Auvergne Passion Mouche

Journal d'un passionné de pêche et de nature

Catégorie : Autre thème

J’ai lu « Confession d’un pêcheur à la mouche  » de Ch.Noharet

C’est à l’occasion du week- end dernier et d’une réunion du GPS Sioule/Morge que j’ai le plaisir de faire la rencontre de Christophe Noharet.Occasion de découvrir son ouvrage :

Confessions d’un pêcheur à la mouche ….sur la quête de la truite fario en riviere

Durant plus de 230 pages, il nous livre une approche empirique de la pêche à la mouche.

A travers son regard, son expérience et ses anecdotes, l’auteur nous permet d’appréhender la diversité et la richesse de la quête de la truite Fario en rivière.

Des mœurs de la dame à la lecture d’une rivière, des stratégies de pêche à la maitrise du posé en zigzag, du montage de mouche au choix de la bonne imitation,  ainsi est parcouru dans un style très agréable l’univers qui nous passionne.

Lien vers le site du livre :https://confessions-palm.jimdo.com/

D’une lecture facilité par une architecture qui mélange  petits paragraphes et  superbes photos, l’ouvrage nous propose en permanence des récits qui nous rapprochent du terrain et de l’expérience .Un vrai plus à mon gout qui nous plonge directement dans la réalité

Difficile de trouver un manquement à cet ouvrage qui tiendra bonne place dans une bibliothèque ou s’entremêle à la fois des lectures  très spécialisées comme la « pêche en nymphe à la française » de Yannick Jouan, des objets  plus intimistes à l’image de « la truite en héritage » de Nicolas Germain ou des œuvres très complètes  comme les carnets de pêche  d’Hervé thomas.

Confession d’un pêcheur à la mouche se destine probablement  à un public novice  qui souhaite acquérir dans un support unique l’ensemble des éléments importants autour de la pèche de la truite au fouet. Seul bémol à mon gout, pour m’éviter une fois encore les remarques désobligeante que je reçois parfois sur le blog , les deux ou trois photos de poissons morts qui trainent ici ou là et le paragraphe sur la mise à mort qui m’eloigne de ma conviction autour d’une pratique recreative plutot qu’alimentaire.Que voulez vous on ne se refait pas ….

Ainsi s’il me fallait conclure, je ne pourrais que vous conseiller de découvrir ce livre

Vous souhaitez acheter le livre : c’est ici

Une nouvelle venue made in Liberty Rod Fishing

Les feuilles mortes commencent à envahir le paysage. L Automne prend possession de nos rivières

De mon côté je guette le facteur qui m’amène une nouvelle venue. Confié à Frédéric Othon (Liberty Rod Fishing), comme à mon habitude, j’ai décidé une fois encore de privilégier le travail d’un artisan plutôt que d’acheter une canne directement  en boutique.

Découvrir l’univers de Frédéric :https://www.liberty-rod-fishing.com/

Venant compléter ma gamme, j’ai choisi un format soie de 2 qui me permettra d’exploiter une niche ou le al Hilo rencontre la finesse. Convaincu peut être que la régularité de nos rendez-vous nous poussera de plus en plus vers des pêches d’étiage à l’image de l’Allier qui durant ce mois d’octobre coule à peine à 15m3 aux Martres de Veyre.

A peine reçu que le colis est ouvert et je découvre dans son tube alu la promesse d’un bel objet que je destine exclusivement à des pêches fines.Une 10 pied sur un blank Maxia MX qui correspond à merveille aux formats de nos petits ruisseaux auvergnats que je retrouverai dans quelques semaines.

Il me faut vanter la qualité du travail et l’écoute de Frédéric qui  aura tenté à chaque instant de répondre à mes exigences et à mes desirs.Poigneé personnalisée ou s’entremêle une mousse EVA et  le liège,  porte moulinet en résine dont le choix est immense, anneaux reçoils, liseré bleuté .Cette canne m’invite dès le premier regard à la recherche de quelques thymallus.

De courant en courant, de veine d’eau en dérive prometteuse, je prends possession des sensations d’un blank maxia dont j’ai beaucoup entendu parler mais qui reste pour moi limité dans les choix que l’on peut conduire avec.

