Auvergne Passion Mouche

Journal d'un passionné de pêche et de nature

Catégorie : Sortie de Pêche

Gouzon :Cela faisait un bail

Cela faisait longtemps, un bail en somme que je n’étais retourné à Gouzon.

L’arrivée de plan d’eau de qualité dans mon département  m’a conduit à rester sur mes certitudes, finissant par appréhender mes parties de pêche avec une canne , quelques streamers, valeurs incontournables identifiés au cours de chaque sortie.

A l’image d’un pêcheur de rivière qui s’enferme sur quelques spots, persuadé d’être un génie car il a appris à lire chaque centimètres, chaque recoin d’un univers minuscule  dont il possède au plus profond de lui-même les  combinaisons, j’avoue qu’il est alors facile de se satisfaire de sa réussite.

D’un monde  à l’autre, d’une pratique ou l’on refuse de se mettre en danger, la pêche en réservoir ne déroge guère à ce sentiment de tout connaitre, de tout savoir.

Comme le besoin de retrouver une forme d’humilité, comme le besoin permanent de faire des choses différentes, comme le besoin de me nourrir de chaque espace pour découvrir plus encore ma passion pour la pêche à la mouche.

Ainsi à l’opposé de mes dernières sorties, je concède en ce moment le désir d’exploiter au maximum ce potentiel infini que nous offre la pêche en réservoir. D’innombrables options d’un univers où l’on jongle d’une canne à l’autre.

D’une petite nymphe que l’on destine à la pêche à vue à un train de chiro que l’on laisse voyager aux grés de la vague. D’un articulé, valeur sûre de Gouzon à une pratique plus profonde à l’aide  d’une S7 ou l’on sonde l’abord du ponton et de ces 17 m d’eau .

Chaque touche, chaque poisson venant récompenser des choix stratégiques.

Pourtant au milieu de tout cela , il me faut confesser que la raison secrète qui me pousse  à revenir à Gouzon est intimement lié à un manière de pêcher .Royaume du kikinou ,  il est un spot ou cette mouche trouve raison même des plus récalcitrante. Au milieu des oies, le long des cabanes, sur le plateau qui se dessine, kiki  se montre à son avantage.

Une pêche tout en douceur, la plus simple possible, un sage Z-axis 9.6 soie de 5, un bas de ligne qui réduit à sa plus simple expression, 1.5 m de fluoro-carbone et me voici prêt à en decoudre.Tout l’art de cette mouche se résumant à ne rien faire.

Observer uniquement cela, observer un museau qui se saisit de l’imitation lorsque celle-ci se pose sur l’eau. Observer la moindre vibration dans les brins de nylon pendant que la mouche s’enfonce paisiblement. Observer la pointe de la soie lorsque kiki se pose sur le fond et attend depuis de longue minute. Observer toujours, être patient sans cesse, tel est le secret .

Ainsi pour conclure je vous propose de voyager dans l’univers kiki.

Le kikinou ( Montage et Mise en pratique)

Des nouveautés à Banson pour 2018

Il est temps de revenir à la pêche .De profiter d’un mois de janvier pluvieux mais relativement doux  pour aller voir ce qui se passe à Banson.

Je retrouve Vincent pour une partie de pêche qui s’annonce  humide mais dont l’arrivée de nouvelles partenaires assurera la tenue d’une  séance de carbone très prolifique.

Ce ne sont pas moins de 200 petites truites qui sont venues à la rescousse des résidentes pour offrir aux pêcheurs la garantie de passer un bon moment. Des petites truites qui se rapprochent énormément des poissons que l’on trouve lors des compétitions de pêche en reservoir.Peut être l’occasion de quelques entrainements pour les afficionados de ce genre d’exercice.

L’occasion aussi de me faire le relai des nouveautés qui arrivent sur Banson pour 2018.

