A la rencontre des ombres de la Loire

Coubon ,8h30 du matin, rendez-vous est donné avec Steeve pour aller  à la rencontre des Ombres de la Loire.

Première halte : la découverte du parcours trophée mis en place en 2020 issus du partenariat entre l’AAPPMA  du Puy en Velay et la fédération de pêche de la Haute Loire.

Le principe est simple : dynamiser l’activité pêche d’un secteur de 2eme catégorie à travers l’introduction de 500 AEC à destination récréative.

Les actus de la fédération de pêche de la Haute Loire : http://pechehauteloire.fr/Actualite_Liste.php

Simple mais efficace au vue du succès de celui-ci.

Simple au point de voir d’autres fédérations comme celle de la Loire mettre en place ce type de parcours.

Les parcours de la fédération de pêche de la Loire : http://www.federationpeche42.fr/component/content/article/286-une/967-2020-10-01-07-26-45.html

Simple au point de s’interroger sur les raisons qui poussent la fédération du Puy de Dôme à ne pas avoir réussi plusieurs années après l’émanation d’un SDOH ( shemas départementale d’offre halieutique) à réaliser un projet identique , pourtant identifier comme nécessaire.

Simple et pourtant démonstration symptomatique d’une réalité au sein de mon département qui pousse de nombreux pratiquants à aller vers d’autres destinations pour prolonger la saison.

Difficile  à ce moment du récit de n’être admiratif des produits disponibles sur la Haute Loire dans le domaine public :

Du lac du Bouchet à un parcours halieutique, des ombres de l’Allier à ceux de la Loire.

Suffit-il qu’un beatis se fasse la malle à la surface de l’eau pour que l’une des vallées le plus sauvages de France se réveille.

Des museaux qui crèvent la surface .Des museaux dont  je ne peux cacher l’émotion qu’est la mienne lorsque je croise l’un de nos éclats d’argents.

Thymallus dont la quête me conduit à parcourir chaque recoin de notre Auvergne tout au long de l’année

Autant de rendez-vous dont j’essaye de partager ici le parfum.

Vous l’aurez compris cher lecteur, au fil des mots, des articles, une conviction est mienne.

Nul auvergnat qui affiche passion pour la pêche à la mouche ne peut  faire économie d’une quête qui le conduira inexorablement au fil des années à la découverte de nos départements , declinant l’expression de nos pratiques salmonicoles de la 1er categorie à la 2eme.

Nul auvergnat ne peut, ne doit laisser à l’abandon la défense de ce patrimoine qu’il soit ligericus ou pas

https://auvergnepassionmouche.fr/tag/thymallus-ligericus/

D’une pêche à vue sur un plat de Neussargues au plaisir d’un overhead en spey sur l’Allier .Du charbonnier de la Sioule seduit par une petite animation à la plaisir de partager une journée avec Steeve au cœur de son domaine ; l’ombre est un trait d’union.

Aller à la rencontre des ombres de la Loire avec Steeve Colin : http://www.emotionpeche.com/

L’ombre coule dans nos veines comme l’un des moteurs  de ces arabesques que nous dessinons à  longueur d’année sur nos vallées.

L’ombre, c’est ce point de repère entre hier et demain,

L’ombre c’est le témoignage d’une partie de l’histoire de la pêche à la mouche aux pays des volcans.

 

1 Comment

Add a Comment
  1. Bien dit. Bien écrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.