Nul est question de s’amuser avec des grosses billes et des rivières  aux  dimensions importantes , je préfère comme depuis le début considérer cette canne comme l’allié d’une stratégie pleine d’application et de precision.Des choix qui seront rapidement confirmer m’offrant la rencontre de superbe éclat d’argent.

Ainsi le temps passera très vite et cet après-midi ensoleillé me conduira vers une certitude qui se fait mienne  au fur et à mesure que les années passent.

Il est de pêche à la mouche d’innombrables visages.D’un compétiteur afféré , d’un prétendu spécialiste , d’un épicurien dont chaque canne, chaque moulinet, chaque soie est un moteur , d’un engagé dont la passion  n’est qu’un pretexte.De sa chaque façon de pêcher, de s’approprier l’objet résume ce que nous sommes.

La mienne est celle d’un poète  qui recherche en permanence un outil qui me ressemble.Voilà pourquoi j’aime faire monter mes cannes.

Découvrir l’univers de Frédéric :https://www.liberty-rod-fishing.com/

Crédit Photo 2 et 4 : Frédéric Othon

Dernières minutes au pied de la Vanoise

Il est des minutes que l’on souhaite une éternité. Ainsi pour faire durer la saison de 1ère catégorie, décision est prise avec Jérôme d’une escapade savoyarde

C’est au pied de la Vanoise  sur les bords de l’Arc que nous décidons de ces quelques heures de pêche

Rencontre aux pays des eaux torrentueuses venues des sommets.

Rencontre aux pays d’une rivière fortement impactée par les hommes et qui pourtant offre des parcours de grandes renommées.

Rencontre aux pays d’un halieutisme assumé.

Premier rendez-vous qu’il ne fallait pas louper avec un maitre thymallus qui affiche une petite cinquantaine de cm.Beauté absolu d’un être vivant qui a appris à résister aux déferlantes d’Edf.

Tout en muscle, tout en puissance, il offre un combat digne d’un tyson pour le pêcheur que je suis.

A quelques kilomètres de là,en nymphe plaquée avec une perdigon choco, Jérôme décide de s’offrir un défi avec une des nombreuses  arcs introduites qui font la joie des touristes pêcheurs qui viennent à leur rencontre sur le parcours no kil de Termignon.

Pour ma part je choisis de pratiquer nylon tendu,casque d’or sombre agrementé d’une parure violine,prospectant quelques bordures prometteuses .

 

Comme une invitation à la découverte des superbes farios qui habitent ces retournes parfois oublier des pêcheurs les plus pressés.

Des demoiselles dont le régime hydrologique des lieux donnent bien des sueurs froides lorsque la neige se met à fondre. Des demoiselles dont la majorité ont été introduites à l’état d’alevins à l’image aussi des ombrets qui peuplent  certains fins de gravieres.Des demoiselles dont parfois le seul destin se résume à tenter de vivre cacher des hommes qui ne voit en elle qu’une dose de phosphore indispensable à leur mémoire.

Dernier moment d’une saison « truite » 2017 qui m’aura conduit de la découverte de la Madison River aux berges de l’Arc .Une saison d’une richesse incroyable ou une fois encore je ne pourrais oublier la Sioule et ses truites.

Une Sioule sans qui tout cela, ces envies,ces désirs d’ailleurs n’aurait probablement pas existé.

Une Sioule qui une fois encore vient conclure l’un de mes billets d’humeur d’Auvergne Passion Mouche.

Une Sioule amis lecteur avec laquelle je vous laisse, le temps d’un reportage sur TF1.

Zoom sur la Vallée de la Sioule : https://www.tf1.fr/tf1/jt-we/videos/zoom-vallee-de-sioule.html?xtor=AD-28

 

Les actualités des réservoirs du Puy de Dôme

Il est temps de changer d’air , de passer à autre chose.De nos envies de rivière  , c’est dans quelques veines d’eau  de l’Allier qui nous partiront à la recherche de Maitre Thymallus dés que les premiers froids seront bien installés.

Mais pour l’heure je vous propose à un état des lieux de nos réservoirs du Puy de Dôme.

Depuis ce weekend le lac de Gerris a ouvert ses portes.Comme à son habitude Ludovic a mis les petits plats dans les grands pour cette saison qui s’annonce d’ores et déjà très passionnante.

L’arrivée de poissons depassant les 7/8 kg devrait offrir de belle sequence de pliage de carbone.Gerris reste l’un des reservoirs phares pour ceux qui desire se mesurer à des poissons hors normes.

