Auvergne Passion Mouche

Journal d'un passionné de pêche et de nature

Catégorie : Autre thème

Plutôt qu’un long discours

La pêche n’est qu’une histoire intime qui relie un homme et un poisson ….Une histoire qui parfois ne tient qu’a un fil ….

Devrais-je plutôt écrire à un brin de nylon !!!!!

Au delà de la plaisanterie , comme un conseil que je crois essayer d’être le plus pertinent possible , beaucoup de pêcheur à la mouche ont assimilé un devoir d’exigence à l’étau oubliant que la plus belle mouche du monde n’a de valeur que si tout le reste est parfait.

Parfois il vaudra mieux économiser quelques euros sur une ou deux imitations en moins au cœur de nos boites et monter en gamme sur l’usage de nos nylons.

Prétexte aussi et surtout à travers cet article à vous inviter à se replonger quelques années en arrière sur Auvergne Passion Mouche.

Retour en 2011 (çà date) ou je vous parlais de ma mouche fétiche le kikinou.Retour en arriére pour redonner un coup de jeune à ces lignes et changer quelques photos.

Le kikinou ( Montage et Mise en pratique)

 

 

Abondance de bien ne nuit pas !!!!

« Abondance de bien ne nuit pas »…. Constat d’une pratique réservoir dont la richesse se décline à travers de multiple façon de pratiquer.

Constat réjouissant d’une pratique qui dans  la périphérie clermontoise nous offre une belle diversité d’offre.Qu’ecrire de plus .

De Banson qui s’est habillé pour l’automne.

Passer une journée à Banson : http://www.peche-banson.com/

Un lac encore un peu chaud mais dont la présence importante de frondaison garantit aux truites la quiétude d’abri ou elles espèrent  être incognito  pour le pêcheur.

D’une pêche de bordure ou Nav ,sêche et chiro au fil nous garantissent un passage en douceur entre la rivière et le réservoir.

Stratégie que l’on aborde avec un matériel light. Un long bas de ligne, une Montana, un couloir de vent et nous voilà prêt à affronter les défis du jour.

Séquence de pêche qui me permet de mettre à l’honneur un outil de ma panoplie.

Le panier à soie comme un allié qui ne me quitte quasiment plus. De la rivière à la traque d’un carnassier. D’une truite en maraude que je peux suivre, l’essayer c’est l’adopter.Fidele compagnon dont j’avais deja parler ici en 2014 et dont je ne peux que vous encourager à sauter le pas .

En 2014 sur Auvergne Passion Mouche : http://auvergnepassionmouche.fr/des-nouvelles-des-reservoirstest-linekurv/

Acheter un panier à soie :https://www.ardentflyfishing.com/panier-a-ligne-linekurv-p-18610

Occasion de se faciliter la vie lorsque sur les berges de Gerris, je m’adonne à l’une des pêches que je préfère. La traque des big Mama m’offre l’opportunité de vous inviter en ce début de saison à la relecture d’un article que j’avais écrit dans le numéro 123 de pêche mouche.

Parcourir le numéro 123 de Pêche Mouche : http://www.peche-mouche.com/les-anciens-numeros/

Forme d’éloge à une pêche en « mouvement permanent » ou le réservoir devient un espace hyper ludique et sportif.État d’esprit ou l’on ne compte pas ces pas. État d’esprit à l’opposé des pêches dites lentes.

On agresse, on harcèle, on bouge, on cast .De la grosse musique dans les oreilles, une boite à mouche réduite à sa plus simple expression, une soie  modifiée à l’aide d’un slick shooter, une canne qui envoie du grain et me voici prêt pour taquiner les prochaines défis que nous offre Ludovic.

Des arcs qui pour certaines dépasseront les 10kg .Des arcs auxquelles j’ai préparé quelques nouveautés grâce à la boutique Fly concept. En mode Snake two tone barred et wiggle tail.

A redécouvrir la sélection Streamers Réservoir Fly Concept : http://www.fly-concept.fr/categorie-produit/streamers-rivieres-reservoirs/

Opportunité de consacrer quelques minutes de cet article pour vous parler de l’arrivée d’une boutique de Fly tying qui repond aux attentes dont certains m’avait parlé lorsque j’avais mis en ligne le montage de l’arathyma.

Voir la vidéo de montage de l’arathyma :https://www.youtube.com/watch?v=kX8yIp52cBc

Difficile de trouver à l’epoque des plumes rares .Une chose devenue facile aujourd’hui grâce à Thibault et sa boutique : https://www.lordsofrivers.com.

Ara, Cacatoès, Lady Amherst, Trapogan sont  autant d’invitation à diversifier ses montages.