Tout d’abord une redéfinition des tarifs autour d’une volonté affichée de promouvoir la pêche en no kill.Relai d’une éthique et d’une philosophie de passionné qui invite à l’évolution d’un loisir pêche vers un esprit récréatif en réservoir mais aussi en rivière.

Journée de pêche avec  poisson 35€/jour

Journée de pêche en no kill : 28€/jour

Ces journées sont définies sans contrainte horaire, du lever du jour au coucher.

Autre point très important : la gratuité pour tous les jeunes de -16 ans accompagné d’une carte payante.

Enfin le lac de Banson souhaite récompenser la fidélité des pratiquants avec un programme de carte offerte

-possibilité d’avoir pour 5 cartes achetées en 2018 la 6eme offerte à votre convenance
-possibilité d’avoir pour 10 cartes en 2018, la 11eme et la 12eme gratuite + 1 accompagnant  » découverte » Gratuit « .

Pour rappel  la possibilité de réserver le site pour un club aux tarifs de 225€ et de bénéficier d’une carte annuel à 420€.

Les plus débutants vont aussi  pouvoir bénéficier d’un programme d’initiation grâce à la création d’atelier :
« des ateliers Montages de mouches,
des ateliers Gestuelle (lancer linéaire, approche nymphe à vue, double traction, etc…)
Des ateliers techniques spécifiques.
Encadrées par Vincent (diplômé Guide de Pêche) est joignable au 06 19 39 19 88 en fonction de vos demandes et pour répondre à vos attentes, au cas par cas ou en groupe.
À votre convenance et suivant la disponibilité du guide. »

Une philosophie de transmissions du savoir qui devrait aussi produire quelques bouleversements pour Auvergne Passion Mouche.

Après avoir animé un forum, crée un blog, je peux d’ores et déjà vous annoncer qu’Auvergne Passion Mouche devait se diversifier  à travers la mise en place d’un club FFPS Mouche  dont le but sera de regrouper des acteurs locaux porteurs de projet.

Organisation de compétition, de stage de pêche à la mouche, démonstration de montage, développement d’un lobbysme assumé autour de l’expression de la palm seront autant de piste.

Mais nous devrions très prochainement en reparler.

2017 , dernière sortie de l’année (Test porte canne JMC Master)

2017 touche à sa fin et il est temps de finir l’année avec une dernière sortie.

Le froid qui a engloutis nos montagnes  ne laisse guère de choix sur la destination.L’hiver s’est installé et il devient difficile d’atteindre nos plans d’eau d’altitude. Le redoux de la fin de semaine devrait pourtant offrir l’occasion de retourner à Banson ou Noiretable.Pour ma part comme l’an dernier je termine à Gerris.

Laissant mes habitudes au placard , je choisi d’aborder cette partie de pêche en densifiant les approches .Ma connaissance des lieux me poussant trop souvent à m’enfermer dans une stratégie fort rentable mais conduisant à une forme de lassitude. Une pêche très réactive, en mouvement permanent, sollicitant chaque poste de manière très rapide avec un gros streamer et un panier à soie.

A l’inverse ce jeudi sera plus statique, un poste, un éventail se déclinant de la  nymphe au fil sur une 9.6 soie de 5 à une pêche profonde S5 et animation lente .L’unique but étant d’essayer de changer de canne à chaque poisson pris pour cibler l’ensemble des espèces qui cohabitent dans le plan d’eau.

L’occasion pour moi de tester un nouveau venu dans ma panoplie : Le porte canne JMC Master. Outil souvent indispensable si l’on veut se balader avec plusieurs cannes au bord de nos plans d’eau, l’usage d’un porte canne permet surtout et avant tout de sécuriser son matériel en évitant de le laisser trainer sur le sol.

D’une apparence très plastique, ce produit de la marque JMC  se révèle très pratique et même si l’on pourrait lui trouver quelques defaults, son prix (à peine plus de 30€ sur pêcheur.com) reste à mon avis l’un des atouts phares. L’unique conseil que je vous donnerai sera de penser à alourdir le socle pour permettre une meilleur stabilité de l’ensemble lorsque les cannes sont en position.