Découvrir le site du Domaine de Gerris : http://www.domainedesgerris.com/

Suivre les actualités du Domaine sur Facebook : https://www.facebook.com/domainedes.gerris

Sur les hauteurs , dans une atmosphère automnal sans égal , le lac de Banson retrouve lui aussi un fort dynamisme avec la fraicheur de ces derniers jours.Ce sont des poissons gobeurs et joueurs à souhait qui vous invitent à leur rencontre.

Autre point important , l’arrivée de Vincent dans l’équipe dirigeante offre la garantie de trouver régulièrement sur le site une personne disponible , capable de répondre aux attentes des pratiquants.Un vrai plus pour le plan d’eau qui devrait recevoir la semaine prochaine de nouvelles pensionnaires qui viendront densifier le cheptel.

Cerise sur le gâteau ,le lac  retrouve l’offre promotionnelle qui a fait le succès de l’arriere saison 2016.Pour tous les pêcheurs qui feront l’effort de réserver sur le net , le tarif de la journée de pêche sera de 25€ .

Découvrir le site de Banson et réserver votre journée : http://www.peche-banson.com/

Suivre les actualités de Banson sur Facebook :https://www.facebook.com/Etang-de-Banson

Profitant de l’occasion je vous informe aussi de la reprise des stages réservoir d’Emmanuel Estival sur nos plans d’eau et notamment celui de Banson.Un atout indéniable pour ceux qui souhaitent parfaire leur technique durant la pause hivernale.

Découvrir les stage réservoir d’Emmanuel : http://www.peche-sioule.com/peche-en-reservoir/

 

L’equipe de France de pêche à la mouche /Championne du Monde

La France est championne du monde seniors de pêche à la mouche 2017.Que dire de plus si ce n’est une profonde admiration de ces pêcheurs d’exception qui donne à notre pratique un rayonnement sans égal

Une saison qui s’achève avec des résultats dans toutes les divisions auxquelles notre pays  , et ses équipes (jeune, vétérans, 5nations, Europe) a été confronté.

Jeune : Champion du monde

Vétérans : Vice-Champion du monde

Europe : Champion d’Europe

Tournois des 5 Nations : Vainqueur

Pourtant en ce dimanche , propice à ne rien faire , je vous invite à la reflexion.

2017 aura été aussi l’une des années les plus fragiles pour nos rivières.

Sans elles, que sera l’avenir .D’ores et deja nous savons que le nombre de pratiquant ne cesse de régresser.Que la volonté de défendre nos territoires salmonicoles s’affaiblit chaque jour un peu plus.Que nos plus belles rivieres à l’image de la Bienne sont à l’agonie.

Comme une interrogation dont les réponses me manquent.Comme un parfum dont l’entêtement nous pousserai à oublier l’essentiel.

La france un pays de champion sans rivieres ??????

Basse Sioule :Si c’etait la fin de la pêche

Il est des jours où l’on choisit de sacrifier quelques heures de sommeil, conscient probablement que des incertitudes vont trouver des réponses.Ainsi pourrait s’entrevoir la journée de mercredi sur les berges de la Sioule à Châteauneuf les Bains.

Impulsé par un bureau d’étude venu du Jura, c’est dans la boucle de Méritis que devait avoir lieu l’une des plus importantes pêches électriques jamais réalisée depuis des années sur la rivière.

Associé au bureau d’étude, c’est notamment l’ensemble des personnels techniques de la fd63, des gens  de logrami, de la fd03, Mr Henri Persat spécialiste des ombres ; qui avaient fait le déplacement pour aider à la mise en place d’une infrastructure très conséquente.

Pas moins de 8 postes de pêche , une rivière barrée par des filets sur près de 170m , cette partie de la Sioule allait se voir passer au peigne fin.

Réalisé suivant un protocole stricte , une pêche électrique se déroule par deux passages successifs , conduisant  à un échantillonnage complet des poissons de la rivière qui sont prélevés , triés , mesurés , pesés pour certaines espèces .D’autres à l’image des ombres auront même à subir le prélèvements de quelques écailles.

Chabot , vairon , loche , goujon , ombre , tacon et truite auront livré bien des informations sur la vie de la riviere même si clairement il est difficile d’introduire instantanément  une lecture  autour de la masse d’information recueilli lors de cette pêche. Des informations qui devront etre compulséespour permettre une analyse fine et pertinente de l’évènement. Malgrés tout on peut  dégager quelques éléments majeurs de premier lecture.