Abondance donc, de bien, d’univers, de façon de faire .Ainsi pourrais-je conclure ces lignes en vous parlant de la pêche en réservoir.

Invitation à découvrir tous ces plans d’eaux différents.De truite area que je ne connais pas au lac du Bouchet, de Noirétable aux Estives, de Malaguet à Verrière, de Gerris à Banson, tant de possibilité qui devrais me faire patienter jusqu’à l’heure de retrouver la Sioule……

Isère ; on fait durer le plaisir

On fait durer le plaisir, ainsi pourrait commencer le résumé de ce weekend.

Comme une habitude, nous choisissons avec Jérôme de passer quelques heures de pêche au cœur des alpes. Région qui verra la fermeture de la truite arriver le 7 oct.

Après une escapade sur l’arc en 2017, nous privilégions cette année la vallée de l’Isère.

Peu habitué à des rivières au régime hydro très perturbé, il nous faut prendre les marques au sein d’un système ou EDF règne en maitre. D’un secteur à l’autre, d’une heure à l’autre, c’est une réalité totalement différente qu’il faut appréhender .

Des eaux hautes ou les poissons se calent dans la bordure à des débits réduits au minimum ou il faut profiter de chaque seconde, la pêche se voit souvent contrariée  par une vague qui emporte tout sur son passage. Attention danger.

Étonnamment il semble que truite est réussie  à s’habituer à cette manière de vivre .On comprend très vite que la fonctionnalité de l’Isère doit être bien contrarié par un mode de vie ou il faut s’accrocher à moindre remous pour se survivre.

Pourtant au détour d’un parking ou d’une bière prise à Bourg, partageant quelques palabres avec des élus du secteur, il se dessine une capacité à prendre en considération des facteurs limitant et une volonté d’offrir une qualité de pêche vraiment très agréable.

Une destination qui vaut le coup si l’on accepte quelques montées d’adrénaline et d’eau.

Coté pêche, il aura fallu quelques heures pour s’habituer aux choses et comprendre que les poissons ont pris leur quartier dans des secteurs bien définis.Une pêche quasiment exclusive sous la surface, en nymphe sous la canne ou en sèche nymphe lorsque le vent se met à souffler dans la vallée.

L’occasion  de prendre la mesure de mon cadeau d’anniversaire. Découverte du Chest Pack JMC Competition dont je vous éviterai la description si ce n’est de vous proposer de rechercher sur le net la vidéo réalisée par Julien Daguillanes .Au-delà et modestement , peu enclin à me défaire de mes habitudes liées à des années de fidélité au gilet de pêche , je dois avouer que je dois être homme un poil têtu.

Un changement auxquelles il m’aura fallu un moment pour me faire à l’usage mais dont l’impression est vraiment très convaincante.En résumé et pour faire simple, j’ai adoré ce chest pack, confortable, peu fatiguant (très bien équilibré) et surtout d’un aspect pratique sans égal.

Ainsi s’achève définitivement la saison 1er cat 2018.Le temps d’un weekend, d’un intermède pour profiter une dernière fois des eaux vives.

2018 , à l’année prochaine

De nos rivières de 1er cat d’Auvergne, il est temps de dire « au revoir et à l’année prochaine ».L’heure est aujourd’hui au souvenir.

Comment ne pas repenser à ces poissons que nous avons croisés. Cette magnifique truite séduite en 2017 et que je retrouve au détour d’un rendez-vous impromptu en 2018.

Une histoire comme seule la pêche nous livre. Une canne, un waders oublié à la maison, un short, une veine d’eau et rien de plus.

Une petite nymphe vagabondant derrière un tabanas, arrivant lentement sous la frondaison. La soie qui se tend, l’émotion d’apercevoir cette beauté au fond de l’épuisette.

Le sentiment de donner raison à  toutes mes  certitudes sur l’intérêt du no kill.Un poisson rare qui viendra clôturer une saison ou j’aurais eu la chance de croiser plusieurs truites approchant ou dépassant les 50 cm dans le 63

De vielles truites à la mensuration modeste pour nombre de pêcheur des rivières calcaires mais des poissons qui ont appris à se méfier après des années .

Des poissons âgés dont la destinée ne sera probablement pas de briller aux firmaments des réseaux sociaux. Etrange mode dont l’éloge de la poutre résume probablement  tout le manque de considération que nous portons à ces modestes ruisseaux et petites rivières ou dame fario oublie de grandir trop vite.Lorsque inconsciemment nous nous éloignons des derniers sanctuaires.

Bilan d’une année 2018 où j’ai eu la chance de découvrir des produits qui m’auront accompagné durant mes parties de pêche.