Ainsi équipé, il est temps d’en découdre .Ma venue sur ce plan d’eau me  conduit la plupart du temps  à la recherche des poissons trophées, pourtant l’objectif de cette séance de pêche est de s’amuser des différentes réactions  de chaque espèce à nos sollicitations.

Dame fario aime les branches, les recoins ou elle peut se mettre à l’abri .Une S3 ou inter rapide, un streamer terne pousse à l’attaque luttant avec les perches pour se saisir de la s proie artificiel

Dame AEC quant à elle commence à sentir les frimas d’une eau qui s’est bien rafraichie. Il est temps d’aller habiter les couches d’eau les plus profondes. Le passage d’une S5 et d’un gros pouic marabout blanc lui fournit le prétexte d’un joli combat.

Mais c’est à la belle aquabonita que je consacre le plus de temps.

Sa couleur jaune ne lui confère que de rare pause et souvent pêcheur dès qu’il l’a perçoit s’empresse de lui jeter sa mouche sur le coin du museau. A l’opposé je choisi de m’armer de mon kikinou favoris et d’attendre la maraude de la belle en bordure pour déclencher l’attaque sur une animation. Sacrée kiki dont la lenteur ne laisse guère insensible bien des partenaires de jeu.

La saison 2017 s’achève alors que la belle jaune se faufile pour retrouver le chemin de l’eau. Bientôt le CNPL et l’opportunité je l’espère d’essayer quelques produits comme la marryat tactical pro 10 soie de 6 ou la JMC Pure. Des essais dont je ne manquerai pas de vous parler ici.

En mode King Size

Le froid s’installe .

De nos rivières de premier cat, le spectacle de la vie commence à poindre le bout de son nez .De Sioule et d’ailleurs on observe les premiers poissons sur les zones de fraie. Comme un avenir que l’on souhaite radieux.

C’est aussi les prémices de la saison réservoir .Rarement début aura été aussi tardif .

De faible niveau d’eau  en seconde cat, une douceur qui aura duré .Tous les ingrédients pour rendre la pêche de l’ombre à son apogée mais pour impacter clairement l’une de mes traques favorites : la recherche des arcs trophées.

De pêche dans nos plans d’eaux, il fallait se contenter des bordures, de la nav, d’un sentiment un peu frustrant que certes le score avait un sens mais que je passais probablement à côté des choses essentielles.

Pour me satisfaire, j’avais choisi d’alterner, de revenir des années en arrière à l’époque ou je faisais quelques compet , me baladant avec un barda digne d’un trouffion du 92.Une canne en nav, une canne au streamer, une canne au chiro, une canne en 7, une canne en 6, une panoplie d’une efficacité sans égale, capable de répondre à chaque attente de la moindre de ses dames.

Mais je dois l’avouer, enfin les anneaux se sont mis à gelé, enfin la fraicheur glaciale du matin a saisi mes mains. Enfin j’ai pu passer en mode King size.

Une volonté, l’acceptation d’un nombre d’heure ou rien ne se passe, l’acceptation de toucher beaucoup moins de poissons que les voisins .Mais  on lance, on cherche, on relance, on doute, on s’enthousiasme, on comprend combien ces choix impactent la réussite d’une partie de pêche .Tout cela pour un poisson .Un unique graal.

Quel pied que de regarder cette immense dame se saisir de la bouchée offerte. Quel pied que de combattre au milieu d’un amas de branche l’infatigable  adversaire dont le poids suffit à faire plier le frêle carbone de ma canne.Quel pied d’hurler pour appeler Jérôme au secours incapable de faire rentrer un tel poisson dans ma modeste épuisette.

Ainsi ai-je gagné mon pari, toucher l’un des plus gros poissons du Domaine….