Interrogeant quelques spécialistes , nul doute que nous devrions avoir sur cette portion un IPR conforme aux attentes , démontrant  un état qualitatif satisfaisant de l’ ichtyofaune de la riviere.

Une donnée qui viendra confirmer la bonne santé écologique d’un  milieu dont nous pêcheurs sommes spectateurs et dont après des années au bord de celle-ci je ne peux etre qu’admirateur .Élément essentiel d’un propos que je n’aurais eu de cesse de vous livrer sur Auvergne passion mouche.

La Sioule est belle et mérite sans contexte que l’on s’engage à sa protection.

Au delà nul doute  que la présence d’ombrets et de tacons issu d’une vrai reproduction sauvage seront des sources d’optimisme sans pareil à l’heure de faire lecture de ce qui va suivre et qui tiendra lieu ici d’un immense coup de gueule .

Comment pourrait-il en être autrement lorsqu’il s’agira d’analyser le résultat de cette pêche auprès de l’espèce qui intéresse le plus les pratiquants : la Truite fario.

Comment parler autrement que de dire que la pêche de la Sioule est à l’agonie sur ce secteur.

A peine 4 truites de plus 30 cm auront été récoltées.Pas un seul poisson de plus de 40 cm alors que nous avions sur le côté gauche de la rivière une berge creuse propice à abriter un bel individu.

Bien peu avant la pêche aurait mis en jeu quelques euros pour tenter ce pari osé que d’envisager un tel résultat. Aurais-je peut-être été le seul à prétendre cela ??

Depuis des mois je ne cesse de l’écrire, de le dire, de tenter de l’expliquer au point qu’aujourd’hui tout cela a laissé place à une lassitude sans égal. Sans mesure de préservation, le contexte écologique actuel ne permettra plus à la Sioule de subir une pression de pêche importante. Il nous faut absolument sur protéger le peu que dame nature concèdera à nous laisser.

Il est évident que le choix du secteur aura aussi valeur à être analyser lorsqu’il s’agira de tirer des conclusions autour de cette pêche électrique.

La boucle des meritis étant probablement l’un des territoires de la rivière le plus sollicité à longueur d’année et ne laissant guère de place à la tranquillité. Démonstration est probablement faite de l’impact significatif de l’activité pêche lorsque la nature ne permet plus à une population de fonctionner de manière optimale.

Cela fait maintenant 3 ans que les populations de truite de notre département souffrent .Des cycles reproductifs fragilisés au point de contaster des disparités significatives sur des classes d’age 1+ et 2+, des assecs de nos tributaires qui subissent de plein fouet une évolution climatique qui apparait comme des plus en plus irrémédiable.

Pourtant il suffit de mesurer l’intensité avec lequel certains ont lutté pour éviter la sanctuarisation d’un km de linéaire sur les portions les plus fragiles pour comprendre combien la naïveté à laisser place à l’inconscience. La Sioule est prisonnière d’une volonté collective des pêcheurs qui conduira cette rivière vers le déclin irréversible

Je n’ose imaginer l’avenir des portions les plus aval du 63 qui devront subir dans les mois à venir le réchauffement d’une eau dont la rareté se fera de plus en plus importante .

Je n’ose imaginer l’avenir de ces portions lorsque s’affinera avec certitudes l’arrivée d’une microcentrale quelques kms en amont (voilà un petit scoop !!!!).

Je n’ose imaginer combien l’avènement d’un lobbysme autour des moulins va conduire à la mise en place d’une philosophie de rentabilisation qui ne laissera guère de place aux truites.

Je n’ose imaginer combien la saison 2018 va conduire à la migration de quelques pratiquants qui a la lecture de ces résultats iront vagabonder panier dans le dos sur d’autres portions de  la rivière

D’Auvergne passion mouche je continuerai à vous parler de la Sioule, de sa beauté .Je continuerai à me faire le relai de la chance que nous avons de pouvoir encore fouler des espaces si rares, si fragiles.

De Sioule nul ne doute probablement que les années passés à m’amuser à chercher la belle des Combrailles me donneront un léger avantage lorsque l’hiver viendra .Mais aujourd’hui à l’heure où j’écris ces lignes, je suis prêt à un pari ambitieux.

