Le monde de la pêche aurait tant peur que cela ?

Après la vidéo de Fishing club ou l’on s’acharne à défendre la théorie du cul entre deux chaises , vielle adage bien franchouillard ou j’ai failli m’etoufer en écoutant cette phrase «  temps que l’on prélève on surveille le milieu ».Anti-speciste est devenu le nouveau mot à la mode dans l’univers de la pêche

Définir l’antispécisme : https://fr.wikipedia.org/wiki/Antisp%C3%A9cisme

Profitant d’un édito très bien écrit  sur l’un des meilleurs blogs de la sphère du net .Je ne peux me sentir concerné , défendant depuis des années la mise en place de parcours de graciation.

Un jeu dangereux : http://www.truites-et-cie.fr/edito/2019-04/jeu-dangereux?fbclid=IwAR2USAsorVFGhJ9hWr-ujI-1PCw-ZSB2K1Jc2mqyCsfcvqZqFM9EpfQV3EE

La peur est là, palpable, interrogative ?

Sommes-nous si faible que nous ne serions pas capables d’affronter un débat contradictoire autour d’une pratique dont effectivement il nous faut acter le fait de jouer avec le vivant ???

Sommes-nous devenus si faible que 5 mecs sur une place suffisent à remettre en question la pêche dont l’unique finalité reste de composer avec des milieux en souffrance ?

La pêche vu de strasbourg : https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/bas-rhin/strasbourg-0/strasbourg-mise-scene-choc-denoncer-peche-exploitation-animaux-marins-1647212.html

Ainsi fourmille d’innombrables questions dont je crois bien difficile de trouver des reponses.Pourtant un état de fait m’interroge.Sommes-nous dupe de ce qui se joue aujourd’hui.

Ces anti-specistes ne serait-il pas le parfait alibi.Une excuse qui tombe à pic pour  défendre une pêche alimentaire dans un pays qui connait à la perfection ces pratiquants.

Chaque jour se joue à nos pieds un autre combat, une autre réalité .15 ans de participation au cœur du système aura suffi à me convaincre d’un échec lamentable. Celui de l’affaiblissement de la pratique pêche, son érosion lente.

Simple rééquilibrage ou plutôt corrélation entre la proie et son prédateur .Il faut absolument maintenir le peu qu’il reste  coute que coute .

Dans un contexte de fort d’attachement à la pêche dite alimentaire, nous devons tout faire pour  maintenir les pêcheurs dans un unique but : Vendre.

La stigamisation des « ultra no kill » réside non pas dans un acte qui gêne des militants écolos dont on connaît leur existence depuis des années mais bien dans l’inquiétude d’un microcosme commerciale qui ne veut surtout pas choquer sa clientèle.

Depuis un matin de printemps ou un coup de téléphone m’avait éveillé au fait que l’on pouvait faire commerce de la pêche et  sa transmission, je m’interroge de l’impact qu’aura à terme la croissance exponentielle à utiliser le loisir pêche dans un pays incapable de protéger ces rivières.

Epoque ou bien jeune j’avais la chance de côtoyer quelques hurluberlus aux cheveux en bataille , se baladant en sandale et parlant aux fleurs, fameux BTS PN qui m’avait conduit au sortie du bac à pire des crimes passant de l’enseignement agricole à l’enseignement d’une écologie qui se veut être une science plutôt qu’un acte politique , je dois avouer que le constat actuel ne m’étonne guère.

30 ans  ou pendant que les mouvements écolos ont affiné leur stratégie , le monde de la pêche n’a su se défendre qu’en essayant de produire un nouvel axe de développement ou l’on voit sur le net des gens vous expliquer que la canne de chez Tartempion est la meilleure et 6 mois plus tard par l’opération du saint esprit  vous promettre monts et merveilles avec une autre.

30 ans d’infidélité ou nos territoires sont phagocytés par une volonté consommatrice de certains , résumant nos cours d’eaux à des prostitués de bas étage , simple point GPS ou l’on vient dans l’espoir d’expliquer à un client en mal de sensation que l’unique salut réside dans un apprentissage rapide d’un savoir qui devrait prendre le temps de nous construire.

30 ans ou faute de n’avoir su fabriquer de nouvelle génération ,  il nous a fallu nous recroqueviller sur nous-mêmes et composer avec des pratiquants dont il ne faut absolument pas déranger le désir de manger de la fario sauvage.