De la théorie à la pratique

Des  lignes écrites  dans « pêche mouche » à l’arrivée au bord du plan d’eau de gerris, il n’y a qu’un pas. Une occasion de passer de la théorie à la pratique

Sur la bordure , la demoiselle aux points rouges profite encore d’une eau à 12° pour continuer à parader . Observée depuis de semaines par les afficionados de la Nav, il n’est plus temps pour elle de jouer les amuseurs. Nous entrons  dans la période  des  amours et elle se doit de se faire belle pour séduire.

Une beauté qui ne tient qu’à un fil ou plutôt une bonne manipulation. Ainsi voudrais-je profiter de l’instant pour nous encourager tous à faire plus attention.

Avec le froid qui s’annonce, les berges du lac  vont devenir de plus en plus dures et abrasives. Je voudrais  insister sur l’évidente nécessité que nous avons à tous faire l’effort de décrocher nos poissons  dans nos épuisettes.

Même le temps d’une photo prendrai  alors  la valeur d’un presque rien. Un infime préjudice qui me conduit à valoriser à travers cet article, une  gamme d’épuisette de la marque PAFEX : La gamme Seanet

Découvrir l’univers des épuisettes pafex : http://www.pafex.fr/PAFEX-EPUISETTES.pdf

Initialement destiné à la mer, ce produit présente un encombrement correct avec l’ajout d’un manche télescopique, une bonne profondeur de filet pour le modele CR50 (70cm).Des atouts importants pour la traque des gros poissons qui hantent les lieux.

Mais surtout un filet « anti A » qui  permet d’éviter l’abrasion des mailles  qui fragilisent le mucus du poisson. Cerise sur le gâteau il empêche  l’accrochage des hameçons lorsque l’on pêche à plusieurs mouches.

Acheter l’epuisette Pafex : https://www.pecheur.com/achat-epuisette-pafex-seanet-97050.html

Un vrai coup de cœur pour débuter cette fin de saison réservoir.Mais surtout une réflexion nécessaire sur ces nouvelles épuisettes dont les gammes ne cessent de s’améliorer.Des produits dont la volonté des fabricants nous encourage à la vigilance.

En somme et en résumé , juste vous proposer amis lecteurs de réfléchir à cet outil qui fait partie intégrante de notre panoplie.

La Newsletter de la FDAAPPMA 63

Octobre signe traditionnellement une transition dans nos saisons de pêche.L’occasion  pour la FDAAPPMA 63 d’une nouveauté : la 1er Newletter .

Occasion de faire le bilan d’actions menées sur nos territoires à l’image de la renaturation de l’Artiere avec un travail souvent mal connu des personnels fédéraux .Occasion aussi de se projeter dans l’avenir avec la mise en place d’une reserve totale de ce même cours .

Télécharger la Newletter de la FDAAPPMA 63 :

http://www.peche63.com/sites/www.peche63.com/files/newsletter-fd63-octobre2017.pdf

 

 

 

 

Chasseurs de Bonites

D’un ombre qui gobe sur un plat de l’allier à une truite trophée qui m’offre l’opportunité de partager avec vous un article sur le dernier numéro de pêche mouche, je dois me rendre à l’évidence : .De pêche à la mouche plus encore que tout le reste, ce qui me passionne, c’est la diversité

Ainsi me voilà dans le bateau de Benjamin  filant à tout berzingue avec Vincent  au milieu de la méditerranée à la recherche du moindre indice.Un simple  oiseau qui trahira la présence  d’une chasse de Bonite.

S’il est une pêche fascinante, comment ne pas parler de celle-ci sur un blog qui se veut être à chaque instant le témoignage d’un regard sur notre passion commune : l’art de faire des arabesques au milieu de nul part

En mode ultra light,  TFO Mangrove 9 pieds soie de 7, face à la puissance de ces boules de muscles, nous espérons apercevoir le backing de nos moulinets qui sert trop souvent de simple décoration.

Comme la concrétisation des heures passées à la maison à imaginer quel serait le bon facteur capable de déclencher l’attaque de ce prédateur au milieu d’un banc d’anchois .