Si rien n’est fait, si aucune prise de conscience ne se développe rapidement

La pêche de la truite sur la Sioule ne sera plus qu’un souvenir dans les 10 ans à venir !!!!!!

Réservoir : Des nouvelles de Noiretable

La pluie fine ainsi que les degrés perdus me rappelle que nous entrons bientôt dans le mois de septembre. La saison réservoir arrive à grand pas .Après des nouvelles venues de la Haute Loire et du Puy de Dôme , je vous propose  de faire un bilan news des plans d’eau du 42.

Après la période estival et les baigneurs qui vont avec , Noirétable  va  céder petit à petit la place aux arabesques. Le plan d’eau de  ouvrira sa saison mouche à compter du 9 septembre 2017.Une ouverture décalé au 23 septembre  sur le plan d’eau d’Usson en forez.

Noirétable sera aussi le théâtre d’une compétition amical qui s’annonce très intéressante aux mois de novembre. Un rendez-vous à ne pas louper pour ceux qui auront la chance de ne pas travailler.

Un multiplication de ces rendez-vous amicaux que l’on retrouve un peu partout à l’image du lac de Malaguet qui après avoir vécu son trophée en septembre, nous invitera  aux premières chalenge FFPML.

Enfin  je vous informe aussi d’un nouveau dynamisme du lac des graves qui propose sans contexte l’un des lieux les plus agréables pour la pêche à vue. Une visite s’impose

Découvrir le lac des graves :http://www.lacdesgraves.com/

De l’état de nos rivières à l’équipe de France …Billet d’humeur

Impossible de  ne pas commencer ce billet d’humeur par un coup de colere.Rarement Auvergne passion mouche n’aura été le prétexte à discuter des décisions qui sont prise à la tête de notre état. 

Pourtant je dois bien avouer qu’une fois n’est pas coutume, aucun pêcheur de France ne peut rester insensible à certains enjeux qui sont en train de se jouer.

 

Comment ne pas juger avec une  sévérité  et une inquiétude sans égal cette proposition d’évolution du code de l’environnement dont l’objet conduira à terme à la réduction des contraintes liées aux débits réservés à l’aval des ouvrages. Une petite mort que l’on nous annonce pour bon nombre de nos territoires.

Lire de Projet de Decret : http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-de-decret-portant-diverses-modifications-a1742.html

Au-delà une évidence s’impose à notre regard.

Les cycles d’étiage se font de plus en plus présent et les assecs que nous jugions comme exceptionnels il y a une 10aine d’années sont devenus une habitidue.Nul endroit ne semble préservé  et même s’il aura fallu entendre quelques longues minutes, le Puy de Dôme ne déroge pas à cette réalité.

D’une réactivité sans pareil, les services de l’état du 63 nous propose la mise en place de nouvelles mesures de restrictions des usages de l’eau.

Les mesures :http://www.puy-de-dome.gouv.fr/secheresse-nouvelles-mesures-de-restriction-d-eau-a6371.html

Pour comprendre la situation : synthese du Comité de suivi hydrologique du Puy de Dôme

Un département auquel je suis pour ma part très attaché et dont il me semble indispensable de tout faire pour permettre aux pêcheurs à la mouche de trouver des espaces de discussion ou nous pouvons partager notre passion.

Ainsi si vous aimez nos cours d’eau, de la Burande à la Dore, de la Credogne à la Sioule et que vous avez la chance de posséder un compte Facebook, je vous annonce la naissance d’un groupe : Passion Mouche 63 dont l’essence aura pour mission d’echanger et rien que cela.

S’incrire sur Passion Mouche 63 : https://www.facebook.com/groups/132689480683457/

Pour conclure ces lignes je ne résiste pas à vous inviter chez votre libraire. Le numéro 122 de pêche mouche vient tout juste de sortir et il nous réserve quelques articles très intéressants.

Coup de cœur évident pour l’article sur la Dordogne Lotoise, je choisirai pour ma part de mettre à l’honneur le sujet autour de mouches terrestres dont l’usage sera l’un des moteurs de notre saison réservoir sur nos grands lacs auvergnats.

Enfin je profiterai de la photo de couverture qui nous présente Grégoire Juglaret, membre de l’équipe de France, pour encourager à distance et modestement notre équipe qui va bientôt participer au championnat du monde de pêche à la mouche en Slovaquie.

