Auvergne Passion Mouche

Journal d'un passionné de pêche et de nature

Basse Sioule :Si c’etait la fin de la pêche

Il est des jours où l’on choisit de sacrifier quelques heures de sommeil, conscient probablement que des incertitudes vont trouver des réponses.Ainsi pourrait s’entrevoir la journée de mercredi sur les berges de la Sioule à Châteauneuf les Bains.

Impulsé par un bureau d’étude venu du Jura, c’est dans la boucle de Méritis que devait avoir lieu l’une des plus importantes pêches électriques jamais réalisée depuis des années sur la rivière.

Associé au bureau d’étude, c’est notamment l’ensemble des personnels techniques de la fd63, des gens  de logrami, de la fd03, Mr Henri Persat spécialiste des ombres ; qui avaient fait le déplacement pour aider à la mise en place d’une infrastructure très conséquente.

Pas moins de 8 postes de pêche , une rivière barrée par des filets sur près de 170m , cette partie de la Sioule allait se voir passer au peigne fin.

Réalisé suivant un protocole stricte , une pêche électrique se déroule par deux passages successifs , conduisant  à un échantillonnage complet des poissons de la rivière qui sont prélevés , triés , mesurés , pesés pour certaines espèces .D’autres à l’image des ombres auront même à subir le prélèvements de quelques écailles.

Chabot , vairon , loche , goujon , ombre , tacon et truite auront livré bien des informations sur la vie de la riviere même si clairement il est difficile d’introduire instantanément  une lecture  autour de la masse d’information recueilli lors de cette pêche. Des informations qui devront etre compulséespour permettre une analyse fine et pertinente de l’évènement. Malgrés tout on peut  dégager quelques éléments majeurs de premier lecture.

Interrogeant quelques spécialistes , nul doute que nous devrions avoir sur cette portion un IPR conforme aux attentes , démontrant  un état qualitatif satisfaisant de l’ ichtyofaune de la riviere.

Une donnée qui viendra confirmer la bonne santé écologique d’un  milieu dont nous pêcheurs sommes spectateurs et dont après des années au bord de celle-ci je ne peux etre qu’admirateur .Élément essentiel d’un propos que je n’aurais eu de cesse de vous livrer sur Auvergne passion mouche.

La Sioule est belle et mérite sans contexte que l’on s’engage à sa protection.

Au delà nul doute  que la présence d’ombrets et de tacons issu d’une vrai reproduction sauvage seront des sources d’optimisme sans pareil à l’heure de faire lecture de ce qui va suivre et qui tiendra lieu ici d’un immense coup de gueule .

Comment pourrait-il en être autrement lorsqu’il s’agira d’analyser le résultat de cette pêche auprès de l’espèce qui intéresse le plus les pratiquants : la Truite fario.

Comment parler autrement que de dire que la pêche de la Sioule est à l’agonie sur ce secteur.

A peine 4 truites de plus 30 cm auront été récoltées.Pas un seul poisson de plus de 40 cm alors que nous avions sur le côté gauche de la rivière une berge creuse propice à abriter un bel individu.

Bien peu avant la pêche aurait mis en jeu quelques euros pour tenter ce pari osé que d’envisager un tel résultat. Aurais-je peut-être été le seul à prétendre cela ??

Depuis des mois je ne cesse de l’écrire, de le dire, de tenter de l’expliquer au point qu’aujourd’hui tout cela a laissé place à une lassitude sans égal. Sans mesure de préservation, le contexte écologique actuel ne permettra plus à la Sioule de subir une pression de pêche importante. Il nous faut absolument sur protéger le peu que dame nature concèdera à nous laisser.

Il est évident que le choix du secteur aura aussi valeur à être analyser lorsqu’il s’agira de tirer des conclusions autour de cette pêche électrique.

La boucle des meritis étant probablement l’un des territoires de la rivière le plus sollicité à longueur d’année et ne laissant guère de place à la tranquillité. Démonstration est probablement faite de l’impact significatif de l’activité pêche lorsque la nature ne permet plus à une population de fonctionner de manière optimale.

Cela fait maintenant 3 ans que les populations de truite de notre département souffrent .Des cycles reproductifs fragilisés au point de contaster des disparités significatives sur des classes d’age 1+ et 2+, des assecs de nos tributaires qui subissent de plein fouet une évolution climatique qui apparait comme des plus en plus irrémédiable.