Après les impressions décrites dans un premier article me voici quelques mois plus tard honoré d’avoir parcouru les berges avec les chaussures Andrews de la boutique River-Shoes.Confort, sécurité, résistance à l’usure font entrer ces chaussures dans l’univers du haut de gamme.

Découvrir les chaussures Andrews : http://auvergnepassionmouche.fr/decouverte-de-la-boutique-river-shoes-et-des-andrew-fly/

Retour quelques années en arrière ou avec Vincent nous parcourions les berges de la Sioule armé de la fameuse imitation d’olive qu’il a mis au point.

Aujourd’hui il nous propose de le retrouver au sein de son fly shop.Un site de qualité qui saura répondre aux attentes les plus exigeantes.

La boutique de Vincent : http://www.fly-concept.fr/

Continuité aussi avec ma confiance sans limite pour les partenaires infatigables que sont mes soies sources de la Lozère. Comme l’impression d’avoir créé le mariage parfait pour appréhender nos rivières auvergnates.

Un vivarelli , un canne Maxia 10 soie de 2 et le série compétition de ces soies. Que serai-je sans elle, fan de l’authenticité mais aussi des hommes qui se cachent derrière les produits.

Les soies sources de la Lozere : http://www.soie-peche-mouche.com/

De la soie, toujours de la soie. Profond désir de retrouver le bonheur de voir voler dans les airs quelques imitations.

De la soie, toujours et encore de la soie pour tenter de résister à la furie al Hilo qui prend trop d’importance à mon gout.

Comme la crainte de voir s’éteindre petit à petit l’esprit « fly fishing » et le geste à 4 temps au profil d’un univers intermédiaire ou de prétendu passionné de pêche à la mouche risquent de ne plus savoir faire dériver derrière un rocher l’irrésistible sêche qu’une truite à l’affut ne saurait refuser.

Incertitude peut être que le temps des perdigones touche à sa fin sur nos parcours sur-sollicités. Espoir surtout que la recherche de beau poisson s’accompagne de plus en plus avec des stratégies de pêche à distance ou le cast retrouve de la noblesse. Discrétion, approche, observation sont des atouts indispensables

Des soies, toujours des soies qui m’auront conduit à prendre un plaisir sans égal dès les premiers mois avec ma canne switch redington hydrogen.

Retrouver le plaisir d’une dérive en noyée dont je ne saurais me lasser. Témoignage de l’accueil et de l’écoute d’une boutique : PLC pêche

La boutique PLC Pêche : http://www.plc-peche.fr/

De Sioule enfin.

D’une image , un ombre pris en ce jour de fermeture quelque part à l’amont de Pontgibaud.

D’un ombre si modeste qui fait taire bien des gens qui resument leur implication sur nos rivières à etre spectateur.

De cette partenaire,la sioule, initiatrice de ma sensibilité à l’égard de nos rivières.De Sioule donc qui après une année 2017 en demi-teinte m’a offert des moments de pêche très agréable.

De Sioule pour conclure un cycle et me souvenir de Maurice, ancien président de l’aappma de chateauneuf les bains qui a été l’un des voix essentielles à sa protection.

Constat que tout arrive à qui sait attendre. D’une volonté ,2018 en ligne de mire, un parcours de graciation de 3km, une maille à 30cm, l’ombre en no kill, et  autant de témoignage d’un travail accompli.

D’une conclusion en image. Modeste prétention de celle d’être tout sauf un cinéaste.Témoignage ou plutôt invitation partager avec vous la passion qui nous anime.

 

« Ce qu’il y a de formidable avec la pêche à la mouche, c’est qu’au bout d’un moment plus rien au monde n’existent que des questions portant sur la pêche à la mouche »

Norman Mc Lean

2018….un slogan « Think different »

Il est des lieux au parfum particulier.

Des lieux où l’on prend le temps de reflechir.Des lieux ou derrière une canne à mouche, c’est une philosophie du vivant qui se dessine.

De mon art, de cette volonté à faire voler dans les airs quelques assortiments de plumes et de poils, il est devenu pour chacun d’entre nous une manière d’être.

D’une seconde à l’autre, d’une rivière à l’autre, d’une journée de pêche à l’autre, j’aime la multiplication de ces visages.

Plus pressé j’irai à l’essentiel, cherchant perdigon en bandoulière à profiter de quelques veines prometteuses pour assouvir mon désir de carbone.

Plus avide, je ferai le pari d’une poutre sur des secteurs bien définis m’offrant la garantie de quelques liKes facebookiens indispensables à la renommée.

Plus farouche comme je le suis souvent, j’irai alors me cacher comme un animal sauvage, retrouvant le bonheur d’une pêche qui sent bon l’auvergne.

