysages magnifiques, des poissons de rêve , des rivières sublimes. »

florent (5)

4-Profitant de ta venue sur le blog, je ne résiste pas à l’envie de t’interroger sur  ta vision de la gestion de nos rivières françaises. Est-ce un sujet qui te préoccupe ? Comment vois-tu l’avenir ?

« Les rivières en  France me font  mal au cœur car  les français n’ont pas de respect pour elles (déchet, déversions de produit  nocif pour l’environnement).

J’ai eu la chance de partir en Pologne, aux USA ou les rivières étaient propres, ou les gens étaient comme en accord avec la rivière.  En France il reste  encore  des  lieux préservés.

Pour moi  le plus gros est déjà que les mentalités changent. Que l’on  ne  voie  plus  poisson pour un aliment mais par une espèce protégé. Il faut espérer  éviter toutes ces pollutions  pour l’avenir car cela fait beaucoup de dégât … »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

5-Pour conclure cet entretien, permet moi de te poser quelques questions sous la forme d’une réponse rapide

-Ta mouche préférée ?

« Ma mouche préférée, vaste mot,  pour la rivière je dirai la perdigone et pour le lac le pouic »

-Ta technique préférée ?

« La pêche a vue quand cela le permet car l’auvergne n’est pas une destination pour cette pratique »

-Ta rivière préférée ?

« La Borne »

florent (6)

Ainsi pour clore je ne pouvais terminer ces lignes sans donner la parole à l’un de ces mentors qui a conduit Florent vers notre passion. Jean Gilles Rix, ancien président du comité régional Auvergne a bien voulu lui aussi me parler de Florent.

-Bonjour Jean Gilles. Peux-tu me dire quelques mots au sujet de Florent ?

Florent Paulet a rejoint l’école de pêche Allègre-St Pal de Senouire fin 2008 dans l’année de ces 11 ans. Il connaissait la pêche au bouchon avec son grand père de Saugues ou il pêcher des truites dans un plan d’eau.

Depuis il a bien évolué et la mentalité du pêcheur a suivi. Il a commencé à apprendre les gestes de lancer ainsi que le montage de mouches. Il s’est intéressé aux compétitions que je faisais à l’époque, et très vite j’ai commencé à l’emmener avec moi pour lui faire connaitre ce milieu, d’abord dans notre région et de plus en plus loin, car Florent n’avait pas eu l’occasion de parcourir la France ! Dès que j’ai pu ! Je l’ai inscrit au championnat des jeunes sa première grande compétition a été au Chatelet ou il a été 2ème en réservoir et je crois que le déclic a été lancé !!! il a enchainé les PN réservoir, les concours amicaux … et très vite il s’est fait sa place, aujourd’hui il est en 1er division réservoir et en 2ème division rivière, il a intégré l’équipe de France en 2015 et a fait le championnat du monde au Colorado, et cette année il est bien parti pour intégrer l’équipe de France pour le monde en Espagne.

Je dois dire que Florent depuis sa 12ème année c’est investi dans la pêche, le montage, le casting … beaucoup d’entrainement, il a répondu présent à toutes les compétitions montage et finale de montage, les concours amicaux et régional et national, il s’sacrifie ses soirée du samedi pour monter des séries de mouches qui lui manque !

Il est devenu extrêmement maniaque du rangement, de la propreté et du soin apporté à son matériels, tous les jours dans un coin de son cerveau cogite un moment de pêche, il a le mental, les capacités .

Il deviendra un grand dans ce monde, j’en suis persuadé !(moi aussi …..)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Les pêcheurs ardechois ( Découverte)

C’est à l’occasion d’une sortie de notre club le GPS Sioule et Morge que je pars à la découverte d’un nouveau lieu de pêche : Les pêcheurs Ardéchois

Le site : Les pêcheurs ardechois

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce site situé près Montselgues (07/Ardèche) est clairement un lieu atypique. A premier regard sur Google earth on aperçoit une succession de 27 petits lacs qui sont autant d’invitation à découvrir un cadre enchanteur au milieu d’un des plateaux ardéchois.

pecheurs ardechois

Dès les  premières pièces d’eau on constate rapidement  la richesse piscicole des lieux .Chaque bordure offre  en maraude de  nombreuses  truites qui sont autant d’invitation à se régaler

DCIM100GOPRO

Paradis de la pêche en sêche, elle est d’après Éric Ayglon propriétaire et guide de pêche des lieux, la technique la plus utilisée.

Sialis, Babarotte, autre diptère se voit souvent emporté de la prairie toute proche pour faire pitance à ces dames.

Fortement sollicité en surface, les poissons ont appris à être méfiant .La pêche peut parfois être  très subtil.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour ma part, ce samedi, la clarté de l’eau aidé de la présence d’un superbe plafond bleu, je choisi une option différente pratiquant la nymphe à vue tout au long de la journée.

