Auvergne Passion Mouche

Journal d'un passionné de pêche et de nature

Un brin de noyée au lac du Bouchet

L’appel de la mer dans les jours prochains me pousse à chercher de grande étendue d’eau

Parmi les plus importante d’Auvergne, nul ne doute que le pêcheur de réservoir que je suis ne peut se résoudre à faire une halte au Lac du Bouchet.

img_09551

L’occasion est trop tentante de passer une journée avec Manu à la recherche des dames du lac dans un cadre que l’automne a rendu magnifique. Des berges bucoliques au couleur de feu à la fraicheur d’un matin qui s’éveille dans la brume .Tout ici invite à la poésie , à la flanerie de l’esprit.

bouchet2016

Rapidement nous filons vers  pleine eau, troquant quelques stratégies fines pour une pêche qui se révèle en ces lieux sans pareil. Une  s3, une bonne bouchée, l’interception de quelques poissons en maraude que seul un léger marsouinage vient de trahir.Tout cela pour toucher nos premiers poissons de la journée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La connaissance des lieux, les heures passées à appréhender un espace dont la grandeur perturbe bien des pécheurs, nous offre l’opportunité d’insister sur les tombants qui en d’autres journées m’avait offert de belle rencontre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avec application et insistance, nous prenons plaisir à diversifier les approches .

Tantôt au streamer, parfois au  bob, à d’autres instants en Nymphe au fil.Ces  45 hect d’eau à nos pieds sont autant de défis dont on apprécie la richesse.

Comme une révision, après une saison rivière très riche ou Emmanuel n’a cessé de remplir son carnet guidage. La saison réservoir est l’occasion pour moi de me faire l’écho de sa disponibilité à vous recevoir pour parfaire vos compétences en Lac.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tout au long de l’hiver , Il pourra   vous proposer des journées d’initiation et de découverte  notamment au lac du Banson.Une vrai opportunité dans un contexte rare ou peu de guide vous propose d’appréhender et de mieux comprendre cette pratique dont la richesse est  immense.

Contacter Emmanuel Estival : http://www.peche-sioule.com/

Les heures passent, le temps s’écoule, les prises s’enchainent et pourtant je dois l’avouer, il me manque quelque chose.

Guettant le ciel, l’espoir d’un brin de soleil dans cette journée bien grise m’invite  à espérer que le temps de la noyée ne me laisse pas insatisfait.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Par-dessus tout le reste ,  je dois confesser qu’en de tels lieux ; là ou l’immensité dessine les couloirs de  vent. Là où les dérives commencent à avoir un sens .Il est une pêche que je déguste sans retenue. J’aime la noyée.

J’aime regarder ma soie agitée  ces brins de laine et de plume dans la vague, à la conquête d’un museau ravageur. J’aime sentir le poids d’une belle arc ou d’un petit saumon qui surpris de l’hameçon, m’invite à le combattre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La noyée au lac du Bouchet, c’est l’émotion à l’état pur .C’est l’une des plus parfaite expression de mon auvergne lorsqu’elle invite à sa découverte avec une canne à mouche .

Parfois je pourrais me résoudre à ne faire que cela même si le résultat devrait pourtant en pâtir.J’aime la pêche en noyée au lac du bouchet.

Elle est la forme suprême d’un épicurisme qui me rapproche du temps jadis .De celui enfant ou  je regardais les arabesques des saumonier de l’allier maniant avec dextérité des noms ancrés dans ma mémoire.Silver doctor , Green Highlander et bien d’autres

J’aime la noyée car elle a l’odeur d’une autre époque ou la pêche à la mouche n’était pas inscrite dans une envie constance à se prendre pour le plus fort , le plus grand , le meilleur , le plus beau  ,le plus aguerris ,modernité d’un monde dont le desir supreme consiste à se comparer aux autres en permanence.

J’aime la noyée car elle est le prétexte aujourd’hui d’un immense coup de gueule à  destination de  ces pseudos donneurs de leçons qui  sous couvert de leur petite guéguerre , n’ont pas su défendre ce qui a fait de moi ce que je n’aurais jamais du cesser d’etre.Un pêcheur de saumon de l’Allier.

saumon-montage

Chaque jour, chaque minute qui passe, pousse  vers un destin funeste, ces veilles mains.

Chaque jour, chaque minute qui passe, lorsque des nouvelles fraiches  viennent bouleverser le paysage local et que  cela  conduit à lire sur quelques espaces ces vomissures dont il est coutume d’accabler ces anciens  pécheurs .Des viandards pour quelques élites qui s’octroient le droit à commenter.

Moi je les ai connu trés jeune, ces gens-là, je les ai aimé, je les ai admiré. Rare de pêcheur ont accepté autant de sacrifice au nom d’une passion. Rare de pêcheur n’ont été autant pris en otage de l’incompétence de certains.Rare de pêcheur  n’ont été si peu considéré qu’aujourd’hui , près de 25ans plus tard , aucune des promesses qui leur ont été faite ne sera tenue.

Alors Oui j’aime la noyée , comme un trait d’union , comme le souvenir d’une autre époque , comme l’éclat d’argent que j’aperçois au bout de ma ligne sortant tout droit des profondeurs du lac du Bouchet.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ainsi s’il fallait conclure, quoi de mieux peut être que de vous proposer le montage de la  mouche noyée qui a fonctionné hier.Une conclusion simple …non !!!!!

3 Comments

Add a Comment
  1. Un reportage comme d’habitude super sympa, des photos que je trouve encore plus belles, un bonjour à Manu dont la gentillesse,ses talents de pécheur,de cuisinier ne sont plus à démontrer …
    Bon séjour sur la mer,Setph et M….
    Amicalement

  2. Bonjour,

    très bel article et très belles photos. Nous sommes l’entreprise ayant réalisée les pontons et aménagements bois. Serait-il possible de récupérer les deux photos des pontons présentes dans l’article ?

    Merci par avance.

    Cdt,

    1. Bonjour

      Sans soucis pour les photos ,je vous les fais passer si vous avez un mail .

      +++steph

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auvergne Passion Mouche Frontier Theme