Auvergne Passion Mouche

Journal d'un passionné de pêche et de nature

Retour sur le CNPL 2019

L’époque est à la batellerie, ainsi pourrais-je débuter sur le ton du l’humour les quelques lignes qui feront suite .Retour sur la 30eime Edition du CNPL.

Carrefour national de la pêche, de toutes les pêches. Citation que j’emprunte à notre président à tous dont j’avoue l’optimiste à prétendre que tout va bien me laisse dubitatif.

Moment privilégié ou amateur de la gaule à la petite semaine, passionnés hyper spécialisés,Youtubeurs influenceurs, professionnels et bien d’autres se retrouvent pour palabrer, discuter d’affaire de poisson.

A ce petit jeu sieur Pike semble avoir les faveurs d’homo sapiens halieuticus.

Tendance actuelle qui fait de ce charmant carnassier et de ces compères (sandre ,perche, etc) l’outil d’ambitions qui ne laissent  plus guère d’espace qu’a la pêche au leurre.

Evolution irréversible ou simple phénomène de mode, nul doute que les perdreaux de l’année s’inquiètent tandis que les vieux de la vielle capable de se remémorer les salons d’autant auront vite fait de comprendre qu’à chaque époque correspond ces vedettes du moment.

Pourtant voici l’objet de bien des discutions qui ont animés les échanges des amateurs de plumes et de poils.

Perdus au bord de l’aire de lancer, nous  pouvions interpeller notre pratique qui  ne semble plus guère capable de trouver place dans ces rendez-vous de toutes les pêches .

Comme une évidence qui  peut s’appliquer à bien d’autres expressions. Ou sont les grandes barres de pêche au coup, ou sont les parfums des bouillettes ?

Ainsi  accroché aux haillons de notre infortune, combien de maitre de l’arabesque ont  erré dans les allées, cherchant du regard quelques sources de réconfort.

Ici des plumes de coq limousin à acheter au sein d’une espace fédérale ou toute forme de commerce devrait être banni. Plus loin une agence de voyage dont la part de rêve nous conduit à sortir de cette réalité .Quelques mètres encore et c’est un kayak made in sparrow qui fait la star, promesse d’appréhender d’une autre façon nos rivières.

Une liberté au fil de l’eau qui après essais dans la pataugeoire locale m’a fait douter de ma capacité à passer en mode paddle..Ai-je tant vieilli pour ne pas accepter un petit bain.Inévitable empreinte du temps qui pourrait me faire regarder la flottille présente avec envie

Voilà l’autre sujet du salon .L’importance du nombre de bateau.

Des petits, des grands, des beaux, des hors de prix plein d’équipement ultra moderne comme la sensation que l’univers de la pêche est devenu aujourd’hui l’antre d’une immense aspiration commerciale.

Dressant l’oreille pour écouter conversation au milieu du brouhaha des speakers,  je suis amusé de voir cette course à l’échalote dans un pays ou les aspirations de plus en plus écolo semble interroger le reste de nos contemporains.

Quelle dissonance d’intention entre des pétitions pour la terre et le prétendu amoureux de nature qui file bride abattu dans son bolide sur les stigmates de la fée électricité.

Rarement mode m’est apparu autant éloigné de l’eau qui ruissèle au milieu des rochers de mes rivières  auvergnates.

Etrange sensation que de voir cette nouvelle génération d’halieuticus préférant probablement à l’authenticité d’un soir au fond d’une gorge  l’impact irréversible d’un grand barrage.

Vous l’aurez compris amis lecteur, me voici à l’instant de conclure bien partager entre l’évident succès d’un CNPL 2019 et mon identité de pêcheur à la mouche.

Dubitatif peut être, billet d’humeur surement ou je reste convaincu que tout cela n’est au final  qu’un intermède ….