Je suis d’un terroir, d’un patrimoine rare, d’un univers classé à l’Unesco ou les truites vivent au cœur du basalte et de la pierre volcanique.

De cette nature, si fragile, si précaire, c’est au fond d’une vallée que je retrouve le cercle des poètes disparus.

Mortagne, Burande, Faye, Haute Dordogne, Miouze, Couze, Haute Sioule, Dore, Eau verte, autant d’espace, de sanctuaire dont je reste convaincu que nous sommes incapables d’en mesurer l’état d’urgence.

De mon département qui s’interroge sur son droit de cuissage, je préfère de plus en plus rester en retrait .Persuadé que le temps agis sur le prédateur aussi rapidement que sur sa proie.

D’un monde de la pêche qui s’acharne à défendre un modèle qui échoue, je comptemple la quiétude qui est la mienne. Je suis peinard, tranquille, écoutant le bruit de l’eau à la veille de la fermeture.

Issus d’une génération qui a vu passé le nombre de pêcheur de ce pays de plus de 3 millions à moins d’1 millions  , cette saison 2018 qui s’achève  est  l’occasion de faire un bilan amusé d’une réalité qui m’a donné raison.Le nombre de pêcheur de truite dans le puy de dôme s’érode chaque année un peu plus.

Comme le sentiment d’appartenir à ces irréductibles qui parcourent des espaces ou truites n’a pas trop appris des hommes.

Comme le sentiment de tout faire pour éviter ces parcours ou se bousculent la fine fleur d’un monde de la pêche dont je me sens de plus en plus éloignée .Je suis un rustre, un libertaire, un amateur de pheasant tail  et  des mouches qui trainent au fond des boites de valda.

Pêcheur de pierre dans un monde ou daran aurait écrit les premières notes, l’année 2018 nous aura pourtant réconciliés avec nos rivières auvergnates qui nous auront offert à l’image de la Sioule des séquences de pêche juste extraordinaire.

Conséquence probable de choix ambitieux et courageux à l’image de ces aappmas qui ont parfaitement assimilées que l’avenir passe le slogan de  la petite pomme .D’un think different qui les pousse à introduire des ombres sur la haute Sioule, à décorer les arbres de panneaux éducatifs ou l’on encourage les pêcheurs à abaisser leur pression sur les milieux, à cette volonté de sanctuariser la haute Dordogne, à la mise en place de politique halieutique ou l’on crée des parcours practice. Moi le simple pêcheur, je vous remercie de faire autrement.

De cette saison de 1er cat 2018 je pourrais en faire un  autre bilan.

Celui de quelques nouveautés qui sont venus agrémenter ma panoplie de pêcheur à l’image des chaussures Andrews ou dernièrement du fil cortland.De mon intérêt pour le chest pack JMC dont j’espère secrètement le cadeau. De tout cela et bien plus encore mais une fois n’est pas coutume, d’Auvergne passion mouche il sera toujours comme priorité de parler avant tout autre chose de nos rivières et de ceux qui s’engagent à leur côté.

2018…2019…2020…Deux ans nous séparent d’une échéance essentielle : La prochaine élection au sein de nos structures associatives.

L’avenir de la pêche se joue au sein de ces instances .C’est  notre capacité à changer de modèle, à promouvoir d’autres axes, à accepter que nous allons devoir composer avec des contraintes qui devront nous conduire à l’humilité.

Aucun gestionnaire ne pourra éviter que 2019…2020…2050 ne soit encore plus chaud, conduisant nos poissons de 1er cat vers une souffrance de plus en plus grande.

Aucun hydrobio, chargé de mission ou autre n’aura assez d’influence pour changer le destin d’une époque qui externalise de plus en plus les contraintes écologiques qui pèsent.

Aucun professionnel, guide de pêche,passionné,initiateur de club , competiteur, blogueur, marque, et je ne sais quoi encore, n’aura la capacité d’influencer la manière de vivre des 64 millions de petits bonhommes qui nous regardent.

Aucun messie n’existe et nul avenir n’est plus incertain

Pourtant amis lecteur, si je pouvais vous convaincre de l’indispensable engagement pour conclure cette année 2018, je vous inviterai à réfléchir à cela des aujourd’hui, prêt à partager avec ceux qui le voudront ma faible expérience.

Prêt  à vous céder ma place le moment venu…

Aout 2018 , le temps des pleurnichards

De ce mois d’aout 2018, chaque jour nous livre son lot d’amertume. Petit à petit nos réseaux sociaux sont devenus le terrain d’expression d’une nouvelle mode. Pas une seconde, pas une minute ne nous semble si fragile lorsqu’il s’agit de pleurnicher,profitant de chaque prétexte , de chaque malheur pour s’acheter une conscience.