Pourtant il suffit de mesurer l’intensité avec lequel certains ont lutté pour éviter la sanctuarisation d’un km de linéaire sur les portions les plus fragiles pour comprendre combien la naïveté à laisser place à l’inconscience. La Sioule est prisonnière d’une volonté collective des pêcheurs qui conduira cette rivière vers le déclin irréversible

Je n’ose imaginer l’avenir des portions les plus aval du 63 qui devront subir dans les mois à venir le réchauffement d’une eau dont la rareté se fera de plus en plus importante .

Je n’ose imaginer l’avenir de ces portions lorsque s’affinera avec certitudes l’arrivée d’une microcentrale quelques kms en amont (voilà un petit scoop !!!!).

Je n’ose imaginer combien l’avènement d’un lobbysme autour des moulins va conduire à la mise en place d’une philosophie de rentabilisation qui ne laissera guère de place aux truites.

Je n’ose imaginer combien la saison 2018 va conduire à la migration de quelques pratiquants qui a la lecture de ces résultats iront vagabonder panier dans le dos sur d’autres portions de  la rivière

D’Auvergne passion mouche je continuerai à vous parler de la Sioule, de sa beauté .Je continuerai à me faire le relai de la chance que nous avons de pouvoir encore fouler des espaces si rares, si fragiles.

De Sioule nul ne doute probablement que les années passés à m’amuser à chercher la belle des Combrailles me donneront un léger avantage lorsque l’hiver viendra .Mais aujourd’hui à l’heure où j’écris ces lignes, je suis prêt à un pari ambitieux.

Si rien n’est fait, si aucune prise de conscience ne se développe rapidement

La pêche de la truite sur la Sioule ne sera plus qu’un souvenir dans les 10 ans à venir !!!!!!

Updated: septembre 8, 2017 — 9:01

17 Comments

Add a Comment
  1. Salut Stéphane,Je suis a 200% d’accord avec ton analyse, Tu défini parfaitement l’avenir de la sioule,malheureusement je pense que c’est inéluctable,Je suis parti à midi tellement j’étais triste du résultat de cette pêche électrique,et encore merci de te battre pour cette SIOULE,salut Stef

  2. Merçi pour cette déclaration d amour à votre rivière LA Sioule.
    En effet qu’elle déception sur les résultats de cette Peche électrique où vous aviez mis tous vos espoirs de gros poissons cachés au fond des berges creuses.
    Quelle déception de découvrir que votre belle n’est pas celle que vous imaginiez une fois dévêtue.
    Maintenant il faut en connaître les causes, certaines sont bien connues et nous mettent en causes directement dans nos actions de prédateurs. Je dis nous bien que je sois un irascible défenseur du no kill.
    Je dis nous pour notre irrespect de la ressource
    Je dis nous pour notre cupidité et notre ego à tout vouloir gérer
    Merçi encore pour votre récit, certains des pêcheurs de la Sioule, je pense à Philippe le garde Peche avec qui j ai arpenté les berges de la Vis il y a quelques années, doivent avoir autant de peine et de déception à la connaissance de ces maigres resultats
    « Je suis la Sioule  » cette déclaration à double sens être et l accompagner pourra être le slogan de votre future action
    Patrick Toledo

  3. Salut Steph Dis moi si tu as eu mon commentaire précédent suite a ton a ton réaliste article suite à la pêche électrique, merci steph

