Auvergne Passion Mouche

Journal d'un passionné de pêche et de nature

Culture Tefal ,encore de beau reste…

Nous sommes en juillet.Quelques semaines encore et il sera temps de laisser tranquille nos rivières de 1er catégories.

Bientôt la pêche laissera place au bilan d’une année 2018 qui nous aura offert des raisons d’espérer.

Le temps de faire un pied de nez à tous ces détracteurs de tout poil qui avait promis à l’aappma de Châteauneuf un déclin important après la mise en place du parcours no kil de 3km.

Au final dans un contexte qui affiche   une perte importante de nombre de pêcheur, les dés semblent avoir jeté une autre réalité bien différente au sein des structures les plus contraignantes.

Des instances courageuses, capable de sacrifier l’érosion de quelques vielles mains pour  miser sur le recrutement d’une jeunesse  ou la pêche devient une activité de pleine nature qui se doit d’être le plus ludique possible.

Pour ma part, l’age avançant, je mesure le chemin parcouru mais aussi l’inefficacité de quelques démarches, trop convaincu que nos certitudes à  prétendre ne sont au final qu’un miroir à l’alouette.

Il me faut  avouer  l’inéluctable  d’un combat qui a vu comme conclusion la décision lointaine d’un tribunal administratif de Lyon .Fin d’un cycle, d’une procédure qui autorise la mise en place d’une micro centrale sur la sioule

Comme une confiance perdue à l’égard de tous ces spécialistes qui m’avait prédit une victoire garantie,de toutes ces associations incapable d’une lecture pertinente  ou la super avocate n’a pas été foutu de déposer en date et en heure les pièces nécessaire à la défense de ce recours.

Nul doute que je pourrais déverser une forme d’amertume , mais bien au contraire me voici amuser d’une naiveté à penser que tout va bien dans le meilleur des mondes.

Pêcheur depuis 60 ans, il ne reconnaît plus les rivières autour de Sauxillanges (Puy-de-Dôme) :https://www.lamontagne.fr/varennes-sur-usson/loisirs/environnement/2018/07/13/pecheur-depuis-60-ans-il-ne-reconnait-plus-les-rivieres-autour-de-sauxillanges-puy-de-dome_12912881.html#refresh

Atterrissons, comprenons que nature n’accorde pouvoir qu’a la masse, qu’au nombre, que derrière chaque chiffre se cache notre capacité à peser.

Pensez-vous sérieusement que 17000 pêcheurs peuvent définir le destin de 700 000autres habitant.

Pensez-vous encore que truite, ombre, brochet, rivière pourront être des raisons suffisantes à mettre des bâtons dans les roues d’une époque ou chaque parcelle de croissance se fait au détriment du vivant.

Pensez-vous que nos jeunes hurlant à la sortie de nos lycées au lendemain du bac devraient recevoir leçon de morale sur l’impact de leur manière d’être, de vivre de la part de quelques prédateurs qui s’octroient cuisage sur une ressource qui se fragilise.

Toutes ces consoles, ces tablettes,ces machines qui ont tant besoin d’électricité, cette capacité à rester au cœur de nos villes et à défendre un modele ultra consommateur  les conduit sur le chemin de l’indifférence écologique.Trop convaincu peut être qu’a l’image des tomates, les progrès de demain rendront inutile le besoin de Terre.

Apprendre à aimer pour mieux protéger .Apprendre à rendre nécessaire une relation avec la nature pour en mesurer son aspect indispensable .

C’est cela être pêcheur aujourd’hui, c’est apprendre à s’imprégner plutôt qu’à se nourrir.

Ainsi à l’heure où j’écris ces lignes, jeunesse se bouscule place de jaude, hurlant  la fierté d’être bleu, consciente je l’espère d’habiter dans un pays ou 80% des rivières sont à l’agonie.

La basse rivière d’Ain à l’agonie :http://www.nicolas39-peche-mouche.com/index.php?post/2010/07/16/La-basse-riviere-d-Ain-a-l-agonie

l’Ariège atteinte par la PKD :https://collectifmouche31.blogspot.com/2018/06/lariege-atteinte-par-la-pkd.html?m=1

Ainsi à l’heure où j’écris ces lignes, nos volcans sont là endormis, patrimoine du monde qui nous entoure, richesse dans l’histoire de l’humanité.

Ainsi à l’heure où j’écris ces lignes, je ne peux cacher ma désespérance à regarder les pêcheurs de mon département pris en  otage d’un débat d’une médiocrité affligeante ou comme seule préoccupation d’avenir, il s’agit de savoir si en 2019 on pourra mettre au panier 4 ou 6 truites.

Amusant destin que celui d’imaginer qu’aujourd’hui il suffira de polluer pour rendre truites et autres êtres vivants , impropre à la consommation, seul garantie à être peinard ….

Ainsi à l’heure où j’écris ces lignes ma pensée finale ira vers mon ami Vincent.

De l’autre côté de l’atlantique, sur les berges de la  green, il s’éclate au cœur d’un lieu ou la pêche est devenu une religion, ou l’impact économique du loisir pêche ferait pâlir bien des acteurs pro, ou derrière chaque barrage, bizarrement il y a plein de  truites !!!!!!

Des truites magnifiques, superbes, qui n’auront pu résister à petit sedge maison.

Des truites dont le seul destin promis au sein de notre fédération aurait été de finir au fond d’une poelle …..

Updated: juillet 14, 2018 — 10:50

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Auvergne Passion Mouche Frontier Theme