De la Montane à l’agonie, victime d’une soirée mousse qui aurait mal tournée.Véritable catastrophe dont je comprend la tristesse de tous ceux qui se battent pour cette riviere

D’un ailleurs  ou j’aime à retrouver un amis .Rivière Ariège dont la simple évocation d’un mal nommé PKD suffit à faire comprendre les dangers d’un avenir incertain

Lien : http://collectifmouche31.blogspot.com/2018/06/lariege-atteinte-par-la-pkd.html

D’une eau limpide qui laisse de plus en plus de place aux algues bleues.

Lien :https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand/environnement/puy-de-dome/2018/08/09/mais-que-sont-ces-cyanobacteries-qui-polluent-nos-baignades_12946517.html

De  la rivière qui coule en bas de la maison offrant  le même visage, la même realité.Cimetière de parcelle de vie que chaque été emporte dans un etiage qui se fait de plus en plus dramatique

Des dizaines, des centaines d’exemples comme cette invitation pleine de pertinence qui nous plonge au cœur d’une ville correzienne. Occasion pour bon nombre d’entre nous de deverser un  lot de commentaire,tous plus accusateur les uns que les autres.Voyage au milieu des dechets. Une bouteille de coca, une lingette,un megot , autant de stigmate d’un temps ou l’homme ne s’est plus ce qu’il fait.

Pourtant me dirai vous, pourtant tout cela pourrait être autrement .Tout cela pourrait se construire à travers une autre manière de regarder, plus respectueuse, plus empathique. Ainsi pourrait être le destin de ce que je suis, de ce que nous sommes.

Pêcheur .Sentinelle d’une émotion, sentinelle d’une capacité à s’émerveiller du simple spectacle.

De cela, cet article aurait pu témoigner .De cette envie, de cette transmission, de cette certitude que nous sommes capable d’insuffler une idée simple au cœur de notre société :

« Faites attention aux  rivières »

Nous pourrions éduquer, alerter, sensibiliser. Nous pourrions nous unir pour changer les choses .Nous pourrions mais avec un niveau d’exigence dont  tout éducateur connait la valeur : l’exemplarité.

Exiger de nous mêmes avant d’exiger des autres.

D’un guide de pêche qui pavane  montrant avec fierté un poisson probablement pris dans une réserve. Parcours très connu dont les habitués reconnaissent aux premiers coups d’œil  le paysage sur une photo.Promesse de quelques belles truites qui  suffit à faire venir la renommée   alors que tous savent que c’est interdit actuellement . Ces mêmes qui une seconde plus tard se feront donneur de leçon. D’une réalité que tous connaissent et dont personne n’aura le courage de parler.

De ces gardes de pêche, j’ose croire  à l’issus de leur plein grés  qui likeront ces images et iront le lendemain contrôler d’autres parcours, s’octroyant le droit de faire la morale.

De cette vitrine offerte, sourire aux lèvres,  ou se dessine la bave de comportements qui ne  surprennent plus.

De ces pseudos professionnels, prisonnier d’une concurrence ou le nombre d’entre eux se multiplie plus vite qu’il ne reste de rivière en parfaite état, véritable furoncle d’une profession qui a tant de rôle à jouer.Des gens prêt à tout pour image, une photo , gage de quelques clients supplémentaires. Insolent clin d’œil à l’égard des petites ombres de la haute Sioule qui comprendront bien vite que pour niquer heureux il faudra bien plus que des panneaux

De l’incapacité coupable de mon département à faire respecter ses ARP, regardant avec nonchalance , le déferlement de panier sur la dore et la haute Dordogne. Naïveté  de celui qui croit  qu’il suffit d’aller voir le préfet pour espérer changer les comportements et économiser quelques litres  d’eau pendant qu’il cautionne sans réagir cette malheureuse évidence qui dure depuis des semaines .Bien mal placé sera-t-il alors pour expliquer aux jardiniers de ne pas arroser ses tomates avec l’eau de rivière d’autant que celui-ci se contrefout des truites .Il n’aime pas le poisson….

De moi , loin d’etre irreprochable , qui m’interroge de plus en plus sur la responsabilité d’une maniere de vivre qui impact dangereusement le vivant qui m’entoure.De moi , du gasoil que j’utilise pour aller à la rencontre de cette passion .De moi et  cette dissonance cognitive

Je souffre de dissonance cognitive

Alors d’une mousse blanche qui envahit l’âme de nos truites, d’un parasite qui les conduit à la mort, d’une ferme industrielle à Boslbabert, de je ne sais quoi encore, de tout cela, nul leçon, nul contrainte me semble aussi injustifié qu’a l’heure où j’écris ces lignes.