A l’heure où il est bon augure de s’extasier devant les Neymar , les M Bappé , et autres jongleurs de ton poil , j’avouerai  qu’entre un partie de ballon rond et l’admiration de ces grands championnats que sont notre équipe de France de palm , je ne résiste à afficher un certain enthousiasme à être quasi sûr qu’ils vont tous déchirer ….

Suivre l’equipe de France sur Facebook :https://www.facebook.com/Equipes-de-France-de-P%C3%AAche-%C3%A0-La-Mouche-2017-2071681716390403/

Allez la FRANCE !!!!!!!!!!!!!!

Des nouveautés importantes à Banson

Quelques jours encore et la fin de la saison de 1ère categorie s’annoncera. Il sera temps pour les adeptes de la pêche à la mouche de revenir à la rencontre de nos plans d’eau favoris.Parmis ceux-ci nul doute que Banson fera une fois encore partie de lieux incontournables.

Après un été assez frais sur les hauteurs de Gelle  qui a garantis une  bonne  résistance des poissons résidents .L’introduction de plus de 200kg de nouvelles truites arc en ciel offre d’ores et déjà de très belle séquence de pêche. Une initiative permettant  de se régaler canne à mouche en main alors que nos rivières souffrent actuellement d’un étiage sévère.

Des poissons combatifs à souhait qui aiment comme cela devient une tradition à Banson marauder dans la bordure à la recherche de quelques sauterelles et autre insecte de prairie. Une  pêche en sêche de belle qualité pour ravir petit et grand.

Un plan d’eau qui devrait trouver avec l’arrivée d’un nouveau partenaire à l’équipe dirigeante un élan  sans précèdent.

Venant compléter le binôme que sont Julien et Vincent, ce sera maintenant un trio qui tentera de répondre aux exigences des pêcheurs. Vincent Botte, fortement impliqué dans le tissus associatif de la pêche sur la Sioule ayant décidé de s’associer avec les deux gestionnaires, il apportera sans nul doute son expertise et son vécu dans un monde de la pêche qu’il  connait à la perfection.

Au-delà je ne résiste pas à vous livrer un scoop dont Auvergne Passion Mouche vous donnera en temps et heure la primeur. Vincent fera bien plus encore que de s’impliquer, il sera un élément fondamental de cette dynamique avec la création de son Fly shop ou nous retrouverons à la vente ses fameuses mouches mise au point pour la Sioule.

Une démarche qui aura pour but d’offrir aux pêcheurs une gamme aboutis de modèle tant pour la pêche en rivière que pour la pêche en réservoir à l’image de cette  Babarote à la sauce Yellowstone river qui nous aura permis hier de séduire pas mal de truite en mal de sensation.A retrouver dans sa boutique prochainement.

Ainsi pour conclure, je ne peux que vous inviter à suivre le blog dans les semaines à venir. Je vous tiendrai au courant de l’évolution de ces projets qui devrait nous offrir en plus l’arrivée de quelques évènementiels.

 

 

J’ai essayé la JMC PURE Equipe 10.6 soie 3/4

De Sioule, une fois n’est pas coutume, je profite d’une ballade sur les berges lorsqu’ au détour d’un chemin, je croise notre ami Manu avec un nouvel apprenant  assidu.

Très tentant pour l’occasion de lui emprunter dans les heures qui suivent, l’une  de ces partenaires qui l’accompagne depuis quelques semaines déjà dans ses péripétie halieutiques :

La JMC Pure equipe 10.6 soie 3/4

Nouveauté introduite  en cours de la saison au catalogue JMC, au tarif de 619€ Chez Pêcheur.com , la pure vient combler un espace et permet à la marque d’offrir une canne très technique dédié aux nouvelles tendances de pêche en nymphe au fil.

La canne chez Pêcheur.Com : Le lien

Construite sur un blank mat, la pure présente un ensemble de 11 anneaux mono pattes ( à l’exception de la pointe et l’anneau de départ/ total 13 anneaux ) assemblés à l’aide de ligatures noires qui apportent  à l’objet  une sobriété que la majorité des pêcheurs rechercheront dans les pratiques à courte distance. Seules quelques discrétions viennent apporter un peu de fantaisie à l’image du marquage originale « Equipe » au talon des brins qui aide à merveille à respecter l’alignement de l’ensemble .

