Auvergne Passion Mouche

Journal d'un passionné de pêche et de nature

Enfin un cadre légal

L’article L 436-5 alinéa 2 précise

« Les dimensions au dessous desquelles les poissons de certaines espèces ne peuvent être pêchés et doivent être rejetés à l’eau ; ces dimensions ne peuvent être inférieures à celles correspondant à l’âge de première reproduction. »

Pourtant il aura fallu attendre longtemps pour qu’on s’interroge sur la pertinence d’un décret d’application qui fixe comme delta limite la maille à 25cm.Un seuil si faible que bien des rivières de France et des aappmas se sont retrouvée incapable de faire respecter cette article.A l’image des aappmas de la Sioule certaines ont choisi d’encourager leurs pêcheurs à travers un règlement intérieur, indiquant clairement leur choix de voir protéger les géniteurs conformément au cadre législatif .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Aujourd’hui enfin à travers  le Décret n° 2016-417 du 7 avril 2016 modifiant diverses dispositions du code de l’environnement relatives à la pêche en eau douce ,nous aurons l’opportunité de dépasser ce seuil.L’article 16 indique :

L’article R. 436-19 est ainsi modifié :
1° Au premier alinéa, après les mots : « porter à », sont insérés les mots : « 0,30 mètre ou » et après les mots : « dans certains cours d’eau » sont ajoutés les mots : « et plans d’eau » ;
2° Après le premier alinéa sont insérées les dispositions suivantes :
« Il peut également, dans les mêmes conditions, porter la taille minimum :

– du brochet à 0,60 mètre, du sandre à 0,50 mètre, du black-bass à 0,40 mètre dans les eaux de la 2e catégorie ;
– de l’ombre commun à 0,35 mètre dans les eaux de la 1re et de la 2e catégorie. »

Lien : Décret n° 2016-417 du 7 avril 2016 modifiant diverses dispositions du code de l’environnement relatives à la pêche en eau douce

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une vraie opportunité pour garantir à nos truites de pouvoir se reproduire à minima une fois.La maille à 30 cm amenant probablement une vrai révolution sur bien des secteurs de notre pays.

 

 

Updated: avril 13, 2016 — 5:05

5 Comments

Add a Comment
  1. Il suffirait de supprimer les décrets d’application qui perturbent les gens chargés d’appliquer la loi. Si l’on ne conserve que l’art. L.436-5, les études scalimétriques diligentées par l’ONEMA permettent de fixer une maille cohérente avec chaque rivière.

  2. bouhan jean françois

    Enfin une décision réfléchie et une avancée pour beaucoup de rivières françaises .Pour nos rivières de franche comté cela fait longtemps qu’on attendait cette taille mini pour l’ombre. Pour la truite pas encore assez. A 30 cm , pas sur qu’elles se reproduisent déjà. Enfin c’est une très bonne nouvelle. Le rêve (on y arrivera un jour), les rivières ont un cheptel qui permet un prélèvement de quelques truites par pêcheur et par an en double taille .Poissons gardés de 30 à 35 cm et remise à l’eau au dessus de 35 cm

  3. Eh bien voilà une bonne nouvelle, a quand la double maille ?
    bonne soiré Nicolas.

  4. oui comme en nouvelle zélande la bas tu ne peux que garder trois ou cinq truites je crois, qui doive faire entre 30 et 35 cm en dessous tu relaches et au dessus aussi

  5. Bonne nouvelle, mais ce n’est pas encore assez: pour les rivières d’Auvergne ça sera suffisant dans la plupart des cas mais pour des rivières très productives c’est encore bien trop peu.

    Concernant les Truites et les Ombres, les types qui ont pondus cet article de loi ne sont pas aller au bout du raisonnement qui est de dire qu’aucun poisson ne devrait pouvoir être prélevé sans qu’il se soit reproduit au moins une fois. Dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auvergne Passion Mouche Frontier Theme