Si jamais un pêcheur vient à votre rencontre pour vous faire la leçon en ces heures difficiles .Soyez heureux, vous ne risquez rien . Nul univers ne se fout autant de la loi  .Nul univers n’ a autant envie de faire planer des contraintes sur la paille du voisin plutôt que sur la poutre qui lui sert de morale.

Amis pollueurs, chères ménagères inconscientes, chers paysans amateur de glyphosate, à vous tous , spectateur de ce que je suis , je vous l’assure,

Vous pouvez dormir tranquille !!!!

 

Au cœur des Hautes-Alpes

De chaque vacance, de chaque moment de liberté, prétexte  à la découverte, nous choisissons pour cette année de laisser derrière nous les volcans pour prendre de l’altitude.

Les Hautes Alpes (05) s’ouvrent à notre désir d’évasion.

Parfum d’un ailleurs, parfum d’une fraicheur qui en cette période de canicule nous permet de profiter de chaque minute.

Comme intermède, une pause entre deux randonnées je déguste le privilège d’instant de pêche.

Occasion d’appréhender de nouveau territoire à l’image de la vallée de la clarée dont je suis littéralement tombé en admiration.

Périple qui me conduit sur différents lacs comme celui du serpent ou des muandes qui me proposent des moments d’une intensité rare.

Occasion de revenir dans des lieux que j’avais  connu des années en arrière.

Durance,Guisane ; Queyras, vallée du Guil, autant de secteur auxquelles je consacre des heures de prospection bien trop courte.

Occasion de confirmer la confiance que je voue à mes soies source de la Lozère.

Découvrir les soies sources de la Lozère :http://www.soie-peche-mouche.com/

Au paradis des eaux claires ,de la pêche fine et discrète  , je dois avouer que le modèle n°1 m’aura permis une fois encore de prendre un plaisir immense , notamment très tôt le matin , cherchant le moindre poisson actif en sêche/nymphe.

Stratégie de pêche que j’alternerai avec quelques perdigones made in Auvergne.

Stratégie de pêche qui le plus clair du temps tournera autour d’un tabanas en taille 16 issus de la collection de la boutique de Vincent (Fly concept) et d’une nymphe très connu le célèbre cul rouge.

Stratégies de pêche auxquelles je donnerai une odeur locale, profitant d’une halte dans la boutique de Thibault Guilpain à Briançon pour m’acheter quelques bobines de fluorocarbon soldarini.

La boutique de Vincent :http://www.fly-concept.fr/

La boutique de Thibault :http://harvey-fly.com/fr/

Ainsi pourrais-je écrire encore des heures et des heures pour vanter la beauté de ces paysages, résumant en une seconde deux semaines d’un plaisir rare.

Ainsi pourrais-je oser parler de la pertinence qui me semble essentielle du travail de l’aappma de la clarée qui propose des parcours no kill dans lequel je me retrouve totalement .Des choix qui invite en particulier à sanctuariser des tributaires annexes.

Ainsi pourrais-je ……

Mais comme à mon habitude plutôt que des mots je préfère les images.

Témoignage modeste que je partage à travers une vidéo si imperfectible soit elle.

Témoignage simple d’un passionné de pêche et surtout de nature.

Culture Tefal ,encore de beau reste…

Nous sommes en juillet.Quelques semaines encore et il sera temps de laisser tranquille nos rivières de 1er catégories.

Bientôt la pêche laissera place au bilan d’une année 2018 qui nous aura offert des raisons d’espérer.

Le temps de faire un pied de nez à tous ces détracteurs de tout poil qui avait promis à l’aappma de Châteauneuf un déclin important après la mise en place du parcours no kil de 3km.

Au final dans un contexte qui affiche   une perte importante de nombre de pêcheur, les dés semblent avoir jeté une autre réalité bien différente au sein des structures les plus contraignantes.

Des instances courageuses, capable de sacrifier l’érosion de quelques vielles mains pour  miser sur le recrutement d’une jeunesse  ou la pêche devient une activité de pleine nature qui se doit d’être le plus ludique possible.

Pour ma part, l’age avançant, je mesure le chemin parcouru mais aussi l’inefficacité de quelques démarches, trop convaincu que nos certitudes à  prétendre ne sont au final qu’un miroir à l’alouette.

Il me faut  avouer  l’inéluctable  d’un combat qui a vu comme conclusion la décision lointaine d’un tribunal administratif de Lyon .Fin d’un cycle, d’une procédure qui autorise la mise en place d’une micro centrale sur la sioule

Comme une confiance perdue à l’égard de tous ces spécialistes qui m’avait prédit une victoire garantie,de toutes ces associations incapable d’une lecture pertinente  ou la super avocate n’a pas été foutu de déposer en date et en heure les pièces nécessaire à la défense de ce recours.