Guettant, traquant, passant d’un lac à un autre, je retrouve des repères proche de la  logique d’un pécheur de riviere.L’un des objectifs de la journée aura été de réaliser le slam « des pêcheurs ardéchois » : mettre en image les trois espèces qui cohabitent : Truite arc en ciel, Fario, Saumon de Fontaine.

ep

Lorsque les conditions se font merveilleuses et que ces dames se décident à donner le meilleur, il faut se rendre à l’évidence comme nous l’avons vécu, la pêche devient d’une facilité déconcertante .On comprend alors rapidement que  l’une des qualités majeures de ce parcours, c’est d’être un formidable outil école. Je prévois  d’ailleurs de revenir avec mes fils prochainement.

Malgré tout pour les pêcheurs les plus expérimentés et les plus patients, Éric a réservé des défis à la hauteur, laissant apparaitre sous un rayon de soleil, le nez calé dans la berge, des arcs et des farios trophée (+70cm) qui sont de vrai challenge.

Là posée, cherchant la fraicheur d’une arrivée d’eau, je l’ai enfin aperçu .Mon graal pour rendre la journée parfaite.

Conscient que la belle habite les lieux depuis un moment et qu’elle en avait vu d’autres, je concède volontiers que pendant un instant j’eu l’étrange envie d’être  un de ces esthètes du NAV persuadé de ses competences

Sur de moi , j’aurais pu séduire la bête d’une arbalète savamment maitriser, j’aurais aperçu ma nymphe descendre doucement, le blanc de la bouche s’ouvrir .Le ferrage aurait été impeccable  laissant à mon 10/100 le loisir de tenir en respect la dame. Tout aurait pu, aurait dû être  mais voilà moi et la NAV c’est un peu comme  le canada dry.

Il m’aura fallu encore choisir une voie différente. Ornant fièrement mon Olympus TG3, j’ai regardé la truite dans les yeux, lui promettant  que je parlerai d’elle ici. Etonnamment sans que je n’aie pas grand-chose à faire, elle s’est jetée dans mes bras. Je crains d’ailleurs que ces dames soient un poil narcissique car je ferai une deuxième rencontre quelques heures plus tard.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ainsi se termine la journée sous les museaux afférés à la recherche d’émergence de chironome que seul un shipman dans la vague pouvait séduire. Un coup du soir ,une  sorte de cerise sur le gâteau.

Comme une conclusion, terminant notre périple, nous décidons enfin  sur le chemin du retour d’une halte sur les berges du Haut- allier. Autre particularité des pécheurs ardéchois dont le placement invite à aller la rencontre des innombrables magnifiques rivières  toutes proches.

IMG_0806

Des eaux claires, des radiers ou chaque faux pas trahissent  notre presence.Une pêche que j’affectionne particulièrement mais cela est une autre histoire.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

D’une année sur l’autre

Un éternel recommencement qui prend des allures bien différentes .Ainsi pourrais-je débuter cette palabre. Les années se suivent, pourtant elles nous offrent à chaque fois la surprise d’instants qui nous perturbent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Alors que 2015 avait conduit nos rivières jusqu’à l’agonie poussant certaines dès le mois de juin à se résumer  à un filet d’eau, la premier partie de l’année 2016 aura montré l’inverse.

Depuis des semaines maintenant le printemps nous est tombé  sur la tête. Pluie, niveau presque impéchable, inondation aura été le quotidien de beaucoup de pêcheurs à la mouche même en Auvergne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les quelques rayons de soleil que nous livre cette semaine d’entrée dans l’été  vient casser ce cercle infernal. Les rivières sont à la baisse, les mouches de mai sont au rendez-vous .La chaleur de la journée conduit les poissons à densifier leur activité sur des périodes courtes et intenses. Enfin nous y sommes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il nous faut déguster ces moments qui nous ont semblé si lointain. Profiter au maximum pour se gaver de la générosité de la nature. Chaque recoin, chaque retourne, chaque courant  se pratique avec application.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous savons que ces jours ne dureront pas .Alagnon, Dore, Sioule, Couze, Ance et bien d’autres encore attendent notre visite.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pantagruélisme d’émotion, cette période correspond aussi à la fin de l’année scolaire de nos enfants. Après des heures plongées dans les livres et les cahiers, il est un moment rare que celui de les regarder sur le bord de l’eau. Je retrouve l’enthousiasme du débutant, l’imperfection des choses que l’on essaye de réussir, le frisson que procure la plus modeste des prises, l’effervescence d’une passion que je m’efforce de partager sans savoir ce qu’elle deviendra.

2016 et ces mauvaises conditions a mis à mal mon projet de faire une vidéo de pêche dont mes enfants seraient le fil conducteur.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais je sais pourtant qu’une des raisons qui m’a poussé à faire ce site internet est intimement lié à mon envie de leur transmettre. Raison suffisant pour tenter il y a quelques jours de partager mon expérience autour du thème des bas de ligne

Appréhender le bas de ligne

Modeste contribution que je destine sans aucun doute à quelques primo-accédant .Loin de moi la présomption de me prendre pour ce que je n’ai absolument pas l’envie d’etre.