Enfin comment passer à côté du drapeau français qui vient rappeler avec un chauvinisme bien franchouillard que nos équipes de France de pêche à la mouche retrouvent aujourd’hui des palmarès sans égal , faisant de notre nation l’une des meilleurs du monde .C’est pour ma part le vrai petit plus de cette canne en terme de design.

Transpirant à travers toute son apparence du monde de la compétition, la pure donne l’impression d’une recherche permanente de performance au point que chaque milligramme de trop aura été gommé à l’image de l’absence d’une accroche mouche. Une volonté qui s’affirme à travers le porte moulinet en aluminium et carbone tressé dont je dois bien l’avouer je ne suis pas forcement fan.

Nul doute que si je devais m’approcher de la  logique d’un compétiteur, mon analyse sur l’objet n’aurait de valeur à être pertinente qu’une fois au bord de l’eau et en action de pêche .Pourtant comme beaucoup de pratiquant,  je concède sans contexte que l’attrait d’une canne à pêche et d’autant d’une canne à mouche  passe par la passion du bel objet. Ainsi il m’aura fallu quelques minutes pour  m’imprégner  de cette architecture très austère, me donnant l’impression dès la prise en main d’être au volant d’une formule 1 plutôt que d’une Aston martin DB9GT intérieur cuir.

Me voici au bord de la Sioule pour tenter de me familiariser avec la Pure. Loin de moi l’idée de vous livrer la prétention d’une analyse très technique, démontrant l’usage d’un tel produit au maximum de ses capacités. Pour cela nul doute qu’il faille être parmi les meilleurs compétiteurs de France pour s’octroyer un tel diagnotic.Mais plutôt de donner un ressenti globale basé sur une expérience ou j’ai eu la chance de posséder parmi les quelques cannes comparatives à l’image de la Marryat Pro Nymph, des Castors ou même actuellement d’une Maxia MX4.

Rapidement et dès les premiers lancers dans une utilisation al Hilo, la pure m’a fait penser à ma Pro Nymph.Voici le genre de canne ou l’on se sent en confiance et où l’on perçoit que même l’usage de quelques billes de fort grammage ne saurait lui faire peur.

C’est la chance de croiser un thymallus qui viendra me conforter dans cette impression de puissance que l’objet renvoie. Comme  le sentiment d’être peut être un peu surdimensionné dans les conditions d’étiage actuels.

Aurait je préféré essayer  la canne dans une rivière plus forte à l’image de la Dordogne ou d’une Sioule à 10/20m3.

Pour le pêcheur passionné que je suis, plus encore que la performance intrinsèque de la canne,  je m’attache à poser un regard dont l’essence même réside à travers la recherche permanente d’un maximum de plaisir, une forme d’épicurisme halieutique. Des sensations durant les dérives, des sensations durant les phases de lancer, des sensations aussi et surtout durant le combat avec les poissons. A ce petit jeu la Pure m’aura surpris laissant tout à coup l’impression de rudesse au placard pour me donner un maximum de sensibilité  et m’offrant un régal lors du contact avec l’adversaire du jour. Sincèrement voici l’une des cannes  qui feraient le voyage si je devais repartir demain au usa pour affronter quelques arcs en ciel débridées.

Une rencontre avec la Pure  que j’aurais aimé plus longue mais au-delà  ce fut un bon moment et c’est peut-être l’essentiel. Pour continuer  à voir faire une idée des produits actuels autour de ces stratégies de pêche en nymphe au fil, je ne peux que vous invitez à relire le très bon article signé de Thierry Maillot dans le Numéro 119  de Pêche Mouche autour des cannes longues.

Ainsi pour conclure , sautant du coq à l’âne mais restant toujours sur les berges de la Sioule , je voudrais profiter de l’instant pour saluer le travail de l’AAPPMA  la gibaldipotine de Pontgibaud qui ne cesse de tenter d’améliorer la qualité de son territoire tant à travers une politique halieutique ambitieuse comme l’introduction d’ombre qu’à travers une volonté de communication pertinente et efficace .Raison pour laquelle je vous invite à poursuivre la lecture à travers le site internet de l’AAPPMA.

Pour visiter le site : http://aappmapontgibaud.wixsite.com/lagibaldipontine

Auvergne Passion Mouche Frontier Theme