Nul doute que je pourrais déverser une forme d’amertume , mais bien au contraire me voici amuser d’une naiveté à penser que tout va bien dans le meilleur des mondes.

Pêcheur depuis 60 ans, il ne reconnaît plus les rivières autour de Sauxillanges (Puy-de-Dôme) :https://www.lamontagne.fr/varennes-sur-usson/loisirs/environnement/2018/07/13/pecheur-depuis-60-ans-il-ne-reconnait-plus-les-rivieres-autour-de-sauxillanges-puy-de-dome_12912881.html#refresh

Atterrissons, comprenons que nature n’accorde pouvoir qu’a la masse, qu’au nombre, que derrière chaque chiffre se cache notre capacité à peser.

Pensez-vous sérieusement que 17000 pêcheurs peuvent définir le destin de 700 000autres habitant.

Pensez-vous encore que truite, ombre, brochet, rivière pourront être des raisons suffisantes à mettre des bâtons dans les roues d’une époque ou chaque parcelle de croissance se fait au détriment du vivant.

Pensez-vous que nos jeunes hurlant à la sortie de nos lycées au lendemain du bac devraient recevoir leçon de morale sur l’impact de leur manière d’être, de vivre de la part de quelques prédateurs qui s’octroient cuisage sur une ressource qui se fragilise.

Toutes ces consoles, ces tablettes,ces machines qui ont tant besoin d’électricité, cette capacité à rester au cœur de nos villes et à défendre un modele ultra consommateur  les conduit sur le chemin de l’indifférence écologique.Trop convaincu peut être qu’a l’image des tomates, les progrès de demain rendront inutile le besoin de Terre.

Apprendre à aimer pour mieux protéger .Apprendre à rendre nécessaire une relation avec la nature pour en mesurer son aspect indispensable .

C’est cela être pêcheur aujourd’hui, c’est apprendre à s’imprégner plutôt qu’à se nourrir.

Ainsi à l’heure où j’écris ces lignes, jeunesse se bouscule place de jaude, hurlant  la fierté d’être bleu, consciente je l’espère d’habiter dans un pays ou 80% des rivières sont à l’agonie.

La basse rivière d’Ain à l’agonie :http://www.nicolas39-peche-mouche.com/index.php?post/2010/07/16/La-basse-riviere-d-Ain-a-l-agonie

l’Ariège atteinte par la PKD :https://collectifmouche31.blogspot.com/2018/06/lariege-atteinte-par-la-pkd.html?m=1

Ainsi à l’heure où j’écris ces lignes, nos volcans sont là endormis, patrimoine du monde qui nous entoure, richesse dans l’histoire de l’humanité.

Ainsi à l’heure où j’écris ces lignes, je ne peux cacher ma désespérance à regarder les pêcheurs de mon département pris en  otage d’un débat d’une médiocrité affligeante ou comme seule préoccupation d’avenir, il s’agit de savoir si en 2019 on pourra mettre au panier 4 ou 6 truites.

Amusant destin que celui d’imaginer qu’aujourd’hui il suffira de polluer pour rendre truites et autres êtres vivants , impropre à la consommation, seul garantie à être peinard ….

Ainsi à l’heure où j’écris ces lignes ma pensée finale ira vers mon ami Vincent.

De l’autre côté de l’atlantique, sur les berges de la  green, il s’éclate au cœur d’un lieu ou la pêche est devenu une religion, ou l’impact économique du loisir pêche ferait pâlir bien des acteurs pro, ou derrière chaque barrage, bizarrement il y a plein de  truites !!!!!!

Des truites magnifiques, superbes, qui n’auront pu résister à petit sedge maison.

Des truites dont le seul destin promis au sein de notre fédération aurait été de finir au fond d’une poelle …..

Quelques news en vrac (9/05/2018)

L’heure est aux nouvelles

Peut-être passer inaperçu pour certains, depuis quelques jours maintenant le nouveau site internet de la fédération de pêche du puy de dôme est en ligne.

Le site internet de la fédération de pêche du Puy de Dôme :https://www.peche63.com/

 

Une nouvelle interface plus agréable à lire, un site responsive offrant la possibilité de visualiser directement sur cartographie les parcours de pêche. Une réponse de qualité pour répondre à bien des questions des pratiquants.

Modernisation du support qui permet de mettre en valeur le travail de la fédération.Modernisation qui s’exprime aussi par la présence de nos instances sur les médias sociaux comme Facebook ou Instagram.

