Auvergne Passion Mouche

Journal d'un passionné de pêche et de nature

Une question pour l’aperitif avant l’ouverture

Je me lève ce matin, ouvrant le poste de radio et déjà l’on annonce 15° à Clermont Ferrand.L’exeptionnalité du temps jadis apparait aujourd’hui comme une évidence qui s’impose à nous.

rc (3)

Notre Terre se réchauffe inexorablement, trop rapidement. La COP 21 n’a fait que valider l’acception de notre espèce à voir son monde changer au rythme d’une température que l’on prévoit augmenter d’un gradient de 2°C .Objectif ambitieux que bien des associations environnementales qualifient déjà d’irréalisable.

Qu’il me suffira probablement pour agiter ma conscience de regarder quelques images d’ailleurs ou ses iles paradisiaques vont bientôt disparaitre.
Qu’il me suffira sans aucun doute de me retourner sur l’oreiller préférant penser à toutes les économies de chauffages que je vais faire. Mais en ce dimanche matin j’ai l’âme vagabonde d’avoir croisé la Sioule avec cette question qui s’est ancré dans mon esprit. Que deviendront nos truites !!!!

rc (5)

Une réponse bien difficile que celle de prédire l’avenir. Je ne me risquerai pas à cela en cet instant mais juste comme l’agitateur que je veux être, je vous livre source d’une interrogation qui pourra sans nul doute alimenter une discussion à l’heure de l’apéritif dominical. Pour parfaire vos arguments quelques liens savants qui nous livre un diagnostic bien pessimiste
http://www.onema.fr/IMG/pdf/CPA-POISSONS-complet.pdf

http://ethesis.inp-toulouse.fr/archive/00000946/01/buisson.pdf

Une thèse comme le support de mes inquietudes.Lire, dévorer ces pages qui m’absorbent vers un monde ou mes cannes devraient rester attachées à mon râtelier.
Que de conclusion qui annonce ce declin.Ici on prévoit la disparition complète de mes truites en 2080, pour d’autres l’orée 2051 devrait voir ses populations se réduire comme peau de chagrin. De ces perspectives, l’optimiste passionné ne peut se résoudre à accepter cela. Pourtant je dois me rendre à l’évidence d’un fait. La truite fario est une espèce en grand danger partout où elle se trouve encore.

rc (2)
Que dire, que faire, je l’avoue je ne le sais pas. Mais une certitude s’ancre de plus en plus dans mon esprit.
Ce que je vis, la nature que je contemple ne sera certainement pas celle que connaitrons mes fils.
La pratique de la pêche sur les espèces les plus fragiles ne pourra pas faire l’économie de ces questions. Pourra-t-on se satisfaire de cet éditorial trouvé dans le journal quotidien le montage sans réfléchir. Peut-on continuer à prétendre vouloir transmettre à nos enfants un patrimoine si fragile sans le sacraliser au maximum.

rc (1)
Il n’y pas de façon plus honorablement pour une truite de mourir. De la bêtise d’un pollueur, de l’ignorance d’un paysan ou de la main d’un pêcheur, seul un résultat compte : La Mort. Nous sommes acteurs, responsables de sa disparition. Inconsciemment, involontairement, nous ne faisons qu’amplifier à l’échelle locale des enjeux qui nous dépasse

Alors que faire ?????

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Updated: janvier 24, 2016 — 10:24

1 Comment

Add a Comment
  1. À moins que pollutions et surtout diminution des debits ne reglent le problème avant…?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auvergne Passion Mouche Frontier Theme