30 ans ou nous aurions pu, du fabriquer des militants plutôt que des consommateurs.

30 ans ou au cœur des villes nos jeunes ne savent même plus que l’on peut aller à la pêche voyant dans le trait bleu que dessine google maps l’occasion de quelques ruisseling et autres space montain

Pensons-nous sérieusement que le destin de nos rivières de 1er cat est d’assurer jusqu’à la fin des temps pitance à quelques adeptes de la gaule ? Pensons-nous sérieusement qu’ils soient légitimes de demander à d’autres de faire effort d’attention à l’égard d’une ressource dont notre unique but serait de finir au fond d’un panier.

Loin de moi de discuter ou d’opposer cette pêche alimentaire que je trouve tout aussi respectable que celle je defend  dite recreative.Simplement pour ma part je n’accepte plus l’hypocrisie qui va avec.

A tous ces parleurs et autres commentateurs qui conversent sur un beau canapé sans jamais oser la contracdiction , si le vivant doit être perçu comme une ressource alimentaire, s’il s’agit aujourd’hui de critiquer quelques intégristes du no kill, il serait bon d’aller jusqu’au bout de la logique.

De ces  ailleurs qui servent d’exemple (suisse, Allemagne), ces mêmes oublient juste de préciser quelques usages de ce vivant, issus peut être d’une profonde méconnaissance de ces mouvances écologistes.

 D’une ressource, nous devons en estimer le stock, le quantifier, en autoriser une juste quantité à être prélèver.La pêche de loisir doit être règlementé autour de son impact.

Plus question de pêcher et de choisir à sa convenance de relâcher ou pas, plus question de faire commerce, on va à la rivière pour manger et uniquement cela .On pêche son nombre de poisson (2/4/10) et après on s’en retourne à sa poêle.

Ainsi vous l’aurez compris, le no killer assumé  est devenu le parfaite alibi pour conduire votre regard ailleurs, vous convaincre que tous ce qui arrive, toutes ces critiques, tous des iroquois aux cheveux verts sur une place sont de votre faute.

Pourtant  la réalité est autre, ces mouvements anti -spécistes interpellent effectivement ce que nous sommes, nous interrogent à l’image de la fondation droit animal  mais à titre perso je trouve cela bien plus salutaire qu’on le pense.

La pêche vu par la fondation droit animal : http://www.fondation-droit-animal.org/nos-combats/animaux-sauvages-libres/peche/

Faute de n’avoir su défendre un autre modèle que la sacralisation d’une pêche alimentaire, nous nous sommes endormis sur nos lauriers, convaincu qu’il nous suffit d’espérer pour retrouver les rivières d’antan.

30 ans plus tard, le constat est sans appel, nos effectifs se sont effondrés, nos rivières agonisent.Mais tant que l’on prelevera , tout ira bien .

Moi je dis Bravo et pourvu que ça dure !!!!!!!!!!!!!!!!

Updated: avril 10, 2019 — 10:12

2 Comments

Add a Comment
  1. Bonjour,
    votre article est plus que pertinent et l’excuse de l’antispécisme est déjà à l’oeuvre avec le changement de date des jours de non-pêche (désormais jeudi-vendredi)et leur suppression en mai qui n’est plus qu’une démarche dans l’alevinage alimentaire alors qu’à la base c’était des jours mis en place pour assurer un peu de tranquillité dans le frai…la fondation droit animal ne demande pas grand chose au pêcheur lambda, juste du bon sens( pas d’ardillon, hameçon simple…) mais c’est c’est toujours mieux d’être un moralisateur « nokill » qui pêche du sandre par 25m de fond en voulant pouvoir mettre 3 grappes sur un leurre tout en tenant des « fishs » par les ouies ou mâchoire pour un selfie type safari avec le pied sur la carcasse…votre article est un bon résumé du problème et j’encourage vos lecteurs a lire les liens que vous donnez. Alors prêt pour cette pêche ultime avec des mouches aux pointes d’hameçon coupées, juste pour voir le gobage…(vidéo à voir sur le site le mouching) si il reste un tant soi peu de vie dans les rivières.

  2. Effarent de vérité et triste a la fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.