    1. Auvergne Passion Mouche

      Oui gerard tout est ok, j’ai ton commentaire

  4. Bonjour
    Etant tout comme vous amoureux de ma région mais encore plus du joyaux qu’est la Sioule je me permet de réagir a cet article sous la forme d un petit coup de gueule aussi !!!
    Certes le fait de faire la publicité (réseau sociaux, blog etc…) de notre belle région et de ses perles afin de dynamiser l activité touristique et de développer une sorte d' »eco-tourisme » c est bien MAIS seulement si tous les acteurs jouent le jeu et de ne pas assister à un pillage de nos ressources comme par exemple sur la Touvre ou l on voit débarquer des nuées de viandard cassant du cou dés la publication des photos d une jolie partie de pêche. Les articles récents sur pêche mouche ou tout autre magazine faisant la promotion de la Sioule m on fait découvrir un visage de la pêche ou tout du moins de certains de ses « pratiquants » qui m ont alerté voir dégouter comme par exemple ce père (outre le fait d être désagréable à souhait) m a choqué lorsque je l ai entendu dire a son fils « tout ce qui fait 28 cm on casse » restant abasourdit dans mes waders j ai préféré le féliciter de l éducation ainsi transmise et je suis partit afin de ne pas sombrer dans une colère noire …. ou encore l état désastreux du « bout du monde » qui n en a plus que le nom d ailleurs …
    Malgré les efforts des associations de pêche, la mise en place de la maille à 30 , tant que ce genre de comportement existera tous les efforts du monde ne nous sauverons pas.
    Le dicton pour vivre heureux vivons caché prend de plus en plus tout son sens ! Cela peut paraître égoïste de ma part mais évitons de surexposé et ainsi d offrir sur un plateau de la chair à canon pour viandard …. Car pour lui faire régulièrement la cour notre belle a encore de très belle chose à nous offrir .

  5. Nous, nos APPMA et nos Fédérations ne devrions nous pas nous poser une bonne fois pour toute la question des modes de gestion à adopter et développer (que se soit en 1 ére et 2 ème cat.) ceci en fonctions de deux termes d’objectifs simples et prioritaires ainsi que du statut du pêcheur : 1/ Pêche de loisirs et prélèvements 2/protection (ou restauration) du milieu aquatique et pêche sportive . et statut 1/ Actionnaire « résident » 2/ actionnaire « invité ».
    Suivront des choix: Espace pêche de loisirs géré pour prélèvements ou Espace de protection (ou restauration) du milieu aquatique et de ses ressources ouvert à une pêche sportive ? Prélèvements par « invité » autorisé ou réservé « actionnaire résident » (Priorité a ceux qui vivent et gère les parcours par une remise en question des règles de réciprocité)?
    Si la pêche sportive est un loisir nos plans, cours d’eaux et leurs riverains n’ont pas à subir d’agressions par l’exercice de notre loisir ou de la part des autres utilisateurs. A nous d’adopter efforts et règles efficaces !
    Que chacun de nous participe financièrement et s’implique activement dans l’appma locale en charge de la protection et de la défense du milieu aquatique présent chez lui, résidant et facteur de pollution sur son propre secteur et surtout qu’il se comporte en « invité » dans les appma voisines ou de villégiatures accueillantes. Voilà peut-être le début d’une vision très personnelle et sportive de l’exercice de notre loisir : adoption de règles de gestion plus compliquées mais localement mieux adaptées par des « actionnaires » plus impliqués. Les appma gérantes des meilleurs parcours en France (majoritairement hors réciprocités ???? ) sont des exemples de réussites de modèles de défenses et de gestions à reproduire !

  6. Bonjour, suite a cette article consternant , somme nous en droit de nous poser des questions quand a la population sur le no- kill et de l introduction des tacons?

    1. Auvergne Passion Mouche

      Sur la question des tacons …cela est fort simple …sur chato9 les bains c’est de la repro naturel et cela est juste une trés trés bonne nouvelle.Sur la question de la population sur le no kill j’ai deja eu l’occas de le dire , je persiste à penser que celui est braconné depuis des années mais il ne m’appartient de commenter les missions de gardiennage confié à des benevoles qui essayent de faire avec des missions bien ingrates.

      1. merci pour la reponse cela ne me rassure donc pas.

  7. Bien triste tout ça quand on sait que nos rivières souffrent de plus en plus d’un manque cruel d’eau , il y a une réponse à ça , gestion patrimoniale quand c’est possible , c’est ce que nous avons fait sur nos parcours de la Vologne dans les Vosges, diminution du quota journalier et annuel de prélèvement ( 2 poissons par jour et 20 maxi par an ) , augmentation de la taille ( 30 cm ) , mise en place de parcours no-kill toutes pêches, interdiction du triple sur tout notre linéaire, carnet de prises obligatoire et tout ça par arrêté préfectoral .
    On a perdu des pêcheurs et c’est tant mieux car ceux qui restent sont les bons les autres sont partis sur les AAPPMA voisines qui bassinent leurs parcours.

    Bonnes continuation a toute votre équipe et virer tous ces cons qui pillent la rivière.