Comme une confiance sans faille pour cette mouche que j’ai baptisé la Isla Bonita.

Au premier abord bien peu sont prêt à miser sur l’efficacité de notre technique face à la nuée des bateaux qui lancent  à grande distance des leurres offrant la mort à chacune de leur prise .

Pourtant il est tout  autre philosophie que la nôtre. Tel le pêcheur en sêche que je suis, tout est question de finesse, d’approche, de placement , trop conscient peut etre des limites de notre art.

Après maintenant plusieurs sorties dédiées à traquer uniquement ces poissons à la mouche, j’arrive enfin à affiner les stratégies, la présentation, l’anticipation du déplacement des chasses , offrant des seuils de réussite  correcte.

Du débutant sur chasse en mer que j’étais il y a 3 ans , petit à petit j’apprends, je me perfectionne. Je mesure aussi tout ce qui me reste à comprendre

De pêcheur à la mouche, il est pour certains une volonté d’être le meilleur .Il est pour moi l’irrésistible nécessité d’éviter la lassitude d’un univers que je maitriserai à la perfection mais dont je sais que je m’ennuierai rapidement

J’aime la nouveauté, j’aime l’insécurité d’un savoir non détenu.

J’aime tout ce qui m’oblige à la découverte avec une canne à mouche en main.Et si vous êtes comme moi  , alors cette pêche est faite pour vous …..

L’Allier , des feuilles , Steeve et les ombres

Il est des jours ou tout semble impossible .Des jours ou la simple lecture des prévisions météo  vous conduit à douter de la réussite de votre sortie de pêche. Des jours ou toutes les certitudes acquises volent en éclat. Des jours où l’on reste là, regardant la rivière d’un air dubitatif.

Automne oblige, la moindre brise envole dans les airs de milliers de feuilles mortes qui dérivent au fil de l’eau. L’Allier devient porteuse d’une nuée végétale ou toutes les stratégies, toutes les applications, toutes les tentatives d’évitement semblent impossible.

Avec Jerome , on insiste, on extrapole, on livre sa confiance à un hypothétique évènement. Qu’un poisson pris d’un coup de fringale se décide à se saisir de notre minuscule nymphe qui passe au milieu de tout cela.

Une  nouvelle balade, plus difficile qu’a l’habitude mais qui au détour d’un chemin  me conduit à partager une partie de pêche avec Steeve Colin,guide de pêche en Haute Loire.

Un moment repoussé à maintes reprises et que nous attendions tout deux pour palabrer un peu.

En matière de pêche , nul n’est prophète en son domaine, mais il est malgré tout évident que Steeve fait figure de régional de l’étape et connait à la perfection les secteurs d’aujourd’hui.

Autour d’une verveine artisanale, nous prenons le temps de  discuter de nos secteurs, de l’année qui s’est écoulée, de ses inquiétudes  au sujet de la haute vallée de la Loire qui a souffert des crues printanières.

La Haute Loire devastée : https://www.peches-sportives.com/la-haute-loire-devastee-sur-plus-de-25-kilometres/

De l’Allier, de la beauté de cette vallée  ou il emmène ses clients à la découverte d’un séjour trappeur.Conquête d’un lieu qui devrait faire envie à chaque  amoureux de nature qui souhaite plonger au cœur de l’un des derniers sanctuaires sauvages d’Europe.

De l’univers de Steeve je  ne peux que vous encourager à partir à la découverte.

L’univers de Steeve Colin (Guide de pêche Haute Ardeche/Haute Loire) : http://www.emotionpeche.com/

Je  ne peux que conseiller aussi aux plus débutants d’entre vous qui désirent  participer à cette arrière-saison que je considère exceptionnel sur le haut allier à ne pas hésiter à prendre contact avec lui.

Comme moi, vous aurez peut-être la chance de terminer la journée au soleil couchant, admirant quelques museaux gloutons se saisir de votre imitation dans une tête à tête rien qu’en sesse.