Updated: janvier 22, 2019 — 1:56

11 Comments

Add a Comment
  1. merci pour le compte-rendue ;

    pour y avoir été le samedi …j’ai trouvé cette trentième édition très déséquilibré … pas beaucoup pour la mouche notamment, mais beaucoup pour la pêche aux leurres … ce salon est la vitrine française de la pèche …et il me semble qu’il doit en avoir pour chaque disciplines …enfin un minimum

    1. Auvergne Passion Mouche

      bonjour

      Tout d’abord merci de votre commentaire.Enfin je vous rejoins sur l’aspect trés faible de la pêche à la mouche dans ce salon mais à tord ou à raison ai je l’impression que cette realité depasse bien les simples allées du cnpl et qu’il suffit d’interroger les enfants qui entrent pour mesurer l’etat de fragilité de la pêche des salmonidées dans ce pays et au dela la capacité de recrutement de l’activité mouche …J’espere me tromper mais il suffira de regarder les visages du prochain sanama pour n’y voir probablement que trés trés peu de jeune ….

      1. A vérifier… je serai présent sur le stand FD07…beaucoup de nos jeunes des APN mouche souhaitent venir… je serai heureux de vous en presenter…
        Des solutions existent 😉

        1. Auvergne Passion Mouche

          Bonjour

          Je ne doute absolument pas du dynamisme de l’ardeche en terme de promotion de l’activité mouche , bien au contraire et je suis entiere d’accord avec vous sur des solutions qui passent notament à travers les apn ….reste qu’un exemple ne peut avoir valeur de généralité dans un sens ou dans l’autre …d’ailleurs au dela de la simple pêche à la mouche , mon interrogation serait plus générale sur l’attractivité du loisir pêche dans sa globalité auprés des jeunes publics….

  2. Bonjour Stéphane
    Déçu du salon 2018 où la mouche était trop peu représentée, je suis resté chez moi cette année et si j’ai bien compris, il n’y a pas d’améliorations!
    De plus, il émerge une évolution qui me heurte, pour ne pas dire qu’elle me scandalise. J’avais quitté la pêche dans les années 70 pour reprendre il y a moins de 10 ans et accéder à la PALM en 2013 et je découvre depuis quelques temps des « float tube », des « sonnards », des bateaux télécommandés pour déposer l’appât à distance, des pêches de nuit pour la carpe, etc. On est là bien loin d’une pêche respectueuse; à quand la pêche à la grenade!
    Amitiés.

  3. Bonsoir
    En effet, les jeunes se tourne vers le leurre.
    Dans le Morvan je ne croise plus beaucoup de moucheurs malheureusement.
    Patrick

  4. Bonsoir
    Impression partagee…..le salon du toutenplastik…..une sensation nord americaine dans le concept avec des camelots arrangants le consommateur de reves .
    Oui…..pas un stand digne de ce nom dans le sens vertueux d.une peche raisonnee er raisonnable….pas de Stand alertant sur le desespoir de nos rivieres a salmonides….a part quelques association bien discretes.
    Il ne faut pas tuer le marche du temple!!!
    L.avenir je ne l.ai point aperçu ce samedi…..

  5. Bonjour
    Sur 1 528 452 permis vendus en 2017, tout type de cartes confondues, combien y a t-il de moucheurs? Le salon ne serait il pas représentatif du nombre de pécheurs dans chaque technique?
    Si quelqu’un a les réponses, je suis intéressé.
    Patrick

    1. Auvergne Passion Mouche

      Bonjour

      je pense que cela est trés trés difficile à estimer …

      1. Je le pense aussi, il faudrait un questionnaire à l’achat du permis pour avoir quelques stats.
        Patrick

  6. Bonjour
    Bravo et merci Stéphane pour tes articles que j adore.
    Concernant le salon j ai constaté depuis dix ans que les bateaux, voyage et leurre prennent de plus en plus de place dans la halle au point de pousser les pêche (nommé) mineures vers la sortie en diminuant l espace de vie.
    Bientôt peut-être chaque technique aura son salon aux 4 coins de France.
    N oubliant pas que c est le carrefour national de la pêche qui rappelle un centre commercial national pour vendre et en mettre plein les yeux.
    Peut-être que la mouche , toc et coup ne rapportent pas assez.
    Combien rapporte le plaisir d être au bords de l eau avec sa technique adoré?
    Le plaisir de chacun veut bien tout l or du carrefour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Auvergne Passion Mouche Frontier Theme