    1. Bonsoir,
      J’ai pas mal pratiquer la pêche en France,à la mouche en no-kill total; principalement dans le Jura. J’ai aussi pratiqué dans d’autres régions et me suis enfuis après avoir fréquenté des pêcheurs français dont le seul but était de remplir le panier de truitelles. Ils sont légion, à l’encontre de qqs pêcheurs très respectueux, dégoutés de la situation.J’ai même obtenu en réponse « je fais ce qui me plait, nous sommes chez nous ! » Dans les Ardennes belges, où je vis, le problème existe, mais à une échelle bien moindre; même si qqs membres, voir président de société, éprouvent le besoin de rentabiliser le permis de pêche. Les techniques de pêche étant à l’heure actuelle tellement performantes, le no-kill cale le poisson qui à peur de se nourrir, et la seule solution au problème est la chasse du braconnier ! Je suis dégouté, après des années de pratique, de la fréquentation des rivières françaises (je rentre d’un périple sur la Fechte), avec moulte dépenses en hôtellerie et restauration. Ne soyez pas triste, Monsieur, nous ne sortirons pas vainqueurs d’une bataille contre des ombres. Il ne nous restera bientôt plus que les réservoirs pour pratiquer, et ce jour là , je cesserai de pêcher.

  8. Après cet article , la tristesse m envahi quand je vois l état de ma rivière . Mais malheureusement tant que les mentalités ne changeront pas , le milieu halieutique en france est en tres grand danger . Les solutions existent , et je pense qu il faut se depecher de les mettre en place . Je pense notamment pour la sioule a des reserves tournantes pour laisser reposer des secteurs de riviere chaque année et un No kill total comme il y a eu sur la bienne ou l on a vu les bienfaits avant qu elle ne soit a nouveau polluée !!!

    1. J ai oublié

  9. Le résultat sans appel des prélèvements irraisonnés et répétés, pas surpris ! un travail de fond pour faire évoluer les mentalités qui évoluent lentement. Je rentre d’un tour sur la Haute Sioule sur le No Kill ou j’étais avant hier, je repasses exactement au même endroit et un brin de 20/100ème avec une belle cuiller n°2 (mode de pêche prohibé, pour rappel) No comment!!!
    Amitiés à toi Patrick nous nous sommes amusés sur la Vis…

  10. Quelle tristesse de voir une aussi belle rivière s’éteindre petit à petit….pourquoi pas un no kill total et des zones de réserves ? merci à ceux qui passent beaucoup de temps à la recherche de solutions !

    1. Auvergne Passion Mouche

      Bonjour

      Il faut savoir raison garder et bien mesurer le sens de cet article .Il a valeur à etre une mise en garde.La sioule est encore une trés belle riviere simplement nous avons vu tant de riviere s’eteindre en un claquement de doigt que si la moindre fragilisation ne nous sert pas d’alerte et bien on risque effectivement de le payer plus fort dans l’avenir.

      +++steph

  11. Je pratique pas mal la pêche dans la région, davantage côté Livradois-forez, la Sioule je n’y vais plus malgré que cela soit une très belle rivière, il y a trop de monde, trop de pression de pêche.Je suis entièrement d’accord avec cet article. D’une part il n’y a plus d’eau depuis bientôt 2 à 3 ans, très peu de reproduction, les tributaires étant à sec. LE no-kill sur des distances aussi courtes c’est mieux que rien mais il faudrait des no-kill bcq plus longs pour étaler la pression de pêche. Il y aussi trop de viandards encore en activité, c’est désolant et il y en a marre, des hameçons triples, des ardillons à n’en plus finir, aucune surveillance sur les parcours hors APPMA, des règlementations encore inadaptées (taille à 20 ou 23 cm , 6 poissons jours…). Cela fait plus d e25 ans que je pêche et rien n’a vraiment changé. Lorsqu’on va à l’étranger on mesure que l’on a 20 à 30 ans de retard sur la gestion de nos cours d’eau (quoique tout n’est pas parfait non plus ailleurs), on se lamente, nous sommes nombreux pourtant, pas surpris par la pêche électrique de la Sioule….LA Dore revenait bien grâce à l’arrêté préfectoral qui interdisait la consommation, mais cette année très décevant, sûrement à cause des conditions climatiques..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auvergne Passion Mouche Frontier Theme