Le must de la pêche de l’ombre dans le haut allier.

J’ai rencontré Gertrude

Il est de pêche à la mouche d’innombrables univers .

D’une petite nymphe que l’on monte en vitesse le jour de son anniversaire gardant en secret l’espoir d’amuser quelques habitants de nos rivières

A la beauté de l’automne qui prend possession du saut de loup ou j’admire le passage d’un saumon en maraude.

Du plus beau des étendards, rareté endémique dont nous devrions mesurer la chance d’en capturer si loin de la source. Modeste  opportunité de continuer la pêche à la mouche dans le 63 durant l’arrière-saison.

A ce parfum de thym que me laisse dans la main l’un de mes partenaires d’hier dont la présence en ces lieux n’est due qu’à la volonté des hommes. Jeune thymallus qui pour te reconnaitre des autres, avons omis le plus anodins des atribus .Ombre du CNSS qui voyage sans adipeuse comme un passager clandestin dans une rivière  ou l’halieutisme offre de belle séquence de pêche à venir.

Poisson de pisciculture que j’aime aussi rencontrer sur les bords de nos réservoirs.

Instant magique de replonger dans mes lectures anciennes ou au détour de quelques lignes je me souviens de ce papy qui avait attrapé un carpe grasse comme une vache.

Une Gertrude l’avait il surnommé qui plutôt que la mort , lui avait fait prendre conscience de la beauté  de  tous ce qui vit dans l’eau

Cette Gertrude frêle fario de plus de 4kg  qui avait choisi probablement de vivre au milieu du grand bassin des arcs trophées .Celle qui  avait appris à grossir en se faisant oublier.

Cette Gertrude qui m’a offert aujourd’hui le slam du domaine et un superbe coup de ligne en NAV.

Cette Gertrude qui m’invite sans nul doute à un hiver qui devrait me régaler…..

Balade matinale en famille au Domaine

Il est des jours où l’on a envie de faire durer les vacances.

Des jours ou la simple idée de tondre le gazon vous donne de  l’urticaire. Des jours où l’on cherche la moindre excuse pour se trouver un défi le plus futil possible.

Ainsi ai-je la chance d’avoir à quelques kilomètres de la maison le domaine de Gerris. Paradis des gros poissons de réservoir, je ne pouvais résister longtemps au bonheur de faire une balade matinale en famille.

Du père marryat  dit « la bombarde » , 10 soie de 7 promis à la rencontre de trophée avec l’annonce de Ludovic qui prévoit dans les semaines à venir l’arrivée d’arc record dépassant très probablement le mètre et les 10/12 kg.

De la mère marryat une 10 soie de 6 que j’ai toujours considéré comme « la parfaite ». Outil idéal qui vous fait voyager un train de chiro à la vitesse d’un éclair.

Du fiston enfin, un tac tical 10 soie de 5, «  tout en application », qui a décidé pour cette partie de pêche de faire équipe avec une TT, cherchant à croiser le museau d’une vagabonde en quête d’exuvie.

De ponton en ponton, de poste en poste, de stratégie diverses en hésitations incertaines, je  mesure en ce premier jour de l’automne  combien la saison réservoir devrait être riche.

Chacun leur tour, du père au fils, aucune de mes plus fidèles marryât me refuse la rencontre de ces partenaires de jeu. De ma premiere arc de la saison, digne des lieux  qui rend à la bombarde bien des sueurs, je comprends une fois encore que la pêche  est affaire de strategie.La recherche de certains poissons demande souvent de faire l’impasse sur d’autres.

Aujourd’hui dans mon esprit avait germé une envie de petit pois rouge. Mon royaume pour une photo. Mon insistance comme seul espoir. C’est bien la parfaite qui une fois encore me livre ce que je suis venu chercher.

Un superbe poisson qui me laisse comme seul destin, l’irrésistible envie de revenir bientôt….en famille bien sur

Auvergne Passion Mouche Frontier Theme