Je laisse bien volontiers à d’autres le privilège et l’envie de siéger au panthéon des pseudos champions .Je profite  d’ailleurs d’un intermède lié à l’actualité, rappelant une fois de plus un point qui me semble important. Un coup de gueule  pour m’offusquer d’une situation que je trouve affligeante.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En cette période d’Euro, combien de footeux aurait la prétention de se prendre pour Zidane, se dédouanant de l’admiration nécessaire qui fait du premier quidam venu un supporteur de notre équipe de France. Alors amis moucheurs, sachez que nous avons aussi nos Zidane, des pêcheurs exceptionnels dont les egos démesurés de certains nous conduisent à devenir imperméable aux rayonnements internationaux de notre pratique. Alors cet été se dérouleront comme tous les ans les championnats du monde de pêche à la mouche pour les jeunes en Espagne en Aout et pour les seniors aux USA en Septembre. Je reste intimement convaincu que ces compétiteurs ont tant apporté à notre pratique que la moindre des choses est parfois de faire l’effort de les suivre et les encourager.

Parcourir le site des championnats du monde senior : http://www.wffc2016.com/

Ainsi mes derniers mots seront à la mode du moment

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Allez les bleus !!!!!!

Elles sont là …et malheureusement

Elles sont là .Magnifiques, illuminant de leur vol  chaque recoin ou se pose notre regard. Elles sont cette part inconsciente que l’on attend chaque année, plein d’espoir. Pour  chacun d’entre nous, dès lors que la canne à mouche devient notre outil de prédilection, la période des mouches de mai reste sans nul doute l’un des moments exceptionnels d’une saison.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De grosses bouchées qui annoncent la sortie des plus beaux poissons de la riviere.La frénésie de ces tapis de mouche qui ont écrit l’histoire de la Sioule. De la gare des rosiers, des plats de Pontgibaud, des méandres de pranal, la haute et son lit de sable invite à gouter à pleine poumon ce moment privilégié

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pourtant cette année,c’est compliqué. Dur de trouver un moment de repris au milieu de toute l’eau qui nous vient du ciel. En quelques heures, nos rivières se transforment, se modifient, laissant guère de chance à vivre des pêches miraculeuses. Une saison en mode yoyo ou l’on alterne un jour de beau et trois jours de pluie.

A l’image de la présence des pêcheurs sur la rivière, la saison ne restera probablement pas dans les annales. Seule quelques bordures, quelques microcosmiques gobages trahissent la présence des truites.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La pêche est en mode instable….

Retour sur le Blues and Fishing de Banson

Ce week end avait lieu, plus précisément samedi la premiere Edition du blues and fishing trophée à Banson.

DSC_5906

Une journée dédiée à la pêche à la mouche dans un site à la poésie envoutante ou quelques passionnées allaient commencer par un petit concours  amical.15 moucheurs aux aguets, prêt à tenter toutes les fantaisies pour séduire les dames du lac.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Satanées  filles qui se montrèrent bien retordes, s’amusant de la patience de chacun, ce fut  une pêche ultra enrichissante .Comme souvent à Banson, la pêche en sêche était à l’honneur sur des poissons qui ne pardonnaient aucun erreur. A ce petit jeu , la famille Guérin père et fils allait inscrire leur victoire au palmarès de ce rendez-vous.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cerise sur le gâteau , dès que les lueurs du soir sont apparues, c’est le bruit des guitares et du blues qui pris possession des lieux .La venue de Jérôme Piétri , une petite bière locale , la convivialité et l’esprit de partage de Julien et Vincent  allait suffir à faire de cette soirée  un moment exceptionnel.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je dois pour conclure l’avouer, c’est toute la philosophie de mon esprit mouche que j’ai trouvé à l’occasion de cette journée. Un esprit mouche plein de liberté qui passe au-delà de tout desir de se prendre au serieux  pour faire de notre département du Puy de Dome, le repère d’une philosophie particulière .

Un endroit rare, dans un recoin de campagne ou le brouhaha d’une guitare bidon suffit à vous conduire à palabrer quelques instants avec des gens d’exception à l’image de Monsieur Philipe Boucheix Président d’ANPER-TOS.

Ainsi  les dernières lignes de cette bafouille seront militantes, vous invitant à poursuivre ce moment de lecture au-delà d’Auvergne Passion Mouche à travers la découverte du site d’ANPER.

Le site d’ANPER-TOS :http://www.peche-et-riviere.org/

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Culture Fish n°94

Il y a quelque temps, j’avais eu l’occasion d’un échange vif avec Stéphane webmaster du web revue dont vous êtes le heros.Aprés un long moment passé au téléphone nous avions convenu de nous retrouver sur les bords de la Sioule pour échanger ensemble, pour partager autour de l’engagement bénévole au sein de nos structures associatives.

culture fish1

Le résultat, une discussion de plus de 70 min entrecoupé de quelques belles séquences de pêche. Une culture Fish n°94 ou j’ai eu la chance grâce à Stéphane Durand Robin de parler de la Sioule, de ces enjeux, de sa richesse .De notre Sioule.

Pour Visionner le culture fish n°94 :http://www.culturefish.fr/les-episodes/94/

culture fish

 

Auvergne Passion Mouche Frontier Theme