Instantanée d’une époque qui nous permet par exemple d’apprendre l’introduction de 10 000 ombrets d’un an sur la portion amont de l’Allier.Une politique halieutique indispensable à mon sens.

Je profiterai d’ailleurs de l’instant pour rappeler que l’ouverture de l’ombre s’approche et que notre Auvergne offre d’innombrables possibilitées d’aller à la rencontre de ce poisson exceptionnel

C’est aussi le retour sur le marché de la collection des mouches de la Sioule. Olives, nymphes, March Brown. De quoi parfaire ces boites de mouches avec des modeles efficaces et simples.

Opportunité de parcourrir en profondeur le Fly shop de Vincent : Fly concept. Une gamme très étoffé et quasiment complete  dont le succès ne fait guère de doute .Volonté de développer grâce une gamme aux prix très attractifs que je vous  inviterai à découvrir durant les mois à venir notamment autour de la pêche en réservoir.

Découvrir Fly Concept : http://www.fly-concept.fr/

Parmi les autres informations, il est à signaler que notre Auvergne et plus précisément la Haute Loire sera le théâtre de la prochaine édition du Tournoi des 5 Nations. Événement notamment sur le magnifique site du lac du Bouchet qui permettra d’admirer en action des pêcheurs de grande dextérité.

Moyen aussi de montrer une fois encore le dynamisme de certaines personnes de ce département  qui apporte je le crois beaucoup à la pêche à la mouche.Véritable moteur du maintient de l’attractivité de la Haute Loire  et force motrice essentiel face à l’érosion des pratiquants.Ce sont ces porteurs de projet qui devrait être mis en valeur et soutenu à travers les politiques de communication de nos instances ( en mode billet d’humeur!!!)

Enfin pour conclure , je vous invite à parcourir ma chaine youtube qui devrait se redynamiser avec l’arrivée de nouveau jouet comme la go pro hero6 .Le but d’Auvergne passion mouche etant avant tout autre chose le plaisir des photos et des images.

Ma chaine Youtube :c’est ici

Lecture d’Avril : 8.6,Pêche Mouche,Petit Jean

Entre deux parties de pêche,  comme une pause salvatrice, je profite de l’arrivée du printemps et de la chaleur d’une après-midi pour m’adonner à quelques lectures.

Comme à chaque fois l’annonce d’une nouveauté attire mon regard. Depuis quelques semaines le premier numéro du magazine 8.6 a pris le relai de « Pêches sportives ».

Un magazine plus dense qui nous invite au fil de 146 pages à la rencontre d’univers très diffèrents.

De la maitrise du no kill en pêchant aux leurres, aux boites à mouches idéales  pour parcourir l’Ain , l’Aude et bien d’autres contrées , c’est un contenu riche qui nous donne l’envie de lire avec enthousiasme un numéro 1 dont l’unique petit point noir résidera  peut-être dans son prix  .

18€ pour un tri mensuel  même de très grande facture reste à mon avis une cout très important et beaucoup je le crois prendront le temps de feuilleter chez leur buraliste chaque parution avant de craquer pour ces belles pages.

L’arrivée de mai signe aussi la parution du numéro 126 de la revue « Pêche Mouche ». Fidèle parmi les fidèles, c’est avec impatience que je parcours ce numéro.

Comme à son habitude , nous aurons plaisir à partager les conseils des différents auteurs à travers des sujets aussi vastes que la traque de gros spécimens en sêche à l’invitation qui nous est faite d’aller voir ce qui se passe en Islande.

Pour ma part en bon régional je ne résisterai pas à une lecture plus attentive d’un article de J.B Nuremberg sur les ombres de l’Alagnon. Comme une mise en appétit pour aller à la rencontre de la plus auvergnates de nos rivières, l’Alagnon traversant successivement le cantal, la haute Loire et le puy de dôme.

Continuant cet intermède culturel, il me faut maintenant aborder un coup de cœur : Le livre de Marc Petit Jean.

Un ouvrage référence qui invite les amoureux du cul de canard à la rencontre des célèbres montages que sont les MP 10,22, 81 et tous les autres. Des step by step détaillés au maximum qui nous offre une parfaite maitrise de  ce matériel .L’auteur nous invitant aussi au fil des pages à la rencontre de l’histoire du CDC dans le monde la mouche.

Difficile de résumer en quelques lignes la beauté de ce livre, si ce n’est de prétendre qu’il est un des vrais indispensables dans toute belle bibliothèque de passionné de pêche à la mouche.

Ainsi pour conclure ce propos je vous laisserai comme une mise en bouche une vidéo de Marc Petit Jean ou il nous dévoile ses 8 mouches qui suffisent

Auvergne Passion Mouche Frontier Theme